Moyenne montagne : l’espoir du « quatre saisons »

Michel DEPROST  |  18.04.2012 - 09:59

Faute d’enneigement suffisant, l’avenir des stations de moyennes montagne passe par une diversification vers de nouvelles activités de loisirs sans neige, appuyée sur une véritable ingénierie des loisirs soutenue financièrement par les collectivités.

Moyenne montagne : l'espoir des activités quatre saisons

Pour les petites stations de moyenne montagne, le changement climatique, quelle qu’en soit la cause, est déjà une réalité : dans le Massif Central par exemple, le nombre de jours d’enneigement suffisant pour la pratique des sports de neige a diminué de 20 à 30 % en moyenne ces dix dernières années ( sans enneigement artificiel bien entendu). Et même si certaines stations arrivent encore certaines années, comme il y a trois ans par exemple dans le Pilat, à ouvrir 90 à 100 jours dans leur saison, un chiffre courant autrefois, cela devient aujourd’hui tout à fait exceptionnel.
Pour Jean-Paul Guérin, spécialiste du tourisme dans les parcs naturels régionaux et délégué général de l’IPAMAC , l’association inter-parcs du Massif Central, il n’y a malheureusement pas encore de réaction coordonnée au niveau du Massif pour faire face à ce défi climatique.

Des pôles d'activité nature
A l’échelle du massif existe toutefois depuis peu un dispositif « pôles d’activités de nature », proposé aux stations de sports d’hiver pour les aider à diversifier leur offre vers des activités sans neige, et plusieurs candidatures se sont déjà fait connaître pour en bénéficier.
« Malheureusement, commente Jean-Paul Guérin, personne n’a encore trouvé la solution pour attirer et conserver de la fréquentation en hiver sur des sites où les aléas d’enneigement sont de plus en plus fréquents depuis une quinzaine d’années… »
En Rhône-Alpes la Région propose désormais aux stations de moyenne altitude un nouveau dispositif, le « contrat de station durable de moyenne montagne » . Un contrat réservé aux stations de moins de 20 000 lits, inscrites dans une intercommunalité, et situées sur l’un des trois massifs des Alpes, du Jura ou du Massif Central.
Ce dispositif vise à développer un tourisme « quatre saisons » intégrant tous les aspects du développement durable  - dimensions économique, sociale et environnementale - et moins dépendant du seul produit neige et de l’offre de ski.  
L’intervention de la Région, limitée à 800 000 euros maximum par projet et avec un taux d’intervention de 40% du projet maximum, peut porter sur des actions de diagnostics, d’expertises, de formation, d’ingénierie de conseil…Elle peut aussi aider à financer des investissements structurants et l’acquisition de matériel utilisable pour un tourisme « quatre saisons ». Mais sont exclus tous les investissements dans la fabrication de neige de culture, les gros équipements de remontées mécaniques ou le matériel d’entretien des pistes…

Avec le Mont du Pilat


C’est un contrat de ce type que vient de signer la communauté de communes des Monts de Pilat qui englobe tous les sites nordiques du Pilat, situés entre 1100 et 1400m d’altitude.
Dans les Monts du Forez, la petite station de Chalmazel (entre 1300 et 1600 m), gérée en direct par le Conseil général de la Loire qui y a lourdement investi dans les remontées mécaniques et  les canons à neige depuis plus d’une décennie, n’a pu sauver ses dernières saison qu’en recourant massivement au couteux enneigement artificiel.

Mais là aussi le Département souhaite désormais ne plus investir que dans le « quatre saisons ». Parmi les pistes préconisées par les études de diversification menées en commun avec 13 autres stations du Massif Central : une amélioration des hébergements et une offre de séjours toute l’année, ainsi que le développement d’activités pouvant se passer de neige telles que l’ accrobranche, la patinoire quatre saisons, la luge d’été ou le « tubby » (une piste synthétique que l’on dévale sur des sortes de grosses bouées)… Des activités déjà expérimentées avec succès par la petite station de sports d’hiver de « la Loge des Gardes »,  située à 1000 m d’altitude dans les Monts de la Madeleine,  aux confins de l’Allier et du Roannais.

henricolomb@yahoo.fr

Retrouvez cet article dans les rubriques 
Nature
Edito
Au travail

11/04/14 - J’avais repris  les propos de Jean de Kervasdoué il y a quelques temps ils « sont devenus fous », en caractérisant l’attitude des politiques vis-à-vis de réalités scientifiques,...

Communiqués
Les Syndicat des Editeurs de Presse en Ligne dénonce les menaces sur la liberté de la presse

22/03/14 - Le SPIIL, syndicat de la presse indépendante d'information en ligne dénonce les graves menaces qui pèsent sur la liberté de la presse. Enviscope.com est adhérent du Syndicat qui publie le...