Camions: 45 milliards d'euros de coûts sanitaires selon l'Agence européenne de l'Environnement

Michel DEPROST  |  28.02.2013 - 15:53

Un rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) estime à 45 milliards d’euros de coûts sanitaires générés par la pollution atmosphérique causée par les camions. Des taxes permettraient de faire  payer le vrai prix du transport routier et d'investir dans des transports propres.

L'A 7 , au sud de Lyon: la pollution du transport routier représente la moitié de la pollution des établissements industriels ( Enviscope.com)L'A 7 , au sud de Lyon: la pollution du transport routier représente la moitié de la pollution des établissements industriels ( Enviscope.com)

La pollution atmosphérique est à l’origine dans l'Union européenne de 3 millions de jours de congés maladie et de 350 000 décès prématurés . Ces effets sur la santé ont un coût : un rapport  publié par l'Agence européenne de l'Envioronnement estime que la pollution atmosphérique liée aux seuls poids lourds  coûte entre 43 et 46 milliards d’euros par an aux États membres.

Le coût total de la pollution atmosphérique générée par le secteur du transport approximativement  s'élève à 100 milliards d’euros. Une analyse de l'AEE de 2011, estime que la pollution atmosphérique causée par les grands établissements industriels a coûté entre 102 et 169 milliards d’euros à l'Europe en 2009. Ces chiffres prennent en compte les décès, les dépenses liées à la détérioration de la santé, les dommages causés aux cultures ainsi que d'autres pertes économiques.

Selon Jacqueline McGlade, directrice exécutive de l'AEE " Ce coût est particulièrement élevé pour les personnes vivant à proximité des principaux axes européens de transport. En intégrant ce coût au prix des marchandises, nous pouvons encourager des méthodes de transport plus saines et des technologies plus propres ».

La pollution atmosphérique en Europe a diminué mais demeure problématique dans plusieurs régions. Le diesel produit plus de pollution par kilomètre que d’autres carburants. Les gaz d'échappement des moteurs diesel ont récemment été classés cancérigènes par le Centre international de recherche sur le cancer.

Les poids lourds sont responsables de 40 à 50 % de la pollution par les oxydes d'azote (NOx) liée au transport routier dans les pays membres de l'AEE. Le rapport examine à la fois les NOx et les particules ultrafines (PM2.5), deux polluants susceptibles de causer des maladies respiratoires, cardiovasculaires ainsi que d'autres problèmes de santé.

Un coût variable d'une région  à l'autre


D’après le rapport de l'AEE le coût de la pollution liée aux camions peut être jusqu'à 16 fois plus élevé dans certains pays que dans d'autres. C'est en Suisse qu'avec presque 0,12 euros/km le coût moyen de la pollution occasionnée par un camion de 12/14 tonnes de norme Euro 3 est le plus élevé. Les coûts sont élevés au Luxembourg, en Allemagne, en Roumanie, en Italie et en Autriche, où ils tournent autour de 0,08 euros/km.

Les polluants causent plus de dommages dans les zones à forte densité de population et dans les régions enclavées ou montagneuses. Les coûts varient selon les régions. Zurich, Bucarest, Milan, la Ruhr et Barcelone figurent parmi les grandes zones urbaines ayant les coûts sanitaires les plus élevés.

Les études montrent que les camions les plus récents auraient un impact moindre et généreraient donc de plus faibles coûts. Les camions de norme Euro 4 ou de norme Euro 5 engendreraient des coûts externes inférieurs de 40 à 60 % sur les mêmes corridors de transport.

Faire payer tous les coûts des transports

 

Le paiement des coûts externes de la pollution atmosphérique par les sociétés de transport routier encouragerait l'adoption de technologies plus propres. Le dispositif créerait  les conditions d'une concurrence équitable, en internalisant les coûts que le transport routier fait supporter au reste de la société. Les effets positifs d'un tel dispositif ont été constatés en Suisse.

La directive «Eurovignette» de 2011 précise comment les recettes de ces dispositifs devraient être investies dans les transports durables. Mais l’adoption de tarifications routières relève de la décision de chaque pays.

Les États membres doivent informer la Commission avant le mois d'octobre 2013 de la mise en place éventuelle d'un système de taxation du transport routier.

michel.deprost@enviscope.com

Retrouvez cet article dans les rubriques 
Transports
Edito
Soutien aux renouvelables, pas à la rente

22/04/14 - La Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE) versée en 2014  pour financer le tarif d’achat de l’électricité renouvelable, coûtera 4,1 milliards d’euros, apportés par tous...

Communiqués
Les Syndicat des Editeurs de Presse en Ligne dénonce les menaces sur la liberté de la presse

22/03/14 - Le SPIIL, syndicat de la presse indépendante d'information en ligne dénonce les graves menaces qui pèsent sur la liberté de la presse. Enviscope.com est adhérent du Syndicat qui publie le...