Garantie financière du Rhône pour l’OL: le Président de Déplacements Citoyens écrit à Mercier


Jean Murard, Président de l'association Déplacements Citoyens écrit une lettre ouverte au Président du Conseil général du Rhône au sujet de la demande de garantie demandée au département par les promoteurs du Grand Stade.

Monsieur le Président,

                En tant qu’ électeur du Département, né à Thizy, et en tant que Président de Déplacements Citoyens, association soucieuse d’une bonne gestion des déplacements et de l’argent public, j’ai pris connaissance avec consternation du rapport   que vous devez présenter au Conseil Général ce vendredi 30, suite à la demande de garantie de la Foncière du Montout

                Son contenu ne peut que discréditer un peu plus l’institution que vous présidez, dont la vocation principale est d’utiliser au mieux les fonds qui vous sont confiés, afin de répondre aux besoins sociaux du Département. Et non de tenter de servir de bouée de sauvetage au groupe OL, qui, en difficulté financière, n’a pas les moyens de ses chimériques ambitions.

                De concert avec Gérard Collomb, Président du Grand Lyon, et avec  son fidèle soutien, le Président du Sytral, vous avez  commencé par signer imprudemment, le 13 octobre 2008, le protocole des partenaires du projet OL Land. Tous les trois, vous n’avez même pas jugé utile de consulter au préalable vos assemblées délibérantes, avant d’apposer vos signatures. Vous concernant, vous avez, dans le dit protocole, engagé le Conseil Général à réaliser la section Nord  du Boulevard Urbain Est,  le contournement de Pusignan et Est de Meyzieu, et divers aménagements et giratoires sur la D 302, la D 147 et la D 317, pour tenter, médiocrement, d’améliorer les accès routiers au stade,  à partir notamment du parking à construire à Meyzieu Z.I.

                Mais, vous n’en êtes pas  resté là. Le 30 mars 2012, vous avez fait voter  un budget de 3,9 millions destiné à la construction d’un nouvel échangeur sur la Rocade Est, dans le but  d’accéder au site prévu pour le stade. Contribuant ainsi à dilapider un peu plus l’argent public                           Et vous proposez aujourd’hui, les yeux fermés, de rajouter aux emprunts toxiques que le Département a contractés dans le passé, une garantie toxique de 40 millions au profit de la Foncière du Montout, filiale de l’OL, dont l’objet social est l’activité …. de marchands de biens! 

                Vous me permettrez donc d’insister auprès de vous ci-après sur des données essentielles qu’il est indispensable d’intégrer :  d’une part les  erreurs stratégiques sur l’opportunité du projet OL Land, et d’autre part les erreurs et omissions dans le rapport que vous avez prévu de soumettre au vote le 30 novembre sur la demande de garantie de la Foncière du Montout.

                A. Erreurs stratégiques sur l’opportunité du projet OL Land

            1. Nul besoin de deux  grands stades dans le Grand Lyon. Le stade de Gerland, patrimoine commun des Lyonnais, sera de mieux en mieux desservi par le métro B. Et, contrairement à de faux prétextes, il  peut être rénové, et, si utile, agrandi au delà de ses  42 000 places. (Le cas de Lyon est  différent de celui de Lille, dont l’ancien stade avait 18 000 places)                                                                                     

                2. Localisation à Décines aberrante, avec un site très excentré, sans métro ni RER,  et sans desserte autoroutière de grande capacité : (C’est le jour et la nuit, lorsqu’on compare avec l’Allianz Arena de Munich, un des rares grands stades situé loin du centre ville,  mais qui dispose d’une excellente accessibilité autoroutière et en RER)

                3. Projet théoriquement privé, mais, à cause du choix de la localisation, il repose sur un gaspillage insensé de fonds publics pour les accès que les signataires du protocole du projet OL Land se sont engagés à réaliser : 500 millions, dont 400 à imputer au projet  lui-même   

                (les chiffres ci-dessus ne comprennent ni les moins-values sur les terrains qui seraient cédés à l’OL à prix d’ami par le Grand Lyon et la Mairie de Décines, ni la dévalorisation du stade de Gerland, s’il est déserté par l’OL)          

4. Gros gaspillage de terres agricoles : de 100 à 150 hectares  (imaginez de pareils prélèvements sur les terrains du canton de Thizy)                                                                                                                                                                                                                                                                          5. 58 000 places pour Décines, c’est surdimensionné     

                 (Il faut remonter à deux ans en arrière pour retrouver un match  joué à Gerland à guichets fermés, contre le Real de Madrid. La fréquentation moyenne a été de  33 000  en 2011/2012. Elle a encore baissé en ce début de saison 2012/2013, et risquerait d’être encore plus faible à Décines à cause des difficultés d’accès et de l’augmentation du prix des places).

                6. Modèle économique d’OL Land voué à  l’échec, car inadapté à la crise actuelle et à notre ville.  (il repose sur des prix de places ou de loges beaucoup plus élevés qu’aujourd’hui, et sur de la surconsommation de produits de loisirs. Des clubs comme le Real de Madrid ou le F.C. Barcelone, dont l’OL s’inspire, sont propriétaires de leurs stades, situés au centre de villes  trois fois plus importantes que Lyon. Ils sont cependant  endettés chacun de plus de 500 millions.) 

                B. Erreurs et omissions dans le rapport sur la demande de garantie  

                1. Besoins de financement du projet OL Land minorés : Ils n’intègrent que les 400 millions du volet sportif (stade,  parvis, parkings, centre d’entraînement, bureaux de l’OL) mais pas les équipements connexes : centre de loisirs, activités commerciales et tertiaires, qui étaient annoncés, hors les deux hôtels, pour un montant de 130 à 150 millions dans le dossier d’introduction en bourse de début 2007. Les montants à financer sont donc plus proches des 550 millions que des 400 millions

                2. Pas de justification des 120 millions de ressources propres de trésorerie de l’OL :   En 2011/2012 (source page 102 du document de référence du groupe OL pour l’Autorité des Marchés Financiers) les frais financiers (principalement intérêts des emprunts contractés) dépassent de 2,8 millions les produits financiers, ce qui montre que les frais d’études pour OL Land ont déjà  du être  financés par les crédits bancaires souscrits pour  l’activité courante (0,7 millions d’intérêts ont été imputés par l’OL à ce titre) Alors qu’en 2007/2008, les produits financiers du groupe OL étaient de 3,8 millions (principalement intérêts des fonds placés).

                3. Minoration des dépenses publiques: les 171 millions cités sont minorés de plus de moitié. Les dépenses du Sytral  sont en  grande partie omises, notamment  la  la ligne de tram T5, qui permettrait (en 15 km !!) de relier Grange Blanche à Décines. Gérard Collomb en a encore parlé le 17 novembre dans son discours à Eurexpo lors de l’inauguration du 1er tronçon  

                4. Tromperie sur l’accessibilité en transports en commun :  le rapport prétend que  l’accessibilité privilégiera les   transports en commun, il oublie que le projet repose essentiellement sur l’accessibilité en voitures particulières, avec  un besoin de 16 000 places de parkings  ….. dont seulement 7 000 se trouveraient à proximité du stade, et les 9 000 autres à Meyzieu Z.I. et à Eurexpo……à plus de 6 km du stade !

                5. Majoration du nombre d’emplois de fonctionnement : Contrairement au chiffrage des besoins  de financement, celui des emplois de fonctionnement n’ignore pas les activités annexes. Il y est question sans la moindre explication de 1000 emplois supplémentaires ! Or, concernant les emplois au sein de l’OL,  ils existent déjà à 90 %. Le projet décinois est pour l’essentiel  un  transfert des activités de l’OL, mais pas une création. Il n’y a  que très peu de créations d’emplois  (20 à 70 selon nos estimations ). Et  ce ne sont pas les activités annexes qui feront la différence

                6. Pas le moindre commentaire sur les risques financiers liés à la forte dégradation des finances  de l’OL avec ses 91 millions de pertes  au cours des 3 dernières années (malgré ses participations à la Champion’s Ligue) et un cours en bourse qui est passé de 24 euros en février 2007 à 3 euros en moyenne ces 6 derniers mois. 

                7. Les risques juridiques sont aussi passés sous silence. Aucune mention n’est faite des  nombreuses procédures en cours  devant les  tribunaux, notamment sur les promesses de ventes de 39 hectares de terrains du Grand Lyon et de la Mairie de Décines à la Foncière du Montout, ni  des risques qui pourraient être encourus en terme de responsabilité pénale.                

                A la lumière des éléments qui précèdent, je ne vois pas  comment vous pourriez encore inviter l’assemblée départementale à voter ce rapport. Son retrait pur et simple d’ici vendredi devrait être la solution qui s’impose. J’espère que c’est le choix qui sera le vôtre.

                Comme je vous l’ai demandé à plusieurs reprises depuis mi 2011, et encore la semaine dernière, j’aurais préféré faire précéder ce courrier d’un échange verbal  sur cet épineux dossier. Cette rencontre n’ayant pu avoir lieu, je vous envoie ce courrier et lui donne un caractère public.                       Veuillez agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

                                                                              Jean Murard





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Sommet franco-italien sous surveillance a Lyon

Le sommet franco-italien consacré principalement à la liaison ferroviaire transalpine s’est ouvert ce lundi matin à la Prefecture de la Région Rhone-Alpes, à Lyon. Francois Hollande s’est d’abord entretenu avec le Préfet de Région, puis avec des élus regionaux, avant d’accueillir le Premier ministre italien, Mario Monti, peu avant-midi. Les deux responsables d’exécutifs se sont […]


Le prix du gaz grimpe au sud de la France

Hausse des prix en Asie, baisse des livraisons algériennes et températures en baisse: le prix du gaz au sud de la France décolle.


Watt et Moi avec Grand Lyon Habitat et ERDF: les consommateurs veulent apprendre à économiser l’électricité

Lancé en mai 2012 par GRANDLYON HABITAT et ERDF auprès d’un millier de locataires du bailleur social lyonnais,  Watt & Moi est un site internet qui leur permet de suivre leur consommation et de se comparer à des locataires qui leur ressemblent.


En Isère, la certification  » Bois des Alpes  » fait école

Après l’inauguration de l’école de La-Rivière la semaine précédente, a été inaugurée dans le Trièves, ce vendredi 29 novembre la deuxième maison du Conseil général de l’Isère construite en bois certifié  » Bois des Alpes « . Deux ouvrages faisant partie des 20 bâtiments pilotes, dont le rôle est de promouvoir cette nouvelle certification.


Piles et accumulateurs : Screlec doit accroitre la collecte

Screlec, éco-organisme en charge de la collecte des piles et accumulateurs, doit faire passer la collecte et la valorisation de 35 à 45% pour être en ligne avec les objectifs européens.


La baisse des budgets d’Etat touche la recherche

La réduction du budget de l’Etat entraine des baisses de budgets pour les universités et organismes de recherche. Ce vendredi, des personnels de l’IRSTEA , recherche en environnement et agriculture, ont manifesté à Villeurbanne.


La Presse Régionale d’Information en Ligne interroge ses lecteurs

L’association de la Presse Régionale d’Information en Ligne, lance une enquête pour mieux connaitre ses lecteurs.


IRSTEA à Villeurbanne: des recherches sur l’écologie aquatique

Le centre IRTSEA de la Cité lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse,à Villeurbanne est spécialisé dans l’étude des perturbations chimiques et physiques des milieux aquatiques.


CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, 500 chercheurs pour un centre de niveau européen

CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, inaugurée ce vendredi par Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est un entre de recherche de niveau européen dans les domaines de la gestion de l’eau et en sciences analytiques.


Pollutec : ECM Technologies obtient le prix du groupement à l’export

Avec trois autres éco-entreprises, la société grenobloise a été distinguée par les Trophées export des éco-entreprises, remis sur le salon Pollutec Horizons ce vendredi 6 décembre par l’Ademe, Bpifrance et Ubifrance.


AREVA a renforcé son implantation à Lyon

AREVA a renforcé son implantation à Lyon, notamment ses moyens  pour le futur réacteur ASTRID. Le groupe public emploie 1300 personnes dans le quartier de la Part-Dieu en lien avec les sites industriels de Bourgogne.


Le pôle de compétitivité Axelera veut devenir une usine à produits

Bruno Allenet, président d’Axelera, a fait dans le cadre du salon Pollutec le bilan de l’exercice écoulé et, après avoir revu la stratégie du pôle, lancé sa « feuille de route 3.0 » : passer du mode projets à l’usine à produits. C’était l’occasion pour plusieurs PME et porteurs de projets de se présenter.


Luminaires led : PISEO et LCIE Bureau Veritas proposent une certification

Face à une offre abondante, de qualité variable, PISEO et LCIE Bureau Veritas, proposent une certification de la performance des luminaires, en complément du volet sécurité.


La France reste en retard pour l’hydrogène

Sur Pollutec Horizons, l’Association Française de l’Hydrogène et de la Pile à Combustible a de nouveau souligné le retard français pour l’utilisation de ce vecteur propre. La Vallée de la Chimie serait adaptée pour accueillir une station de distribution d’hydrogène.


Stockage d’énergie: des pistes à long terme

Pour le stockage fixe d’énergie, il convient de mener encore des recherches, de lancer des programmes. Les Zones non raccordées Insulaires doivent servir de champ d’expérimentation.




Moustique tigre: se protéger en supprimant les points d'eau






Parole d'expert