Rhône Méditerranée Corse : le Comité de Bassin met en cause l’Etat


Le comité de bassin , "Parlement de l'eau", réunit  165 membres : 40 % d’élus des collectivités, 40 % d’usagers, 20 % de représentants de l’Etat, pour débattre de la gestion de la ressource en eau et de la protection des milieux naturels aquatiques. Il s'adresse au secrétaire d'Etat à la Transition Ecologique en rappelant que le bassin est un des plus sensibles aux effets du changement climatique.

Le comité de bassin Rhône-Méditerranée réuni en séance plénière ce vendredi 6 juillet a pris connaissance du cadrage de la première séquence des Assises de l’eau organisées par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Il a pris connaissance du retour des débats lors du récent bureau du comité de bassin  et du courrier du président du comité Martial Saddier au secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu.

Après en avoir débattu, le comité de bassin :

Partage le constat des défis auxquels sont aujourd’hui confrontés les acteurs de la politique de l’eau, notamment l’amélioration de la performance des services publics d’eau et d’assainissement et des réseaux d’eau potable ;

Insiste à cet égard sur l’importance de parler de cycle de l’eau dans son ensemble et de ne pas dissocier « petit cycle » et « grand cycle » de l’eau, qui sont fondamentalement interdépendants : protéger les zones humides, les captages d’eau potable des pollutions ou anticiper les effets du changement climatique permet d’optimiser les investissements nécessaires pour distribuer à tous les usagers une eau potable de qualité à un coût raisonnable ; de même, des cours d’eau dont le fonctionnement écologique est satisfait contribuent à l’auto-épuration des eaux. Sans ce travail d’ensemble de mobilisation de tous les leviers disponibles au service du bon état des eaux, ni l’État, ni les collectivités locales, ni le secteur privé ne pourront faire face à terme au coût grandissant des infrastructures de prélèvement, de traitement et de distribution d’eau potable ainsi que des infrastructures d’assainissement des eaux usées ;

Souligne en conséquence, au-delà de la question du patrimoine des infrastructures d’eau potable et d’assainissement des collectivités, la nécessité d’aller vers l’objectif de 100 % de bon état des masses d’eau, y compris littorales, pour lequel la France s’est engagée auprès de ses partenaires européens, objectif qui nécessite plus que jamais un effort très important dans tous les domaines du cycle de l’eau ;

Constate que les montants prélevés sur la trésorerie des agences de l’eau sont de l’ordre de 500 millions d’euros par an, alors que l’investissement nécessaire pour instaurer un rythme de renouvellement durable des réseaux devrait passer de 1,2 à plus de 2 milliards d’investissement par an ;

Constate et regrette que l’instabilité du cadre législatif relatif à la maitrise d’ouvrage des services d’eau et d’assainissement, depuis la loi portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République, provoque des retards dans les investissements nécessaires ;

Réaffirme la nécessaire solidarité territoriale sur ces enjeux qui est un pilier fondateur de la politique de l’eau depuis 50 ans à l’échelle des bassins hydrographiques avec l’appui des agences de l’eau, premier pilier de cette solidarité ; c’est à l’échelle de ces bassins que cette solidarité doit s’exercer ;

S’oppose dans ce contexte à tout prélèvement national supplémentaire au détriment de l’agence Rhône-Méditerranée-Corse pour alimenter une forme de solidarité nationale, qui serait insupportable compte tenu du niveau de contrainte budgétaire très supérieur à la moyenne des autres agences que cette agence supporte déjà. En effet, la baisse des moyens financiers pour le 11ème programme sera pour l’agence Rhône-Méditerranée-Corse de l’ordre de 25 % par rapport au 10ème programme, alors que la baisse est moins importante pour certaines agences, l’une d’entre elles voyant même ses moyens financiers croître légèrement ;

Affirme en effet que la contribution demandée à l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse pour l’effort de redressement des comptes publics obère déjà gravement ses capacités d’aide aux collectivités territoriales et autres acteurs de l’eau sur le territoire, retardant, voire empêchant, les importants investissements nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés ;

S’oppose fermement à ce titre au principe des prélèvements sur la trésorerie des agences de l’eau et du « plafonnement mordant » des redevances, imposé au profit du budget général de l’État ;

Alerte dans ce contexte budgétaire le Gouvernement sur la nécessité de faire des choix permettant de répondre aux engagements communautaires : il n’est pas possible de vouloir à la fois diminuer la capacité d’intervention de l’agence de plus de 20 % et lui demander en même temps d’augmenter ses financements dans des domaines aussi variés que le renouvellement des canalisations ou le plan national pour la biodiversité ;

Rappelle l’expertise des agences de l’eau et leur performance en termes d’ingénierie technique et financière et leur caractère incontournable pour l’accompagnement des collectivités territoriales dans leurs projets d’amélioration de la qualité des milieux. Cela nécessite de préserver les moyens financiers et humains des agences de l’eau ;

Demande au Gouvernement de ne pas déstabiliser le travail en cours pour l’élaboration des 11e programmes d’intervention des agences de l’eau 2019-2024, qui mobilise depuis plus d’un an l’énergie de toutes les catégories d’usagers de l’eau au sein des comités de bassin, sous peine de remettre en cause le principe de démocratie au sein de ces comités qu’il conviendrait au contraire de réaffirmer. C’est bien en effet aux conseils d’administration des agences et aux comités de bassin qu’il incombe d’arrêter les priorités de leurs bassins et d’y affecter les montants d’intervention appropriés."

 

 

 





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Biomimétisme : ce que peuvent apprendre les pucerons

L’étude de pucerons ennemis de nombreuses cultures  permet de mieux connaitre leur appareil buccal complexe,  un outil qui pourrait aider à imaginer de nouveaux outils de perçage. Yvan Rahbé, directeur de recherche à l’INRA travaille au sein du laboratoire mixte INRA-INSA de Lyon, UMR5240 CNRS INSA-Lyon MAP Microbiologie, Adaptation, Pathogénie. Afin d’expliquer les mécanismes des  » maladies » des […]


Le biomimétisme permet d’imaginer de nouvelles gestions de l’énergie

Christophe Menezo,  enseignant chercheur à l’Université de Savoie – Mont Blanc, dans la filière énergie environnement  était invité de la conférence organisée par IESF Rhône. Auteur d’un ouvrage récent sur le bio-mimétisme, il a évoqué les rapports entre des organismes vivants et les défis énergétiques actuels. Christophe Menezo, enseignant chercheur à l’Université de Savoie-Mont Blanc, […]


Ingénierie des territoires : Pierre Jarlier ( maire de Saint-Flour) président du CEREMA

Pierre Jarlier, maire de Saint-Flour, président de Saint-Flour Communauté, ancien Sénateur et vice-président de l’Association des maires de France, a été élu ce vendredi président du conseil d’administration du Cerema. Pierre Jarlier succède à Patricia Blanc, directrice générale de l’Agence de l’eau Seine-Normandie élue le 21 décembre 2017 pour assurer la présidence, après la démission […]


Le Cluster Eco-Energies incite ses adhérents à développer des offres globales

Le Cluster Eco Energies Auvergne-Rhône-Alpes dédié  à l’éco-bâtiment, fort de son expérience dans la création de groupements, élargit à tous ses adhérents une démarche qui mène les entreprises jusqu’à la conclusion de marchés. Bruno Dehan, élu président du Cluster Eco Energies lors de l’assemblée du mois de juin, entend bien faire évoluer le cluster vers […]


Enlèvement des ordures ménagères : la justice annule les taux 2016 de la Métropole de Lyon

Comme chaque année depuis 2011, à la demande de l’association de contribuables Canol, le tribunal administratif  de Lyon a prononcé l’annulation du vote des taux de Taxe d’Enlèvement des Ordures ménagères (TEOM) adopté en 2016 par les élus métropolitains. Les taux votés en 2016 par les élus ont généré un excédent de recettes par rapport […]


Chasse : un bilan flou pour le plan de la Région

Lors de la dernière assemblée plénière du Conseil régional, l’exécutif a présenté un bilan du plan chasse, un bilan un peu flou. En septembre 2016, Auvergne-Rhône-Alpes a signé avec les fédérations de chasseurs une convention  de trois ans avec quatre objectifs : préservation de la biodiversité, communication et partage de l’espace, Plan chasse, équipements cynégétiques. […]


Pollutec 2018 : Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises invite dix entreprises

Auvergne-Rhône-Alpes entreprises souhaite inviter dix entreprises régionales sur son stand pour exposer leur projet innovant dans quatre domaines spécifiques : ville durable, industrie durable et du futur, agriculture, hôpital et développement durable. Dans le cadre du Salon Pollutec qui se déroulera du 27 novembre au 30 novembre prochain à Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises sera présente avec un […]


Economie circulaire : Techtera et le Club Recit lancent un recensement du gisement de déchets industriels textiles

Identifier les gisements à traiter pour en permettre la massification et rendre un processus de recyclage ou de valorisation viable, telles sont les étapes nécessaires à la constitution d’une filière de valorisation des déchets textiles, objectif du Club Recit. Depuis sa création début 2017, le club Recit (Recyclage et Economie Circulaire dans l’Industrie Textile) du pôle de […]


Vallée de la Chimie : Plus de 300 millions d’euros d’investissements annoncés

Aux 300 millions d’euros déjà investis par les acteurs publics et privés de 2012 à 2016 viendront s’ajouter 300 millions d’euros supplémentaires sur les 4 prochaines années, annonce la Métropole de Lyon. Projet majeur au centre de la politique de développement économique et d’aménagement portée par la Métropole de Lyon, la Vallée de la Chimie […]


Une piste de luge quatre saisons aux Sept Laux-Pleynet

En Belledonne, la station de montagne des Sept-Laux-Pleynet, a inauguré une piste de luge toutes saisons réalisée par la société Caratelli, filiale de Serfim. L’équipement permet de maintenir une attractivité en s’adaptant aux effets du changement climatique. L’opération réalisée par la société Caratelli (groupe Serfim) a été cofinancée par la Communauté de communes Le Grésivaudan […]


Vallée du Plastique : Triveo conjugue insertion et recyclage

Depuis 2014, la société Trivéo créée par quatre collecteurs de plastiques, a recyclé plus de 2000 tonnes de déchets plastiques complexes. La société est spécialisée dans le traitement de plastiques contenant des éléments métallique. Elle permet d’employer chaque année 25 personnes dans le cadre d’une démarche d’insertion.


Nucléaire : mieux anticiper accident et changement climatique

La  commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire demande une meilleure prise en compte des risques d’accidents. Le commission qui a rendu son rapport jeudi 5 juillet, demande d’accélérer la mise en place des plans d’évacuation des populations en remplacement des actuels plans limités aux riverains les plus proches. Les Les Plans particulier d’intervention (PPI) sont […]


Auvergne Rhône-Alpes : le MEDEF veut donner du poids aux territoires

Le MEDEF entend donner plus de poids aux régions et aux territoires. C’est l’ambition de Patrick Martin, président régional, devenu vice-président délégué et trésorier au niveau national qui souligne l’importance d’Auvergne Rhône-Alpes, dans les domaines de l’industrie et de l’énergie. Le Medef Auvergne Rhône-Alpes, se retrouve dans les prochaines orientations du MEDEF qui donneront une […]


Eau : le comité de bassin Rhône-Méditerranée s’alarme de ses restrictions de budget

Une nouvelle fois , le comité de bassin Rhône -Méditerranée réagit aux réductions de moyens financiers décidées par l’Etat alors que le bassin du Rhône, et les bassins des fleuves côtiers sont déjà très sensibles aux effets du réchauffement climatique. Ces dernières années déjà, l’Etat avait restreint les moyens des agences de l’eau. L’Etat a […]


Rhône Méditerranée Corse : le Comité de Bassin met en cause l’Etat

Le comité de bassin , « Parlement de l’eau », réunit  165 membres : 40 % d’élus des collectivités, 40 % d’usagers, 20 % de représentants de l’Etat, pour débattre de la gestion de la ressource en eau et de la protection des milieux naturels aquatiques. Il s’adresse au secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique en rappelant […]