Bioéconomie

Le « Pôle Bois du Haut Forez » prend son essor

Le « Pôle Bois du Haut Forez » prend son essor

Le « Pôle bois du Haut Forez » inauguré ce lundi à Noirétable (Loire) fonctionne depuis février 2009. Cet outil, unique en Rhône-Alpes, est né d’un constat : alors qu’il existe localement une ressource très importante en bois d’œuvre (1) et de nombreuses unités de première transformation (scieurs) , les entreprises régionales de la seconde transformation (2), industriels ou artisans, peinent à trouver sur place des bois de qualité aux normes de plus en plus fines imposées par la technologie moderne de leurs machines, et doivent importer près de 80% de leur bois ! D’où l’idée de créer une unité servant de lien entre l’amont et l’aval de la filière bois. La philosophie du projet est double : développement durable, avec une production de produits finis en circuit court valorisant la ressource forestière locale et selon les besoins des utilisateurs finaux. Mais aussi effet de cluster du pôle, en assurant aux entreprises fournisseuses (scieurs) et clientes (seconde transformation) un accompagnement opérationnel pour les aider à faire face aux mutations technologiques.

Séchage , rabotage et tri qualitatif

L’équipement de Noirétable repose sur la technique du séchage artificiel à air chaud, le séchage naturel étant trop long et trop aléatoire pour produire des bois normalisés de qualité suivie. Le Pôle Bois du haut Forez, installé sur la zone de l’étang à Noirétable , au cœur boisé des Monts du Forez et en limite du Puy de Dôme, comprend donc une puissante chaufferie bois (gérée par le groupe Elyo) alimentée avec des déchets bois fournis par les scieries locales et fournissant en air chaud 3 séchoirs de 20, 50, et 350 m3. Il comprend aussi une installation de rabotage pour fournir des produits finis à la demande des entreprises clientes, et une installation de classement et de mesure de résistance des bois pour les trier selon leurs qualités et performances mécaniques dans le respect des nouvelles normes européennes. Le pôle est complété par une unité de traitement des bois par insecticide, fongicide ou produit hydrofuge.

3,8 millions d’euros investis

Au terme de plusieurs années de réflexion, le projet a été porté par la petite communauté de communes des montagnes du Haut-Forez, qui a investi 3 millions d’euros dans les bâtiments (en bois bien sûr) , loués ensuite à une société exploitante. En 2007 le projet a été labellisé « pôle d’excellence rurale » par l’Etat pour son coté innovant, ce qui lui a ouvert des financements publics très importants: 780 000 euros de l’Etat au titre du développement rural (27% du projet) , 650 000 euros du conseil régional Rhône-Alpes (22%) , 300 000 euros du conseil général de la Loire (10%)… La société exploitante , la SA « Pôle Bois du Faut Forez » , présente l’originalité d’être une SCIC , « société coopérative d’intérets collectifs ». Elle réunit 200 sociétaires de toute la filière bois : propriétaires, forestiers, scieurs, entreprises de seconde transformation, collectivités, chambres consulaires… et a investi sur ses fonds propres 800 000 euros en matériel mobile et industriel. La capacité du nouveau Pôle Bois de Noirétable est d’environ 15000 m3 par an en séchage, et la moitié de ce volume en rabotage. Il emploie aujourd’hui 5 personnes et devrait passer rapidement à 6 ou 7 emplois permanents. Mais surtout, il a offert de nouveaux débouchés à une dizaine de scieries de la région, qui, sans cet outil , n’avaient guère d’avenir à moyen terme.

H.C.

henricolomb@yahoo.fr

(1) Le département de la Loire est boisé sur un tiers de son territoire et à 70 % en résineux pouvant donner du bois d’œuvre. La forêt ligérienne s’accroit naturellement chaque année d’1 million de m3 de bois, mais moins de la moitié de ce volume seulement est exploitée ! Rien que dans un rayon de 10 kilomètres autour du Pôle Bois du haut Forez, le potentiel de production de bois d’œuvre est estimée à 100 000 m3/an. Quant à la région Rhône-Alpes, boisée sur 36 % de sa superficie, c’est la seconde région forestière de France en surface derrière l’Aquitaine et la seconde en effectifs, avec 42000 emplois dans la filière bois. Mais là aussi, à peine un tiers de cette immense forêt rhonalpine est aujourd’hui valorisé …

(2) Comme Ossabois , premier constructeur français de maisons à ossature bois, installé lui aussi à Noirétable, et qui jusque là importait son bois d’Allemagne ! Aujourd’hui Ossabois absorbe 15 % environ du volume produit par le Pôle Bois du Haut Forez.

Contact : contact@pole-bois-forez.com , site internet : www.pole-bois-forez.com

'atelier de stockage des bois séchésLe pôle séchoirLe pôle rabotage

VOIR AUSSI