Trolleybus C3 à Lyon : le site propre améliorera le service et l’environnement


La ligne de trolleybus C3 en cours de réalisation dans le centre de Lyon, aura des effets positifs en cascade sur l'environnement et sur la mobilité.

La ligne de trolleybus C3 en site propre est destinée à remplacer la ligne C3 un peu noyée parfois dans les flux de la circulation. Sur 12 kilomètres, une bonne moitié de son parcours s'étire dans le centre de la ville de la gare Saint-Paul au pôle multimodal Laurent Bonnevay. La fréquence théorique est de six minutes, mais les conducteurs ont du mal à tenir le rythme et la promesse commerciale.
L'aménagement de la ligne en site propose sur 5,5 kilomètres ( 55 millions d'euros, livraison en  septembre 2019)  d'apporter une amélioration globale. Mais le chantier lui-même, visité ce matin par David Kimelfeld, président du Grand Lyon et Annie Guillemot présidente du Sytral a non seulement montré l'état d'avancement du chantier  mais aussi les premiers impacts.

D'abord le chantier s'est déroulé sans interrompre totalement la circulation. Plutôt que bloquer totalement les axes transformés, le phasage a retenu le maintien d'une voie de circulation. Les flux de véhicules sont déjà réduits sans être totalement barrés. De nouvelles habitudes se prennent, sans douleur, sans traumatisme.  Dans les tronçons qui sont achevés, le futur fonctionnement apparait. Les trolleys qui roulent sur les deux voies en site propre circulent déjà mieux. Et l'environnement immédiat commence à prendre forme. Les nouvelles stations  sont  marquées, les nouveaux trottoirs sont mis en place, de la végétation est plantée sur certains terre plains. Le nombre d'arbres passera de 141  à 216.

Les surfaces piétonnes seront  étendues, et les  bandes cyclables tracées sur la double voie du site propre devraient permettre à 6000 cyclistes de pédaler chaque jour sur un axe pacifiés en 2030. Des aires de livraison permettront aux marchandises d'être livrées sans perturber la circulation.  Comme pour chaque opération du SYTRAL (tramway, etc.), des opérations d'embellissement seront soutenues par le SYTRAL.

Aujourd’hui,la ligne C3  connait une utilisation de 55 000 trajets par jour. Cette fréquentation devait augmenter de 20 000 trajets, dont une bonne partie de trajets en cabotage. Beaucoup d'utilisateurs ne montent dans le trolley que pour quelques stations.  La promesse de la fréquence tenue,  les raisons de monter dans sa voiture seront moins évidentes. La vitesse commerciale devrait augmenter de 5 kilomètres par heure et le temps de parcours d'un bout à l'autre devrait être réduit de 10 minutes.

L’environnement général s'améliorera le long d'axes très chargés en trafic, donc en nuisance, en pollution.  Le nombre de véhicules automobiles sera sensiblement réduit, comme les émissions et comme les décibels, un gain appréciable pour les milliers de riverains.

Au-delà de Laurent Bonnevay à l'Est, le C3 conservera les facilités d'une circulation moins dense sur des couloirs qui permettent de progresser vite sur le territoire de Vaux-en-Velin. Dans la Presqu’ile, le C3 circule rue de la République libérée depuis longtemps des encombrements du trafic automobile. La ligne pourrait aussi bénéficier un jour de la mise en service de véhicules bi-articulés, qui accroîtraient la capacité de chaque rame. Mais l'étape de 2019 sera déjà un progrès sensible.

 





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon-Turin : la Transalpine demande la mise en place de l’Eurovignette

Mercredi 27 septembre se tient à Lyon un Sommet franco-italien co-présidé par Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, Président du Conseil italien. Le Comité pour la Transalpine attend que l’Etat français confirme ses engagements, pour le financement du tunnel de base mais aussi pour celui des accès.


Supraways : des investissements moins lourds

Les réseaux de navettes suspendues imaginées par SUPRAWAYS permettent un investissement d’un montant limité au kilomètre linéaire et misent sur une capacité horaire par ligne supérieure à celle de systèmes lourds.


Supraways vise des transports publics équilibrés sur le plan financier

Avec des systèmes de transports urbains suspendus et automatisés, Supraways entend développer des services équilibrés sur le plan financier.


Supraways, des systèmes de transport suspendus et automatiques pour la ville de demain

A ECULLY,  la jeune pousse SUPRAWAYS, installée au sein de la pépinière EM Lyon, imagine une solution de transports suspendus, qui libère le sol des villes et offre un réseau de transports avec des modules guidés automatiquement.


Salon Glassman Europe : le secteur du verre d’emballage innove pour l’économie circulaire

Le salon Glassman Europe 2017 réunit à Lyon pendant deux jours un millier de spécialistes du verre creux destiné à l’emballage. Le secteur a fait d’énorme progrès pour réduire sa consommation énergétique et développer le recyclage.


Antarctique : le vent sublime les flocons et réduit les chutes de neige

Dans une zone de Terre Adélie, près du sol, les vents catabatiques font passer les flocons de neige de l’état solide à l’état gazeux ce qui réduit en partie les précipitations neigeuses qui contribuent à la formation de la calotte glaciaire. L’étude paraît dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Enviscope.com à partir du […]


Le SuperGrid Institute à Villeurbanne : pour les stations de transfert d’énergie de demain

Le SuperGrid Institute à Villeurbanne  travaille sur plusieurs volets des réseaux  d’électricité du futur, notamment les Stations de Transfert d’Energie par Pompage.


Lighting Days : trois rendez-vous autour de l’éclairage les 13 et 14 décembre à Lyon

Le regroupement des salons leaders en France sur le marché de l’éclairage, ForumLED Europe, Full LED Expo et Forum LumiVille, donne naissance aux LIGHTING DAYS, qui se tiendront les 13 et 14 décembre, au Palais des Congrès de Lyon. Trois salons aux approches différentes du secteur de l’éclairage et de la lumière, ForumLED Europe, Full […]


Des technologies pour de nouveaux réseaux d’énergies

La production d’électricité renouvelable sera bien plus décentralisée et bien plus irrégulière que la production actuelle, d’origine thermique, centralisée et prévisible.


Electricité renouvelable : 22,1% de la consommation au deuxième trimestre

Le Syndicat des Energies Renouvelables met en avant la progression de la puissance installée en un an. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin juin 2017, à 46 853 MW. Elle atteint 91 % de l’objectif 2018 prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie).


Nucléaire médical : l’Autorité de sûreté prône la vigilance

La Division Auvergne Rhône-Alpes de Autorité de Sûreté Nucléaire contrôle  les installations nucléaires utilisées dans le secteur de la santé.


Chauffage au bois : la qualité de l’air est un objectif pour le SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables  met en avant  une étude « Impact de la qualité du combustible bois bûche et de l’évolution du parc d’appareils à bois sur la qualité de l’air » qui confirme les progrès réalisés et les progrès possibles pour la qualité de l’air.


Sureté nucléaire : globalement satisfaisante en Auvergne-Rhône-Alpes

La Division Auvergne Rhône-Alpes de l’Autorité de Sûreté Nucléaire  estime que la radioprotection est d’un bon niveau dans la région, mais elle attire l’attention sur les améliorations à apporter dans le secteur de la radiothérapie.


Les groupes chimiques misent sur la mobilité durable

Les acteurs régionaux de la chimie mais aussi Michelin, misent sur la transition énergétique.


IFPEN acteur de la recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

L’IFP Energies Nouvelles entretient des liens étroits avec la recherche notamment en région lyonnaise.