WOOPA, un immeuble sans émission de carbone


WOOPA, immeuble sans émission de carbone, a été inauguré il y a quelques semaines. Bruno Lebuhotel, Président de Planète Woopa, explique le fonctionnement de WOOPA, bâtiment construit par des entreprises de l’économie sociale et par Rhône-Saône Habitat.

A Vaulx en Velin, WOOPA met en oeuvre les techniques du facteur Quatre ( Enviiscope.com)

WOOPA, présenté au début de 2012, inauguré au mois de juin, est un bâtiment d’avant-garde. Il abrite dans le quartier de la Soie, à Vaulx en Velin (Rhône) à la fois  les bureaux de plusieurs entreprises de l’économie sociale et des logements, construits par la coopérative Rhône-Saône Habitat.
A deux pas de la station « Vaulx en Velin la Soie », WOOPA, desservi par deux lignes de tramway et par la ligne A de Métro, est très bien connecté au centre de l’agglomération lyonnaise.

Le bâtiment ( 20 500 mètres carrés *) s’allonge suivant un axe principal Est-Ouest, sur quatre vingt mètres, parallèlement à  la ligne utilisée par le tramway T3 et par Rhône-Express. L’alignement Est-Ouest permet de déployer une longue façade tournée vers le sud, capable de capter la chaleur et la lumière, une lumière qui par l’utilisation abondante du verre, permet d’éclairer abondamment les patios.

WOOPA est un bâtiment innovant par sa structure. Il a été conçu par le cabinet d’architectes hollandais RAU, avec la collaboration du cabinet villeurbannais SOHO.

Des dalles actives

La structure du bâtiment est constituée de piliers de béton, réunis par des dalles actives épaisses de 45 centimètres. Cette épaisseur supérieure à celle de dalles classiques, offre de nombreux avantages.

Cette technique utilisée en Europe du Nord, apportée par le cabinet RAU, permet en effet de faire passer tous les fluides et tous les câblages : électricité, informatique, fluides sanitaires. Les dalles actives  permettent de faire circuler l’eau de la nappe phréatique utilisée pour rafraichir l’immeuble en saison chaude. La nappe phréatique, encore peu sollicitée, constitue une source froide appréciable.

« Ces dalles permettent un gain intéressant en termes de volume, explique Bruno LEBUHOTEL. Elles évitent de réaliser  faux plafonds et faux planchers, ce qui représente une économie, en même temps qu’une facilité d’aménagement.« 

L’absence de faux plafonds aurait pu poser un problème d’acoustique. Le risque assumé s’est révélé parfaitement gérable. « Dans la plupart des bureaux le personnel travaille seul ou à deux ou trois personnes. L’ambiance générale est calme. Des dispositifs acoustiques ont été disposés le long de murs extérieurs, et dans certains espaces de réunion, au plafond » explique Bruno Lebuhotel.

Des dispositifs acoustiques vertiaux ont été posés sur des murs où ils s’intègrent parfaitement.

Un confort thermique

Le confort thermique lui aussi a répondu aux attentes. Les parois des façades mises en place entre les éléments de structures, sont fortement isolées, comme les ouvertures. Côté  Sud ou Est, ces dernières comportent des vitrages, (ouvrants) composés d’un double vitrage (à l’argon) et d’un vitrage dans lequel se trouvent des stores télécommandés. Chaque occupant peut régler la protection solaire en fonction de l’ensoleillement. Au Nord, les vitrages sont renforcés. 

L’ouverture des ouvrants par les occupants permet d’affiner les températures en fonction des conditions réelles de température ou de météorologies. Des journées chaudes précoces, les occupants peuvent ouvrir des fenêtres, comme ils peuvent jouer avec l’ensoleillement. L’immeuble conserve une dimension humaine.

Une lumière généreuse

De larges ouvertures apportent une lumière naturelle généreuse qui contribue à la réduction de la consommation énergétique. « Pour l’éclairage artificiel, nous avons choisi non pas des éclairages fixes sur les plafonds mais des lampadaires, produits par un spécialiste suisse » explique Bruno Lebuhotel.

Les lampadaires aux lignes agréables, diffusent un éclairage direct et un éclairage indirect. Mobiles, décoratifs, ils peuvent être déplacés, éventuellement d’un local à l’autre, au gré de l’organisation d’un bureau et des besoins en lumière. Ces équipements innovants, développés pour les besoins de WOOPA ont représenté un investissement important, mais leur efficacité énergétique, alliée à leur souplesse d’utilisation est parfaitement intégrée dans le bilan du projet.

La consommation de 47 KWH par mètre carré et par an, comprend non seulement les besoins prévus par la Réglementation thermique (chauffage,éclairage) mais aussi la  consommation de la bureautique et des ascenseurs.

Une production d’énergie renouvelable

Les besoins en énergie sont assurés par récupération des calories ou par les moyens de production énergétique intégrés dans le bâtiment.

La production photovoltaïque est apportée par 1600 mètres carrés de panneaux, installés sur les toitures de la partie « bureaux » et sur la toiture de la partie « habitations ». « Ces panneaux s’étendent sur la toiture des bureaux et sur la toiture des habitations, dans le cadre d’un montage juridique réalisé avec Rhône Saône Habitat« , explique Bruno LEBUHOTEL.

Un apport d’énergie sera assuré par une chaudière à cogénération qui fonctionnera à l’huile de colza. La question de la  provenance de l’huile de colza n’a pas encore reçu de réponse, mais les responsables de WOOPA cherchent un approvisionnement régional si possible biologique. Le projet WOOPA n’est pas encore achevé.

michel.deprost@enviscope.com

* Avec 20 500 m2 livrés en décembre 2011, le programme WOOPA représente une enveloppe de 44 000 000 € HT dont :
- 30 000 000 € dédiés au tertiaire et aux commerces,
- 14 000 000 € aux logements.





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Sommet franco-italien sous surveillance a Lyon

Le sommet franco-italien consacré principalement à la liaison ferroviaire transalpine s’est ouvert ce lundi matin à la Prefecture de la Région Rhone-Alpes, à Lyon. Francois Hollande s’est d’abord entretenu avec le Préfet de Région, puis avec des élus regionaux, avant d’accueillir le Premier ministre italien, Mario Monti, peu avant-midi. Les deux responsables d’exécutifs se sont […]


Le prix du gaz grimpe au sud de la France

Hausse des prix en Asie, baisse des livraisons algériennes et températures en baisse: le prix du gaz au sud de la France décolle.


Watt et Moi avec Grand Lyon Habitat et ERDF: les consommateurs veulent apprendre à économiser l’électricité

Lancé en mai 2012 par GRANDLYON HABITAT et ERDF auprès d’un millier de locataires du bailleur social lyonnais,  Watt & Moi est un site internet qui leur permet de suivre leur consommation et de se comparer à des locataires qui leur ressemblent.


En Isère, la certification  » Bois des Alpes  » fait école

Après l’inauguration de l’école de La-Rivière la semaine précédente, a été inaugurée dans le Trièves, ce vendredi 29 novembre la deuxième maison du Conseil général de l’Isère construite en bois certifié  » Bois des Alpes « . Deux ouvrages faisant partie des 20 bâtiments pilotes, dont le rôle est de promouvoir cette nouvelle certification.


Piles et accumulateurs : Screlec doit accroitre la collecte

Screlec, éco-organisme en charge de la collecte des piles et accumulateurs, doit faire passer la collecte et la valorisation de 35 à 45% pour être en ligne avec les objectifs européens.


La baisse des budgets d’Etat touche la recherche

La réduction du budget de l’Etat entraine des baisses de budgets pour les universités et organismes de recherche. Ce vendredi, des personnels de l’IRSTEA , recherche en environnement et agriculture, ont manifesté à Villeurbanne.


La Presse Régionale d’Information en Ligne interroge ses lecteurs

L’association de la Presse Régionale d’Information en Ligne, lance une enquête pour mieux connaitre ses lecteurs.


IRSTEA à Villeurbanne: des recherches sur l’écologie aquatique

Le centre IRTSEA de la Cité lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse,à Villeurbanne est spécialisé dans l’étude des perturbations chimiques et physiques des milieux aquatiques.


CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, 500 chercheurs pour un centre de niveau européen

CLEA, Cité Lyonnaise de l’Environnement et de l’Analyse, inaugurée ce vendredi par Geneviève Fioraso, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est un entre de recherche de niveau européen dans les domaines de la gestion de l’eau et en sciences analytiques.


Pollutec : ECM Technologies obtient le prix du groupement à l’export

Avec trois autres éco-entreprises, la société grenobloise a été distinguée par les Trophées export des éco-entreprises, remis sur le salon Pollutec Horizons ce vendredi 6 décembre par l’Ademe, Bpifrance et Ubifrance.


AREVA a renforcé son implantation à Lyon

AREVA a renforcé son implantation à Lyon, notamment ses moyens  pour le futur réacteur ASTRID. Le groupe public emploie 1300 personnes dans le quartier de la Part-Dieu en lien avec les sites industriels de Bourgogne.


Le pôle de compétitivité Axelera veut devenir une usine à produits

Bruno Allenet, président d’Axelera, a fait dans le cadre du salon Pollutec le bilan de l’exercice écoulé et, après avoir revu la stratégie du pôle, lancé sa « feuille de route 3.0 » : passer du mode projets à l’usine à produits. C’était l’occasion pour plusieurs PME et porteurs de projets de se présenter.


Luminaires led : PISEO et LCIE Bureau Veritas proposent une certification

Face à une offre abondante, de qualité variable, PISEO et LCIE Bureau Veritas, proposent une certification de la performance des luminaires, en complément du volet sécurité.


La France reste en retard pour l’hydrogène

Sur Pollutec Horizons, l’Association Française de l’Hydrogène et de la Pile à Combustible a de nouveau souligné le retard français pour l’utilisation de ce vecteur propre. La Vallée de la Chimie serait adaptée pour accueillir une station de distribution d’hydrogène.


Stockage d’énergie: des pistes à long terme

Pour le stockage fixe d’énergie, il convient de mener encore des recherches, de lancer des programmes. Les Zones non raccordées Insulaires doivent servir de champ d’expérimentation.




Moustique tigre: se protéger en supprimant les points d'eau






Parole d'expert