Eau

Bioforce et la fondation Veolia forment des étudiants à la production d’eau potable en urgence

Une trentaine d’étudiants de Bioforce ont suivi pendant quatre jours au Fort de Feyzin une formation aux équipements conçus par la Fondation Veolia pour produire de l’eau potable en situation d’urgence humanitaire.

Une trentaine d’étudiants de Bioforce ont suivi pendant quatre jours au Fort de Feyzin une formation aux équipements conçus par la Fondation Veolia pour produire de l’eau potable en situation d’urgence humanitaire. ©Bioforce

Créée en 1983 par Charles Mérieux, Bioforce est une organisation humanitaire qui forme chaque année 300 personnes aux métiers de l’humanitaire dans son centre de Vénissieux. Depuis le début de la semaine, une trentaine de ses étudiants en fin de formation professionnelle certifiante de Responsable de projets eau, hygiène et assainissement de l’action humanitaire ou de Responsable logistique de l’action humanitaire, ont été formés par les équipes de la fondation Veolia et d’Eau du Grand Lyon au matériel Aquaforce, des unités mobiles conçues pour délivrer de l’eau potable en situation d’urgence humanitaire.

« Nous avons travaillé par petits groupes sur l’Aquaforce 2000, une machine de 270 kg qui permet d’approvisionner 2000 personnes en eau potable. Nous avons formé les stagiaires au montage, au fonctionnement, à l’entretien et à la maintenance du matériel, mais aussi à la chimie de l’eau pour leur apprendre à fabriquer une eau potable au normes de l’OMS », explique David Poinard, directeur des opérations d’Eau du Grand Lyon et volontaire Veoliaforce de la fondation Veolia, qui connaît bien l’urgence des situations humanitaires pour avoir déjà installé la solution Aquaforce au Kurdistan, en Équateur, à Saint-Martin et en Indonésie après des séismes ou des cyclones.

Machines manuelles, autonomes et robustes

Développé depuis une quinzaine d’années par la Fondatiuon Veolia, les Aquaforces sont des machines manuelles, autonomes et robustes qui permettent par exemple de traiter l’eau puisée dans un lac ou une rivière pour la rendre potable. Les trois modèles, conçus selon les standards définis par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sont capables d’approvisionner en eau potable jusqu’à 15 000 personnes par jour.

« Que ce soit en 2016 après un séisme en Équateur en partenariat avec la Sécurité civile française, en Haïti après l’ouragan Matthew, au Mali en 2012 ou encore, cinq ans plus tard, lors de la Bataille de Mossoul en Irak, nos unités mobiles de potabilisation de l’eau s’adaptent à tous les terrains. C’est ce qui fait leur grande force », précise Thierry Vandevelde, délégué général de la fondation Veolia.

Aussi au Sénégal

Satisfait de ce partenariat qui permet à ses étudiants d’être formés par des professionnels de l’humanitaire au matériel qu’ils auront à déployer lors d’interventions d’urgence, Gilles Collard, directeur général de Bioforce, souhaite que ce partenariat aille encore plus loin : « La crise de la Covid-19 nous incite à agir différemment. Plutôt que d’acheminer des équipes et du matériel sur les terrains d’urgence, il vaut peut-être mieux pouvoir compter sur les forces déjà en place. C’est pourquoi je souhaite également développer cette formation dans notre centre de Dakar, qui forme la nouvelle génération d’humanitaires qui viennent de toute l’Afrique centrale et de l’Ouest. En unissant nos compétences avec la Fondation Veolia, nous créons une expertise unique qui doit bénéficier à l’ensemble de nos étudiants, qu’ils soient en France ou au Sénégal ».

Plus d’info sur les Aquaforces : https://www.fondation.veolia.com/fr/les-aquaforces

 

VOIR AUSSI