Science

BIONICOMP : des fibres biosourcées pour renforcer des composites

La réduction de masse induite par une utilisation des composites à base de fibres naturelles est un enjeu économique et environnemental dans le secteur des transports. La réduction du poids des composites à fibres de verre dans les avions, les trains et les véhicules représente un gain de poids. Ce gain permet un gain de compétitivité sur les marchés mondiaux  pour les constructeurs français.

Le projet BIONICOMP cherche à améliorer les performances globales des composites à renforts bio-sourcés pour concurrencer et remplacer les composites à fibres de verre pour un poids très inférieur. Le projet BIONICOMP, porté par le pôle de compétitivité Axelera, a été retenu dans le quatorzième appel à porjet publié par le Ministère du Redressement Productif. Ce dernier a annoncé le financement de 77 projets de recherche et développement collaboratifs pour une aide publique de 61,46 M€, au titre du 14ème appel à projets.

BIONICOMP travaillera sur les axes suivants.

L’adhésion entre ces fibres naturelles et la matrice reste un défi majeur pour l’utilisation des renforts d’origine végétale dans les composites polymères. Les innovations portent plus particulièrement sur le renforcement de l’adhésion fibre/matrice dans le cas de fibres d’origine végétale et de matrices élastomères et thermodurcissables. Le renforcement est permis par une technique de greffage activé par ionisation destinée à multiplier les interactions covalentes entre constituants.
Le projet bénéficie d’un budget global de 3,2 M€. Il est porté par la PME IONISOS et réunit 5 industriels – dont 2 PME, et 2 partenaires académiques. La partie recherche appliquée de ce projet de 38 mois porte sur la chimie aux interfaces, débouchant sur le développement et la qualification de démonstrateurs (habillage intérieur d’avion, de véhicule, équipements de sports et loisirs et textiles techniques de protection et/ou décoratifs).

VOIR AUSSI