Environnement

Bouquetins du Bargy : les associations mobilisées contre la reprise des tirs

Selon plusieurs associations, le cabinet du Président de la République aurait ordonné à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de procéder à l’élimination de tous les bouquetins survivants du Massif du Bargy (Haute Savoie) où sévit une épizootie de brucellose.

Les associations, FRAPNA, FNE, Humanité et Biodiversité, l’ASPAS et la LPO rappellent que des instructions ministérielles écrites, claires et équilibrées avaient été données au préfet de Haute-Savoie en mai dernier par Stéphane Le Foll, Ségolène Royal et Barbara Pompili. Ces consignes  s’appuyaient sur l’expertise des spécialistes de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) préconisant de combiner l’euthanasie sélective de tous les bouquetins reconnus séropositifs et la vaccination des animaux sains. Une option certes de long terme mais la plus sûre pour la résolution de l’épizootie de brucellose sur le massif du Bargy.

Depuis, l’ONCFS et l’Anses ont travaillé  pour mettre en place un protocole de vaccination. Ce revirement de situation, contraire à l’avis scientifique, risque de remettre en cause durablement la sortie de crise et d’enliser définitivement le conflit entre éleveurs et protecteurs de la nature…

À ce jour, plus de 430 bouquetins ont été abattus dans le massif, dont une forte proportion d’animaux sains. Les associations rappellent qu’il y a eu un seul cas de brucellose en 17 ans – pour lequel la responsabilité des bouquetins n’est pas établie. Le risque de transmission de cette infection est nul ou quasi-nul pour tous les experts.  Ceux-ci pensent en revanche que les tirs, en dispersant les populations d’animaux, se solderaient probablement par la dissémination de la maladie sur les massifs avoisinants.

Pour les associations, le chef de l’Etat doit résister à la pression de la FDSEA qu’elles accusent d’être un puissant lobby agricole qu’il ne faut pas séduire avant les prochaines élections présidentielles. La préservation des 200 bouquetins sains qui restent sur le massif du Bargy constitue, pour les associations ” un objectif de cohérence de préservation du capital nature de la France et pas seulement pour ceux qui militent.”

 

VOIR AUSSI