Environnement

Budget 2015 : pour le Ceser la dette de Rhône-Alpes atteint ses limites

Le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional de Rhône-Alpes met en garde le Conseil Régional sur les limites de l’endettement. La fusion avec l’Auvergne pèsera sur les marges de manœuvre de la future région, notamment en matière d’investissements, sur le ferroviaire, mais aussi la réhabilitation des lycées.

 

Les membres du Ceser ont voté, à la quasi unanimité, un avis sur le projet de budget de la Région Rhône-Alpes discuté ce jeudi matin et ce vendredi matin par les Conseillers Régionaux. Seul Victor-John Vial-Voiron, représentant de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière a voté contre cet avis selon lui trop modéré. Il voudrait davantage d’effort de la région. Mais sur le fond, bien des membres du Ceser pensent que le Conseil Régional doit faire davantage d’économies comme l’explique Jean-Louis Pivard, rapporteur de l’avis sur les orientations budgétaires.

Les membres du Ceser ont préféré, toutes tendances confondues, voter pour le ton modéré de leur institution, mais le message est clair,  la dette de Rhône-Alpes a atteint le cote maximum.

Investissements préservés pour la réhabilitation des lycées

C’est vrai, la Région essaie de maîtriser ses dépenses de fonctionnement, mais pas encore assez.

C”est vrai, en 2015, la Région va préserver les investissements dans le ferroviaire, dans la réhabilitation des lycées. Ces investissements jouent un rôle important ” contracyclique” pour continuer à donner du travail aux entreprises de matériel ferroviaire ou du secteur du bâtiment, mais pour maintenir le montant des dépenses d’investissement, l’exécutif envisage de recourir une fois de plus à l’emprunt. En 2014, la Région avait emprunté 234 millions. En 2015 elle emprunterait 256 millions, soit 22 millions de plus qu’en 2014, une augmentation de 9, 4%..

La Région aura une charge financière en hausse de 11 millions, soit plus 7%. Ce poids de la charge de la dette marque une limite. “ Il y a quelques années, le vice-président en charge des finances avait dit qu’un ratio d’endettement de sept ans était dangereux, nous y sommes » : c’est la position du Ceser.

La dette consolidée de Rhône-Alpes atteindra 2 365 millions d’euros au 31 décembre 2015. Pour le Ceser le stock est «  très élevé ». Pour Rhône-Alpes seule, l’encours reste dans la fourchette basse par habitant. Mais l’Auvergne, avec laquelle la fusion est prévue, est  dans la fourchette haute. Et les frais ne vont pas diminuer. Le nombre de conseillers régionaux qui devait être de 150  pour la future région, sera de 2004. Les indemnités seront alignées vers le haut et les frais augmenteront.

« La marge de manœuvre de la collectivité en sera d’autant plus limitée demain, même si le coût de l’argent demeure aujourd’hui remarquablement faible ». La capacité d’investissement pour les prochaines années, risque d’être limitée. Le Ceser estime ” qu’à profil budgétaire » « au fil de l’au « au-delà de 2015, le budget d’investissement constituera demain de plus en plus  variable l’ ajustement de la construction budgétaire.”

michel.deprost@enviscope.com

 

 

 

VOIR AUSSI