Environnement

Captation de CO2

Communiqué de presse
Lyon, le 30 mai 2013
Le pôle de compétitivité Axelera présente les résultats du projet de R&D Acacia (Amélioration du CAptage C0² Industriel et Anthropique)
Le 11 avril dernier, le projet de R&D Acacia, monté et labellisé par le pôle de compétitivité chimie-environnement Axelera, a fait l’objet d’une journée de valorisation. Ce projet a permis de développer des technologies et procédés de captage du CO2 en post-combustion directement sur fumées de sources fixes, afin de réduire le coût de captage du CO2 pour les industries, le coût de traitement à la tonne du CO2 et l’impact du traitement du CO2 sur le coût de l’électricité ou des produits industriels (ciments, aciers).
D’une durée de 36 mois (octobre 2008 – octobre 2011), le projet Acacia a rassemblé 12 partenaires contractuels : ARKEMA, ARMINES-SPIN, CNAM, CNRS (LTIM, LMOPS, IRCELyon), GDF SUEZ, IFP Energies nouvelles, LAFARGE, VEOLIA Environnement, SOLVAY, Université Claude Bernard Lyon 1 (LSA). Il a mobilisé un budget global de 3,5 M€, pour une aide publique de 1,7 M€.
Les 2 principales sources de rejets de CO2 dans l’atmosphère sont les installations fixes industrielles et celles de production d’électricité, qui représentent plus de 60% des émissions mondiales. Les procédés conventionnels de captage du CO2 se basent pour la plupart sur l’absorption par un solvant. Les solvants chimiques utilisés sont principalement des amines, et notamment la monoethanolamine (MEA). Si la MEA permet de récupérer jusqu’à 98% du CO2 et d’obtenir une pureté à 99%, son utilisation entraîne un coût de fonctionnement bien trop élevé.
Le projet a poursuivi les objectifs suivants :
 L’étude de nouveaux procédés en rupture par voie liquide ou solide, permettant aux acteurs du projet et de la filière de se positionner à moyen terme sur le marché du captage CO2 pour les nouvelles installations industrielles attendues pour 2020. L’objectif fixé est d’atteindre un coût global de captage inférieur de 50% au coût des procédés existants.
 L’étude de l’application de ces nouveaux procédés pour capter le CO2 sur les émetteurs industriels considérés dans le cadre du projet (centrales thermiques, cimenteries, incinérateurs, usines pétrochimiques).
5 types de procédés en rupture ont été étudiés : solvants démixants, hydrates, enzymes, liquides ioniques
et développement de nouveaux solvants. Des travaux d’évaluation technico-économiques comparatives à la solution technologique MEA sur cas industriels concrets ont permis de sélectionner les solutions les plus prometteuses.
Le procédé liquide de lavage des gaz par solvant démixant est apparu comme la solution de rupture alternative à la solution du lavage à la MEA. Cette solution (DMXTM), proposée par IFP Energies nouvelles, doit cependant encore être développée. Par ailleurs, ce procédé n’a pas été considéré lors de l’étude
technico-économique pour les gaz faiblement concentrés en CO2 (< 5 %), car il manque pour l’instant des données thermodynamiques. La démonstration industrielle de ce procédé DMXTM sera réalisée sur un pilote industriel de captage de CO2 sur des fumées de centrale thermique charbon dans le cadre du projet FP7 OCTAVIUS, qui a démarré en mars 2012. Solvay poursuit par ailleurs ses travaux d’études de pré-industrialisation sur de solutions de captage du CO2 selon par des adsorbants solides.
Enfin, le projet Acacia a généré des premières retombées scientifiques, technologiques et économiques : 1 brevet déposé, 12 publications dans des revues scientifiques à comité de lecture, 27 communications lors de conférences et colloques, 4 thèses et 6 emplois créés en CDI / CDD durant la vie du projet.
A propos d’Axelera
Accélérer la construction d’une filière industrielle et scientifique de dimension internationale qui conjugue chimie et environnement, tel est l’objectif d’Axelera, le pôle de compétitivité à vocation mondiale chimie-environnement Lyon et Rhône-Alpes, créé en 2005 par ARKEMA, le CNRS, GDF SUEZ / SUEZ ENVIRONNEMENT, IFP Energies nouvelles et SOLVAY. Axelera rassemble et coordonne les acteurs de l’industrie, de la recherche et de la formation en chimie et en environnement, autour de cinq thématiques : la chimie-environnement au service des marchés d’applications, la préservation des espaces naturels, le recyclage et la recyclabilité des matériaux, la chimie issue du végétal et l’usine du futur. Fort d’un réseau de 266 adhérents à fin 2012 dont 50% de TPE/PME, Axelera a enclenché une forte dynamique d’innovation, avec 180 projets de R&D labellisés par le pôle et financés pour un budget global de 561 M€, ainsi que 2 grands projets stratégiques initiés par le pôle, labellisés par l’Etat et en cours de développement : la plateforme d’innovation collaborative AXEL’ONE et l’Institut d’Excellence en Energies Décarbonées IDEEL. Pour plus d’informations : www.axelera.org.

VOIR AUSSI