Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand agit pour réduire la pollution lumineuse

Clermont Auvergne Métropole signera avec l’association Noé la Charte de l’éclairage durable, témoignant ainsi de sa volonté d’ancrer sa transition énergétique et écologique.

Clermont Auvergne Métropole est la première métropole de France à adopter la Charte de l’Éclairage Durable de l’association Noé. © Nanzig (CC BY-SA 4.0)

Clermont Auvergne Métropole est la première métropole de France à adopter la Charte de l’Éclairage Durable de l’association Noé. En s’inscrivant dans cette démarche, l’agglomération veut réduire sa pollution lumineuse et favoriser la préservation de la biodiversité.

En 2016, Noé et la Métropole de Clermont-Ferrand ont signé un premier partenariat sur la stratégie locale de prise en compte de la biodiversité dans l’aménagement et les activités du territoire.

Ce partenariat comprend trois axes :

  • intégration de la nature en ville (végétalisation des rues, gestion écologique des espaces verts, incitation des particuliers à accueillir la biodiversité ;
  • sensibilisation du grand public ;
  • protection de la biodiversité nocturne.

Clermont Auvergne Métropole entend protéger la biodiversité nocturne : 28 % des espèces de vertébrés et 65 % des invertébrés (insectes, escargots…) vivent partiellement ou exclusivement la nuit. Des villages de plus en plus nombreux décident de réduire l’éclairage public la nuit. Bien qu’elle soit un enjeu, la pollution lumineuse des villes ne cesse de croître. On estime qu’elle augmente de 6 % par an dans le monde et de 10 % en Europe.

Dix engagements

La Charte de l’Eclairage Durable comprend 10 engagements pour repenser un schéma d’éclairage et adapter son matériel et ses pratiques. Depuis 2013 Clermont-Ferrand a mis en place des actions comme l’abaissement de puissance de 50 % et jusqu’à 70 % des 17 700 points lumineux en cœur de nuit. L’intensité lumineuse a baissé de 50 % sans gêne, l’œil s’habituant à la lumière naturellement. Respectant la législation, la Ville pratique l’extinction des luminaires à partir de minuit dans les parcs, monuments et bâtiments publics.

En corrélation avec les réflexions menées sur les Smart-Cities, la rue Victorien-Sardou est équipée de candélabres avec détecteurs de présence, le long de la maille piétonne et de la piste cyclable. Les lumières s’allument au passage d’un piéton ou d’un cycliste et s’éteignent automatiquement derrière lui. Sur 21 communes de la métropole, 11 pratiquent l’extinction de leur éclairage public la nuit.

Pour aller plus loin, une mobilisation et une réflexion sera menée avec les acteurs du territoire : la société civile, les acteurs économiques, les services compétents et les équipes municipales des communes.

D’autre part, Clermont Auvergne Métropole construit son Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPI) et intègre, dans ce cadre, parmi ses principaux objectifs, la prise en compte des exigences en matière de développement durable dont la lutte contre la pollution lumineuse.

VOIR AUSSI