Science

Hydrocarbures de roches mères : le BRGM engagé dans l’expertise internationale

Le BRGM (Bureau de Recherche géologique et Ministère) est l’établissement public spécialiste des applications des sciences de la Terre pour la gestion des ressources et des risques du sol et du sous-sol.  Service géologique national il garantit une connaissance géologique et hydrogéologique du sous-sol français toujours à jour et accessible. Il met ses données à la disposition de tous les intervenants. Le Bureau précise qu’il n’est pas un spécialiste des technologies pétrolières elles-mêmes.

Le BRGM a participé aux travaux de l’ANCRE (Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie) sur ce sujet Il a participé au rapport « Programme de recherche sur l’exploitation des hydrocarbures de roches-mères » présente les résultats de ces travaux.

Le BRGM participe à des débats publics organisés par des sociétés savantes, des commissions nationales (commission nationale de concertation sur les risques miniers) ou des collectivités territoriales. Le BRGM présente sans prendre parti au débat,  les aspects scientifiques et techniques : connaissance des ressources, identification des risques et des impacts).

Le BRGM assure une veille des travaux réalisés dans le cadre du comité de réflexion sur l’extraction des hydrocarbures de roche-mère, comité lancé à l’initiative du GEP/AFTP (Association Française des Techniciens du Pétrole).

Les risques associés à l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère

Les techniques utilisées pour explorer et exploiter les hydrocarbures de roche-mère posent plusieurs questions. Leur mise en œuvre très limitée explique qu’il n’y avait jamais eu d’approche raisonnée et systématique la sécurité et les impacts de ce type d’opération du côté des pouvoirs publics en France et dans la plupart des pays.

Les impacts concernent le milieu souterrain et la surface. Pour ce qui concerne le milieu souterrain on peut citer:

– la ressource en eau et les compétitions d’usage;

  le risque de fuite des gaz et fluides de forage; 

– le risque de pollution des nappes phréatiques (de surface) ou profondes par les additifs utilisés pour la fracturation ou par les hydrocarbures;

– les impacts de la fracturation hydraulique sur la remobilisation d’éléments présents dans la roche (radon, métaux lourds)

– la sismicité induite par la fracturation hydraulique et lors de la réinjection éventuelle des fluides qui remontent en surface en phase de production des puits;

– les impacts sur la sismicité naturelle préexistante.

Un rapport disponible

Le BRGM a coordonné, pour le compte du Ministère de l’écologie (et avec IFPEN et INERIS), à un rapport : « Maîtrise des impacts et risques liés à l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère : enjeux, verrous et pistes de recherche (RP 60312, septembre 2011) ». Ce rapport, disponible sur les sites du BRGM et du MEDDE, présente l’ensemble des enjeux, des verrous et des pistes de recherche associées, sous forme de tableaux de synthèse.

Parmi les thématiques de recherche identifiées, dix sont considérées comme « prioritaires » :

-toxicité et l’éco-toxicité des additifs,

-cartographie de la zone affectée par la fracturation hydraulique,

-capacité de détection des additifs et la mise en œuvre pratique sur le terrain,

Le BRGM a été mobilisé pour la réunion de  la Commission européenne (DG ENV) : « Ad hoc technical working group on environmental aspects of unconventional fossil fuels, in particular shale gas ». Les travaux étaient destinés à analyser l’adéquation des réglementations européennes aux spécificités de la production de GHRM.

Le BRGM a été sollicité par le Comité environnement du Parlement européen pour participer à une réunion dont la thématique était « Impact of shale gas and shale oil extraction on the environment and on the human health ». Il a aussi participé à un débat organisé par le Comité sectoriel du dialogue social du parlement européen. Le BRGM participe au groupe d’experts sur l’énergie de l’association des Services Géologiques Européens (EuroGeoSurveys). Le BRGM a établi des relations avec l’United States Geological Survey et avec le Québec.

VOIR AUSSI