Environnement

Mobilisation de la gauche alternative autour de l’urgence climatique et sociale


« Climat : il y a urgence à agir » : c’est sous ce slogan que se placent une série d’initiatives prise à Lyon par un collectif d’organisations « Urgence climatique, Justice sociale », (1) à l’occasion du sommet qui se tiendra à Copenhague du 12 au 18 décembre sur le climat. Les organisateurs mettent l’accent sur les conséquences dramatiques pour notre planète et pour l’humanité d’u changement climatique en cours. « Pour en limiter les effets, il faut diminuer drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 1990k moins 40% d’ici, à 2020 et moins 95% d’ici à 2050 ».


Pour les organisations du collectif « Urgence climatique, urgence sociale », il faut « une transformation majeure du système de production, de transport et de consommation. On ne peut parvenir à ne elle évolution des sociétés que par la justice sociale ». Les organisateurs estiment que les mesures mises en place en France sont encore largement insuffisantes. « La taxe carbone de N. Sarkozy es à la fois inefficace et injuste ». La SNCF « abandonne le fret ferroviaire à la route, et EDF construit des centrales nucléaires en marginalisant les énergies alternatives. La réduction de la consommation d’énergie n’est pas assez mise en avant.


Les effets mondiaux du système actuel de production sont aussi critiqués : déforestations pour la création de terres agricoles destinées à produire des végétaux pour le commerce mondial, transports internationaux en croissance, fragilité alimentaire.


Les critiques sur les politiques portent aussi sur le niveau local. La remise en cause de la voiture dans une agglomération comme Lyon est jugée insuffisante, car les responsables publics entendent simplement remplacer la voiture à essence par la voiturer électrique, sans prendre en compte la consommation d’espace. Les transports collectifs sont encore insuffisants. Les terres agricoles ne sont pas protégées efficacement de la pression urbaine. « Des expériences comme les AMAP ne peuvent pas suffire à changer le système » estime Michel Buisson, spécialiste des questions agricoles. Pour Gérard Vaysse, de la NPA, c’est le commerce mondial qui doit fonctionner d’une autre manière, en donnant la priorité à des agricultures capables d’assurer la sécurité alimentaire.


Population en hausse


La question est celle du mode de consommation, mais aussi pour Jean Brière ( Alliance écologique Indépendante), celui d’une population mondiale en fort croissance, dont les modèles actuels de sociétés font des consommateurs en puissance. Toutes ces questions seront débattues le vendredi 17 novembre, à partir de 19 heures, lors d’une réunion publique (CCO de Villeurbanne, 29 rue Courteline) en présence d’Aurélie TROUVE, co-présidente d’ATTAC. Des représentants du collectif participeront ensuite à la table ronde.


Le samedi 28 novembre, de 14 h30 à 18 heures, des forums de discussion se dérouleront à la Bourse du Travail de Lyon, sur plusieurs thèmes : enjeux internationaux et rapports Nord-Sud ; question sociale et question climatique ; initiatives locales, politiques énergétique ; transports ; marchandisation, financiarisation.


Le samedi 12 décembre, à partir de 15 heures, une manifestation de déroulera à partir de la Préfecture du Rhône. Le défilé passera symboliquement devant les immeubles de plusieurs administrations ou entreprises dont l’action est jugée contraire aux enjeux climatiques et sociaux : EDF, Rhodia, Société Générale, SYTRAL.


michel.deprost@enviscope.com


1) ATTAC ; Sud rail ; Union Syndicale Solidaires Rhône ; FSU ; Rhône Alpes sans Nucléaire ; Mouvement de la Paix, NPA ; Les verts ; FASE ; PCF ; Les Alternatifs ; Parti de Gauche, Gauche Unitaire ; Maison de l’Ecologie ; Al Sur ; Alliance Ecologique Indépendante et Fac Verte.


VOIR AUSSI