Transport

Dans la plaine de l’Ain, la ville-laboratoire Transpolis ouvre ses portes

Située dans la plaine de l’Ain, la plateforme Transpolis créee par société Transpolis SAS, l’Ifsttar et le cluster Cara, a ouvert ses portes le 2 juillet. En projet depuis 2008, elle a pour ambition de devenir un vaste terrain d’expérimentation et  d’innovation dans le domaine de la mobilité urbaine.

Construite sur un ancien camp militaire, la plateforme comprend une petite ville de 30 hectares et permettant de recréer toutes les situations de mobilité urbaine, rurale ou autoroutière. ©Transpolis

Inaugurée le 2 juillet, la plateforme Transpolis, située dans la plaine de l’Ain a été co-crée par la société Transpolis SAS, l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux) et le pôle de compétitivité Cara. Il s’agit de la première ville laboratoire grandeur nature destinée à la mobilité urbaine d’Europe. Mobilisant un budget de 20 millions d’euros, ce vaste projet lancé en 2008 avec la création de la SAS Transpolis a mobilisé 25 partenaires privés et publics dont la région Auvergne-Rhône-Alpes qui a investi à elle seule près de 5 millions d’euros.

Recréer toutes les situations de mobilité

Construit sur un ancien camp militaire de 80 hectares, le site compte également une petite ville de 30 hectares, permettant ainsi de recréer toutes les situations de mobilité aussi bien en zone urbaine qu’en campagne ou sur l’autoroute. Véhicules, infrastructures, énergies, réseaux, équipements de la route ou encore mobilier urbain, toutes les innovations pourront désormais être testées ici en condition réelles et de façon sécurisée et contrôlée. Toutes les installations sont également modulables et synchronisées grâce à un puissant réseau 5G. « Transpolis offre la première infrastructure dotée de 320 km de fibre optique qui interconnecte plus de 150 terminaux informatiques en temps réels », affirme Dominique Fernier, Président de Transpolis SAS.

S’inscrivant dans un objectif de ville durable et plus sûre, la plateforme s’articule autour de quatre services distincts : un laboratoire de mobilité urbaine, des sites d’essai de véhicules et équipements routiers, une modélisation et simulation numérique mais également toute une réflexion incluant l’acceptation sociale de l’innovation.

 

VOIR AUSSI