Biotope

Chamrousse engage un plan de rénovation de son offre touristique

A la suite de la convention signée le 17 décembre dernier entre la Caisse des Dépôts et la Commune de Chamrousse, celle-ci devrait investir 100 M€ sur 20 ans pour développer son offre de lits marchands, mais également rénover son patrimoine immobilier, développer le domaine skiable et s’engager dans la transition énergétique. Les premières opérations devraient voir le jour d’ici 2016/2017.

Chamrousse dispose d’un patrimoine immobilier très important, mais qui pour une part est devenu obsolète.

La maîtrise foncière des friches touristiques urbaines est primordiale pour mener à terme la requalification de cet espace. Son ampleur permet de repenser complètement l’organisation spatiale et l’animation du cœur de station, et d’y préparer le village montagnard du 21ème siècle. La commune a mis en révision son PLU et conjointement organisera en 2015 un concours d’aménagement et d’urbanisme de rayonnement au moins national. Une diversification d’activités de loisirs et de bien‐être est nécessaire pour drainer une clientèle nouvelle et conforter l’existante en toute saison.

La Caisse des Dépôts étudie les modalités du portage du foncier le plus adapté entre la Commune de Chamrousse et la Communauté de Communes ou autre structure. En parallèle, elle accompagnera la Commune dans ses réflexions concernant le projet de transformation de l’Hôtel Hermitage en complexe hôtelier aquatonique et le modèle économique adéquat à la station de Chamrousse, en lien avec Uriage.

La galerie commerciale de Roche Béranger, le bâtiment « les Marmots » nécessitent également réhabilitation.

Développement du domaine skiable

Sous l'oeil attentif des représentants locaux et du vice-président à l'Economie et au Tourisme du Conseil gnéral de l'Isère, , maire de Chamrousse et Patrick François, directeur régional de la Caisse des Dépots ont signé une convention pour engagr des travaux sur les 20 ans qui viennent
Sous l’oeil attentif des représentants locaux et du vice-président à l’Economie et au Tourisme du Conseil général de l’Isère, Philippe Cordon, maire de Chamrousse et Patrick François, directeur régional de la Caisse des Dépôts ont signé une convention pour engagr des travaux sur les 20 ans qui viennent. [Photo Caisse des Dépôts]

La mise en valeur du domaine skiable inexploité est indispensable à la relance touristique de la station. Sont prévus, le remplacement du téléski de Casserousse (piste historique de la descente olympique de 1968) par un équipement moderne, un téléporté pour mieux unir Chamrousse 1650 et Chamrousse 1750, les 2 centres historiques de la station, et la promotion de modes doux de déplacement.

D’autres remontées devront être rénovées ou étendues d’ici 8 ans. Après notamment une analyse financière des comptes de la collectivité, la Caisse des Dépôts pourrait octroyer un prêt long terme sur l’enveloppe des fonds d’épargne dédiée aux collectivités locales pour leurs nouveaux investissements.

Transition énergétique

La Commune a mis en place depuis plus de 15 ans un système de navettes gratuites par bus sur l’ensemble de la station. A l’heure du développement des transports doux et non polluants, une réflexion doit être menée sur les divers modes de déplacement sur la station en intégrant naturellement les modes d’organisation de l’espace (piétonisation et parkings souterrains…), et en privilégiant les modes de déplacement non polluants.

Chamrousse engage également une politique globale d’économies d’énergie et de recours aux énergies renouvelables, tant pour les propriétés publiques que privées. Des mesures d’aide à l’audit de réhabilitation énergétique du bâti privé seront mises en œuvre, ainsi que pour l’installation d’équipements solaires ou photovoltaïques.

Le Plan Local d’Urbanisme révisé en facilitera l’implantation. Les équipements communaux et de la régie des remontées mécaniques feront l’objet d’un plan de recours aux énergies renouvelables ; le solaire thermique et le photovoltaïque en autoproduction mutualisée seront privilégiés ; l’éclairage public sera modernisé (LED) avec un recours aux financements externalisés sur économies. La Commune étudiera aussi la possibilité de recours à un équipement de la filière bois, et le turbinage de ses eaux, même usées.

Une réflexion de fond

Ce plan de rénovation s’inscrit dans une réflexion plus large sur les options de développement de nouvelles initiatives opérationnelles pouvant permettre aux stations alpines de faire face au dynamisme de leurs concurrents internationaux.

Un groupe de travail, instauré en juillet 2014 entre les représentants de la Caisse des Dépôts, du Crédit Agricole des Savoie, du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes, de la Banque Populaire des Alpes et de BPI France, a commencé à plancher sur les problématiques suivantes :

– La diversification des champs pour une optimisation des cibles et une extension à la saison d’été,
‐ Comment attirer les investisseurs / institutionnels,
‐ Le Numérique ‐ Les infrastructures
‐ Favoriser la Pratique du Ski,
‐ La remise en tourisme des stations de ski.

En impliquant collectivités locales et acteurs socio‐professionnels des stations sur l’ensemble de ces sujets, l’objectif des participants à ce groupe de travail est de pouvoir proposer à terme des initiatives communes de la part des partenaires financiers des Alpes.

VOIR AUSSI