Forêt et bois

La Charte forestière de Bas-Dauphiné et Bonnevaux est lancée

Entre la vallée du Rhône et la plaine de la Bièvre en Isère, le massif forestier des Bonnevaux s’est doté le vendredi 19 décembre dernier d’une Charte forestière de territoire, qui va concilier le développement de la filière bois, avec les autres usages de la forêt.

Lors de la signature  de la  Charte, tous les représentants des intercommunaités :
Lors de la signature de la Charte, tous les représentants des intercommunalités : Christian Fanjat (Territoire de Beaurepaire), Christophe Barge (Bièvre Isère), Isidore Polo (ViennAgglo), Francis Charvet (Pays Roussillonnais), Martial Simondant (Pays Saint Jeannais), Guy Servet, président de la Charte, Florence Gouache, sous-préfet de Vienne, Andrée Rabilloud (Conseil régional), Charles Galvin et Georges Colombier (Conseil général de l’Isère), Daniel Cheminel, maire de Saint-Jean de Bournay. [Photo CFT]

« La réflexion était engagée depuis 2010 sur le fait que notre massif était délaissé, peu exploité. Sur certaines parcelles d’accès difficile le bois n’était plus coupé » explique Guy Servet, président de la nouvelle Charte forestière (CFT) et maire de Châtonnay.

Le périmètre des Bonnevaux s’étendant sur 5 intercommunalités [1], c’est donc sur ce territoire que la réflexion a été engagée. Au total 87 communes, pour 24 000 hectares de bois, qui occupent un peu plus d’un 5e de la surface du territoire.

En 2006 il s’exploitait 25 000 tonnes de bois et cette année devant la pression croissante des chaufferies-bois, c’est plus de 10 fois plus. Il fallait faire quelque chose, si on ne voulait pas que les chemins soient défoncés par les engins, que les conflits d’usages entre exploitants, chasseurs, promeneurs, randonneurs, vététistes,… et tous les usagers de la forêt ne prennent de l’ampleur.

Sans compter, et c’est le cas général en France, le très grand morcellement de cette forêt : 22 000 propriétaires, dont la très grande majorité sont des propriétaires privés !

La biodiversité, sa protection, le rôle de stockage carbone que joue cet écosystème, mais également la fonction de protection de la forêt devaient être pris en compte. Toutes ces missions, dont certaines peuvent se contrecarrer, sont ainsi rassemblées dans une Charte forestière de territoire.

Concilier tous les usages

Vendredi dernier, élus des cinq intercommunalités du territoire de la charte, professionnels de la filière bois, propriétaires forestiers privés et publics, utilisateurs de la forêt, partenaires techniques et financiers ont donc confirmé le lancement d’une démarche concertée, par la signature de la Charte Forestière de Territoire de Bas-Dauphiné et Bonnevaux. Cette cérémonie de signature marque le lancement de la phase d’animation de la CFT. Elle a eu lieu à la suite d’un Comité de pilotage, visant à valider les premiers projets engagés grâce à cette démarche.

Après un long travail de concertation et de réflexion réalisé par les élus et partenaires de la charte conscients du fort potentiel de la forêt, un diagnostic a permis la construction d’un programme d’actions sur 6 ans pour un budget de 1,3 M€, autour de 5 grands objectifs :

  • Développer l’accueil et gérer les usages dans la concertation,
  • Avoir une ressource connue, accessible et gérée durablement,
  • Développer une exploitation durable, avec des entreprises engagées,
  • Développer une gestion forestière durable,
  • Améliorer la résilience des forêts et préserver les zones humides.

Il s’agit en particulier d’accompagner les quelque 150 entreprises locales, producteurs de bois buche, débardeurs qui approvisionnent aujourd’hui 14 chaufferies locales et demain 12 chaufferies supplémentaires, en améliorant l’organisation et en baissant les coûts de production.

Le regroupement des parcelles est aussi une priorité, de même que l’identification des coupes en fonction des usages (bois buche, piquets,…). Et bien entendu il faut surveiller le biotope et l’évolution des maladies du bois.

Aujourd’hui, la phase d’animation, jusqu’alors assurée par le Centre Régional de la Propriété Forestière, démarre avec le recrutement d’un animateur.

 

antoine.reboul@enviscope.com

[1] ViennAgglo, Bièvre Isère Communauté et les Communautés de communes du Pays Roussillonnais, du Territoire de Beaurepaire et de la Région Saint Jeannaise. Cette dernière porte la charte pour le compte des 5 Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI).

 

VOIR AUSSI