Actualités

TechnoAlpin rééquipe la mythique piste de ski de Sarenne à l’Alpe d’Huez

Sarenne, la piste noire de 16 km a fait cet été l’objet d’importants travaux d’aménagement pour l’équiper de systèmes d’enneigement dernière génération. Nouvelle retenue collinaire, intégration paysagère, nouvelle salle des machines, les difficultés n’étaient pas minces pour préserver au mieux l’environnement.

Une nouvelle salle des machines a été construite au pied de la retenue d’altitude ; elle abrite à la fois le départ du réseau gravitaire de l’installation, mais aussi les groupes motopompes qui serviront pour la partie de réseau qui sera surpressée. Avec cette salle des machines, ce secteur de l’installation d’enneigement disposera d’une capacité de production de 1300 m3/h d’eau pour la partie gravitaire, et 450m3/h pour la partie surpressée. La salle des machines accueillera également les deux compresseurs prévus pour l’alimentation en air des enneigeurs.  [Photo DR]
Une nouvelle salle des machines a été construite au pied de la retenue d’altitude ; elle abrite à la fois le départ du réseau gravitaire de l’installation, mais aussi les groupes motopompes qui serviront pour la partie de réseau qui sera surpressée. Avec cette salle des machines, ce secteur de l’installation d’enneigement disposera d’une capacité de production de 1 300 m3/h d’eau pour la partie gravitaire, et 450 m3/h pour la partie surpressée. La salle des machines accueillera également les deux compresseurs prévus pour l’alimentation en air des enneigeurs. [Photo DR]

Depuis plusieurs années, le taux d’enneigement des massifs alpins tend à diminuer. Le domaine de l’Alpe d’Huez ne fait pas exception et c’est pour pallier cette situation qui pourrait devenir critique et garantir un enneigement de la piste de Sarenne, l’une des plus longues au monde, que la Société d’aménagement touristique de l’Alpe d’Huez et des Grandes Rousses (Sata) a décidé de construire une sixième retenue collinaire dans le domaine, à 2 700 m d’altitude, d’une capacité de 165 000 m3 d’eau. Cette ressource en eau additionnelle permettra d’alimenter, principalement de manière gravitaire, le nouveau réseau et les équipements d’enneigement installés dans le cadre de ce projet d’extension.

Un chantier exceptionnel

L’idée d’enneiger la piste de Sarenne via un réseau de neige de culture élargi et de bâtir une retenue collinaire d’envergure permettant d’alimenter le réseau en eau, ne date pas d’aujourd’hui. Près de 11 ans d’études ont en effet été nécessaires pour réaliser de nombreux inventaires sur la faune et la flore, ainsi qu’un inventaire piscicole sur la partie basse du chantier.

 « La piste de Sarenne a été victime de son succès, explique Christian Reverbel, directeur des pistes de l’Alpe d’Huez et responsable des travaux de la Sata. Son ouverture devenait difficile et surtout limitée (50 jours en moyenne par an). N’étant skiable que grâce à la neige naturelle, notamment dans sa partie basse, la piste de Sarenne se trouvait très vite dans une situation de quasi impraticabilité, à cause de cette importante fréquentation. Il fallait donc lui apporter un soutien en neige de culture, afin de garantir son ouverture sur l’intégralité de la saison (150 jours). »

En plus de la satisfaction de la clientèle, s’imposait le respect de l’environnement, avec une politique d’aménagement raisonnée et raisonnable : La création d’une retenue d’altitude intégrée au site, intégralement confinée, permettant de limiter l’impact de l’ouvrage ; le savoir-faire des fournisseurs avec lesquels la Sata a l’habitude de travailler (expertise + technologie, aptitude à travailler dans des sites difficiles, etc.).

A noter d’ailleurs qu’en termes d’innovation, la piste sera couverte par un réseau de 6 webcams permettant de visualiser en temps réel l’état et la qualité d’enneigement de la piste. Chaque enneigeur disposera d’un éclairage Led.

Un enneigement dernière génération 

C’est TechnoAlpin France (ex-MyNeige), qui a été retenu pour mener à bien le projet. Cette réalisation, un des plus gros chantier de l’année pour l’équipementier, va porter sur la mise en place d’un nouveau réseau de plus de 6 000 mètres et de 72 enneigeurs (66 perches et 6 ventilateurs). A terme avec ce projet d’enneigement, il y aura près de 16 000 mètres de réseau d’enneigement complémentaires sur les pistes du domaine skiable de l’Alpe d’Huez.

Les nouveaux enneigeurs sont alimentés en eau par gravité, ce qui veut dire que pour les faire fonctionner et produire la neige, il n’est pas nécessaire de démarrer une pompe ou un compresseur en salle des machines. C’est un élément important de l’efficacité énergétique.

D’ailleurs, afin de renforcer la gestion des ressources, notamment en air, la salle des machines abrite non pas un, mais deux compresseurs de plus petite puissance. Cela permet, selon les besoins de production et le secteur à enneiger, de ne démarrer qu’une seule machine dimensionnée au plus juste. Il s’agit de toujours trouver le meilleur compromis ressource/efficacité.

Enfin, compte tenu de la typologie et de la nature du terrain à cette altitude, Marc Lanaspeze, responsable commercial de TechnoAlpin France indique : « Nous avons aussi souhaité apporter la plus grande importance à l’intégration paysagère des abris d’enneigement. Certains de ces abris ont été intégrés à flanc de falaise, ce qui a nécessité la mise en place d’aménagements spécifiques, d’une plus grande profondeur que les éléments standards que nous utilisons d’habitude.»

 

A propos de TechnoAlpin

Deux ans après avoir rejoint le groupe TechnoAlpin, MyNeige SAS est devenu le 1er mai 2014 TechnoAlpin France SAS. Le groupe est ainsi aujourd’hui l’un des principaux experts de l’enneigement de culture, dans le monde entier. Le parc mondial des enneigeurs TechnoAlpin, fruit de plus de 35 ans d’activité (MyNeige depuis 1976 et TechnoAlpin depuis 1990), compte à ce jour près de 80 000 appareils, toutes technologies confondues, perches et ventilateurs, répartis sur près de 1 800 sites clients et 45 pays.
Siège du groupe : Bolzano, Italie, CA 2013 : 121 M€ / Effectif : 274.
Siège de TechnoAlpin France : Dardilly (69), centre R&D Carquefou (44), CA 2013 : 27 M€ / Effectif : 85. 

VOIR AUSSI