Biotope

A Séchilienne, les travaux avancent face au risque d’effondrement de la montagne

Le préfet de l’Isère a réuni ce mardi 17 juin la Commission locale d’analyse et d’information sur le risque Séchilienne (Clairs), pour faire le point sur le suivi d’activité de la zone frontale des Ruines de Séchilienne, le plan de secours en cas d’éboulement, ainsi que les travaux de contournement de la RD 1091 et de réhaussement des digues de la Romanche. Compte-rendu.
Face au risque d’éboulement des Ruines de Séchilienne, l’État a mis en place depuis 1985 une surveillance instrumentée en temps réel, sous la responsabilité du CETE de Lyon, devenu depuis le Cerema, (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).

De part et d’autre de la vallée de la Romanche, à gauche le cône d’éboulement des Ruines de Séchilienne au pied du Mont Sec et le départ de la déviation de la RD1091, en chantier jusqu’à fin 2015.

Selon Laurent Dubois, géologue-géotechnicien au Cerema, sur certains des 130 capteurs disposés sur la partie instable des ruines de Séchilienne, les failles se sont agrandies jusqu’à 6 mètres de large. De plus certaines sont apparues sur la partie haute de la montagne. Tout ceci laisse présager un éboulement, le plus vraisemblablement d’ici 3 à 4 ans, même si on peut s’attendre à ce que les 3 millions de m3 de matériaux ne tombent pas en une seule fois. Depuis la réunion de la Clairs en juin 2013, les glissements se sont poursuivis. notamment suite à une année très pluvieuse. Fait aggravant, ils semblent pour une part être décorrélés des épisodes pluvieux, montrant ainsi la grande instabilité de la zone frontale.

Un plan de secours en concertation
Devant la menace, l’Etat a mis en œuvre un Plan de secours spécialisé (PSS), révisé en février 2013. Depuis la vigilance renforcée, jusqu’à celle d’alerte le plan prévoit plusieurs phases permettant au final d’interdire les abords du site de l’éboulement, de couper la route entre le secteur des Rivoirands et le lotissement du Grand-Serre. La réunion de mardi a validé la constitution d’une cellule accidentelle, ainsi qu’un plan de gestion du sinistre sur plusieurs mois. Comme le dit Gilles Strappazzon, conseiller général du canton de Vizille, en cas d’éboulement, il serait comme beaucoup d’autres des habitants obligé de faire un détour de 80 km, là où il n’en fait aujourd’hui que 15.

30 M€ de travaux routiers
Celui-ci a confirmé la poursuite des travaux de construction de la déviation de la RD 1091 sur les flancs du Mont Falcon, sur la rive opposé au cône d’éboulement. La route qui entaille la montagne à 30 m de hauteur devrait être sécurisée d’ici la fin de l’année et achevée fin 2015, s’il n’y a pas de problèmes d’instabilité des terrains.

Renforcement des digues et protection des captages
Concernant les parades hydrauliques, le Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère (Symbhi), qui procède au rehaussement et au confortement des 15 km de digues, vient d’achever les travaux d’enrochement dans le secteur de Vizille. Le but est de faire face à une crue centennale sur le secteur (550 m3/s). Cette opération est complétée par des travaux d’arasement d’une partie des bancs végétalisés et la suppression d’un seuil, pour permettre un transit hydraulique entre les digues (600 m3/s).

La commission locale de l’eau Drac-Romanche va étudier également comment serait impactée la zone de captage d’eau potable du Syndicat intercommunal des eaux de la région grenobloise, sur le secteur de la commune de Saint-Pierre-de-Mésage, en aval de Séchilienne.

antoine.reboul@enviscope.com

VOIR AUSSI