Actualités

Citélib by Ha:mo étend son service de location de véhicules électriques

Les partenaires du service d’autopartage 100% électrique Citelib by Ha:mo ont inauguré ce jeudi 5 juin la station de Seyssinet-Pariset, dans la Métropole grenobloise. L’occasion pour son président de rappeler son engagement en faveur de la mobilité et d’annoncer sa volonté de renforcer la participation de la collectivité au capital de Citélib. 

xx
Le service met à disposition 70 véhicules urbains ultré-compacts (i-Road et Coms) qur des stations alimentées en électricité verte. [Photo La Métro]

C’est pendant la semaine du développement durable que la station de Seyssinet-Pariset a été officiellement inaugurée. Située à proximité immédiate d’un parking-relais, de la ligne de tram C et de nombreuses pistes cyclables, la station comporte 6 places pour les véhicules du service et 2 places disponibles pour tous les véhicules électriques.

Cité lib by Ha:mo est un service d’auto-partage de véhicules urbains 100% électriques, expérimenté pour 3 ans dans la métropole grenobloise. Destinés à des trajets courts, les véhicules petit format permettent de se déplacer facilement en ville et de favoriser l’intermodalité avec le train, le tram ou le vélo.

Il est le fruit d’un partenariat original entre Citélib, opérateur historique de l’autopartage sur le territoire, EDF/Sodetrel, Toyota, la Métropole et la Ville de Grenoble.

Etaient ainsi présents pour l’occasion Christophe FERRARI, président de Grenoble-Alpes Métropole, Yutaka Matsumoto, project general manager chez Toyota, Francis Pillot, directeur Collectivités territoriales et solidarité chez EDF, Marcel Repellin, maire de Seyssinet-Pariset et Martin Lesage, directeur de Citélib.

Extension du service

Alors que les dernières stations, au nombre total de 27, voient actuellement le jour, par exemple sur la commune de La Tronche ou, prochainement, sur la commune de Meylan, l’expérimentation que représente ce projet est désormais, à l’issue d’une phase de lancement, entrée dans une phase de développement qui doit permettre d’évaluer un mode de déplacement unique au monde.

Pour Christophe Ferrari, ce projet « est l’une des traductions de l’engagement de la Métropole en faveur des mobilités innovantes. Il s’inscrit dans la perspective d’une réduction de l’usage de la voiture individuelle au profit des modes de déplacement alternatifs. L’usage du véhicule électrique permet ainsi de concilier la réalité des déplacements automobiles contraints avec l’impérieuse nécessité d’en limiter l’impact social, économique et environnemental. »

Inter et multi-modalité

Un projet qui complète la panoplie des initiatives mises en place par la Métropole en matière de mobilité :

du service Métrovélo (5 500 vélos), à l’aménagement du Pôle d’échanges multimodal de la gare de Grenoble, actuellement en travaux, en passant par le réaménagement de l’échangeur du Rondeau, désormais inscrit au Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020, ou au soutien réaffirmé au syndicat des transports en commun (SMTC) et à son opérateur (Semitag) la Métropole investit au service de l’ensemble des modes de déplacement, y compris, en l’espèce, un mode à naître.

 

VOIR AUSSI