Mobilité

Déplacements: le GRAND LYON veut favoriser la marche

Gilles VESCO,  vice-président du Grand Lyon responsable des déplacements et de la mobilité douce, n’a pas peur des néologismes. Pour lui, le territoire du Grand Lyon doit améliorer une  “marchabilité», déjà d’un bon niveau.  Un déplacement sur trois dans le Grand Lyon est effectué à pied et un déplacement sur deux à Villeurbanne et à Lyon.

 En 2006, 33,6% de déplacements étaient effectués à pied, c’était moins qu’à Marseille, 36%, davantage qu’à Strasbourg 33 et qu’à Grenoble, 31%.

 Les Grand Lyonnais marchent de plus en plus. Mais ils pourraient marcher davantage. En effet, rappelle Gilles Vesco, plus de 40% des déplacements sont inférieurs à 1 kilomètre. Près d’un déplacement sur quatre inférieur à 1 kilomètre, est pourtant réalisé en voiture. Et 10% des déplacements en transport en commun ont une longueur inférieure à 1 kilomètre: ils mènent parfois d’une station à la station prochaine.

Plusieurs réalisations récentes sont favorables à la marche. Les de Rives de Saône, le tunnel de la Croix Rousse. Mais il faut aller plus loin, dans le sens indiqué par le Charte du Piéton adoptée il y a une dizaine d’années, plus loin que le Code de la Rue des zones 30, des zones de rencontres. 

Un plan intercommunal d’accessibilité

Des améliorations ont été apportées dans le cadre d’un plan intercommunal d’accessibilité, avec 42 millions d’investissements pour abaisser des trottoirs et réaliser 80 kilomètres de cheminements de voiries accessibles aux piétons.

La stratégie de développement de la marche ira plus loin en suivant quatre axes. Un  maillage de cheminements piétonniers sera réalisé: davantage de lisibilité, de confort, d’orientation, d’information.

Le deuxième axe consistera à sensibiliser les habitants à l’intérêt de la marche. ” Un quart d’heure d’exercice quotidien permet d’allonger l’espérance de vie de quatre pour cent rappelle  ” Gilles Vesco. Les applications nomades doivent  favoriser la marche en fournissant des indications qui permettent de préférer le déplacement à pied au déplacement en mode motorisé.

La marche au coeur des déplacements

Le troisième axe, visera à mettre la marche au cœur des déplacements, des transports en commun  des centres d’échanges multimodaux  dans lesquels la marche est marginale, simple moyen de passer d’un mode de transport à l’autre.

Plus globalement, la marche sera placée au cœur des grands projets urbains, avec par exemple une  requalification totale de la place Béraudier, devant la Gare de la part Dieu dans le futur centre d’échange de Perrache.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI