Éolien

Electricité renouvelable : un quart de la consommation française couverte au 2ème trimestre

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 25,5 % à la couverture de la consommation d’électricité en France au deuxième trimestre 2019. Au cours des 12 mois précédents, l’électricité renouvelable a couvert 21 % de la consommation de la métropole. Le parc éolien est en ligne avec les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’Energie, alors que le photovoltaïque a plutôt un sérieux retard. L’hydroélectricité subit les conséquences d’un déficit de débit dans les cours d’eau.

A l’échelle nationale, seule la filière éolienne est en ligne avec les objectifs assignés par la PPE. ©B.Mortgat

Le Panorama de l’électricité renouvelable au 30 juin 2019, élaboré chaque trimestre par RTE, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Enedis, l’Association des distributeurs d’électricité en France (ADEeF) et l’Agence ORE, Opérateurs de Réseaux d’Energie. Ce document est complété d’un supplément technique sur les Technologies pour la production d’électricité renouvelable.

La puissance du parc électrique renouvelable – hydroélectricité, éolien, solaire photovoltaïque, et bioénergies – s’élèvait à la fin juin 2019, à 52 225 MW. Au deuxième trimestre 2019, une puissance de 578 MW a été raccordée aux réseaux. Les filières éolienne et solaire ont apporté respectivement 310 MW et 243 MW. Sur les douze mois précédents (du 1er juillet au 30 juin), 2 558 MW ont été raccordés.

Eolien : en ligne avec les objectifs de la PPE

Le parc éolien a atteint une puissance de 15 661 MW au 30 juin 2019. En un an, la puissance supplémentaire raccordée a été de 1 683 MW. L’objectif fixé à la filière éolienne par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie à fin 2023 est compris entre 21 800 MW et 26 000 MW. Au rythme actuel de 1700 MW par an, seule la fourchette basse de l’objectif serait atteinte.

L’éolien a produit 6,6 TWh sur le deuxième trimestre 2019, en hausse de 28,8 % par rapport au deuxième trimestre 2018. Le taux de couverture de la consommation par l’énergie éolienne s’établit à 6,3 % sur les douze mois précédents, en phase avec ses performances du trimestre (6,3 %)

Photovoltaïque : retard sur les prévisions

La puissance du parc photovoltaïque s’élevait à 8 936 MW au 30 juin. Sur les douze mois précédents, 770 MW ont été raccordés. La PPE a fixé un objectif à la filière compris entre 18 200 et 20 200 MW fin 2023. L’hypothèse basse de cet objectif correspond à un rythme de 500 MW raccordés en moyenne par trimestre, environ deux fois supérieur au rythme constaté.

Avec une production de 3,8 TWh au deuxième trimestre 2019 (+7,1 % par rapport au deuxième trimestre 2018), l’énergie solaire photovoltaïque couvre 3,8 % de la consommation au deuxième trimestre. Sur les douze derniers mois, 11,6 TWh ont été produits, soit 2,4 % de la consommation électrique de France métropolitaine. La production solaire a atteint son record historique le 13 mai à 14h avec 7 262 MWh produits (hors Corse).

Hydroélectricité : production en baisse

Le parc hydroélectrique représente une puissance installée de 25 545 MW, dont 5 MW raccordés sur le deuxième trimestre 2019. Une pluviométrie historiquement faible a entraîné un recul de la production hydraulique à 14,8 TWh soit – 29,5 % par rapport au deuxième trimestre 2018. L’année 2018 avait cependant enregistré des niveaux élevés de production. Sur un an, 51 TWh renouvelables ont été produits, ce qui établit le taux de couverture de la consommation métropolitaine par l’hydroélectricité à 11 % (13,9 % sur le deuxième trimestre 2019).

Bioénergies électriques : timide progression

La filière des bioénergies électriques représente une puissance installée de 2 083 MW, dont 20 MW raccordés sur le deuxième trimestre 2019. Sa production a atteint 1,9 TWh sur le trimestre, en hausse de 2,1 % par rapport au deuxième trimestre 2018. Les bioénergies couvrent 1,6 % de la consommation électrique métropolitaine sur les douze derniers mois (1,7 % au deuxième trimestre 2019).

Afin de répondre aux objectifs de la transition énergétique de porter à 40 % la part des énergies renouvelables dans le mix électrique en 2030, les réseaux de transport et de distribution continuent d’évoluer pour permettre l’intégration de la production d’électricité renouvelable tout en garantissant la sécurité et la sûreté du système électrique, ainsi que la qualité d’alimentation des consommateurs.

 

VOIR AUSSI