Éolien

Electricité verte : la puissance installée en France très en retard sur les objectifs

La puissance totale du parc électrique renouvelable – éolien, solaire, hydroélectricité et bioénergies – s’élevait au 30 septembre à 55 314 MW, en hausse de 2 385 MW sur les douze derniers mois. Il faudrait quasiment doubler le rythme d’installation de l’éolien et quadrupler celui du solaire pour atteindre les objectifs de la PPE de 2023.

Pour atteindre l’objectif de la PPE de 2023, il faudrait raccorder en 2021, 2022 et 2023 10 000 MW solaires, soit en moyenne environ 3300 MW par an, c’est-à-dire quatre fois le rythme actuel. (Centrale de Fourpéret, Labergement Sainte-Marie). ©B.Mortgat

Le parc de production d’électricité d’origine renouvelable a continué à être développé au troisième trimestre de 2020 selon le Panorama de l’électricité renouvelables publié par Réseau de transport d’électricité (RTE), Enedi et le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 24,2 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine au troisième trimestre 2020 et à hauteur de 27,3 % sur les douze derniers mois. L’électricité  verte” a représenté un volume de 23,4 TWh, soit + 7,2 % par rapport au même trimestre de 2019. La consommation au troisième trimestre a rebondi par rapport au deuxième trimestre marqué par les effets de la pandémie, tout en baissant par rapport au celle du troisième trimestre 2019 (- 1,7 TWh).

Objectif 2023 atteint à 70 % pour l’éolien

Le parc éolien atteint 17 243 MW au 30 septembre avec 312 MW raccordés au cours du dernier trimestre. Sur une année, l’augmentation de puissance est de 1 303 MW. À fin 2023, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise un parc de 24 100 MW pour la filière éolienne terrestre. Le taux d’atteinte de cet objectif s’élève actuellement à 71,5 %. Mais pour atteindre l’objectif à temps, il faudrait raccorder près de 7 000 MW en 2021, 2022 et 2023, soit un rythme annuel de plus de 2000 MW, sensiblement supérieur au rythme actuel.

La production éolienne s’est établie à 6,3 TWh, en hausse de 5 % par rapport au troisième trimestre 2019 du fait de la croissance du parc raccordé. Le taux de couverture de la consommation par l’éolien est de 6,5 % (8,7 % sur les douze derniers mois).

Le photovoltaïque très en retard sur les objectifs

La puissance du parc photovoltaïque s’élève à 10 201 MW au 30 septembre, avec 283 MW raccordés au cours du dernier trimestre. Sur les 12 derniers mois, 827 MW ont été raccordés. À fin 2023, la PPE vise un parc de 20 100 MW, soit le double du parc actuel. Pour atteindre l’objectif, il faudrait raccorder en 2021, 2022 et 2023 10 000 MW, soit en moyenne environ 3300 MW par an, c’est-à-dire quatre fois le rythme actuel. Avec 4,46 TWh produits durant les trois derniers mois, la filière bat son précédent record datant du trimestre précédent (4,43 TWh). La production est en hausse de 4,9 % par rapport au troisième trimestre 2019. Le taux de couverture de la consommation est de 4,6 % pour ce trimestre (2,9 % sur les douze derniers mois).

L’hydraulique atteint ses limites

Le parc hydroélectrique atteint une puissance raccordée de 25 713 MW, en hausse de 170 MW sur une année (+5 MW sur le trimestre). À fin 2023, la PPE vise un parc de 25 700 MW, un objectif déjà rempli, signe que les limites du potentiel visé sont atteintes. La filière a produit 10,9 TWh sur le trimestre, en hausse de 12 % par rapport au troisième trimestre 2019. Le taux de couverture de la consommation par l’hydroélectricité renouvelable s’établit à 11,2 % pour ce trimestre (14,1 % sur les douze derniers mois).

La filière bioénergies électriques atteint une puissance de 2 157 MW avec 5 MW de nouvelles capacités raccordées durant le trimestre écoulé (et 84 MW sur les douze derniers mois). Sa production s’élève à 1,8 TWh un chiffre en baisse de 5 % par rapport au troisième trimestre 2019. La filière couvre 1,9 % de l’électricité consommée au cours du trimestre écoulé (1,7 % sur les douze derniers mois).

VOIR AUSSI