Thibault Soleilhac ( Hélios Avocats) : la fiducie nouvel outil juridique de compensation écologique environnementale


Thibaut Soleilhac, associé du cabinet Hélios Avocats, explique le fonctionnement de la fiducie environnementale, un montage juridique adapté à la mise en place des nouvelles obligations de compensation des atteintes à la biodiversité.

Qu'est-ce que la fiducie?

Thibault SOLEILHAC

Thibault SOLEILHAC, associé  du cabinet Hélios Avocats ( photo Hélios)

La fiducie est un contrat, développé notamment en droit anglo-saxon, sous le nom de trust, par lequel le  propriétaire d'un bien,  quel que soit ce bien , actif matériel, entreprise, portefeuille de valeurs mobilières, transfère la propriété de ce bien à un tiers, le fiduciaire, afin que ce dernier en assure la gestion en vue d'un objectif défini par le contrat de fiducie. Il ne s'agit pas d'une vente, ni d'une location, mais de ce qu'on peut appeler un régime de propriété dégradée : le fiduciaire, est bien propriétaire du bien pour la durée du contrat qu'il a toute liberté de faire fructifier en vue des objectifs arrêtés entre les parties.

Comment la fiducie est-elle s'inscrit dans le droit français?

La fiducie  a été inscrite dans notre droit par la loi  du 19 février 2007.  Elle étoffe l'éventail des instruments juridiques à disposition et nous avons pensé que cet outil pouvait s'appliquer dans le domaine des compensations  environnementales issues de la loi Biodiversité du 8 août 2016, notre cabinet étant spécialisé en matière de droit de l’environnement.

Comment une fiducie fonctionne-t-elle ?

Prenons l'exemple simple d'une société d'économie mixte qui réalise une  Zone d'aménagement concertée ( ZAC) de 30 hectares. Ce projet comme tout projet aura des impacts environnementaux, sur  les milieux naturels, la faune, la flore, les eaux. Et se trouve soumis de ce fait à étude d'impact examinée par la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement, (DREAL)  qui  accompagne son autorisation de mesures de compensation. Ces mesures visent à compenser dans un autre lieu,  plus ou moins proches du site du projet,  et pour une certaine durée (20-30 ans), les conséquences de l'aménagement. Le porteur du projet a l'obligation de d’assurer l’exécution et le suivi de ces compensations. Or le plus souvent, la mise en place de ces mesures, leur gestion, n'entrent pas dans les compétences du maitre d’ouvrage qui par ailleurs n'a pas forcément les moyens humains ou techniques d'assurer cette obligation. C'est un rôle que peut assurer le fiduciaire.

Comment la fiducie est-elle réalisée ?

Le  fiduciaire devient propriétaire du terrain destiné à supporter les compensations.  Il devra mettre en oeuvre toutes les mesures prescrites par l’arrêté préfectoral au titre de la compensation. Il emploiera pour cela sur les ressources apportées par le porteur du projet qui  lui seront versées dans le cadre d’un second contrat de fiducie. Ces fonds garantiront la bonne exécution du programme de compensation sur la longue durée , et en tant qu’investissements, notamment s’ils sont versés en une seule fois, ils pourront être amortis dans les comptes du porteur de projet.

Les avantages de la fiducie?

La fiducie fait intervenir un tiers entre l'obligé à la compensation et l'Etat. Ce rôle ne peut être assuré que par un nombre de limité de professionnels, notamment les banques et institutions financières,  et les avocats qui offrent la sécurité juridique indispensable pour la mise en place des contrats de compensation. C’est là où la présence de spécialiste du droit de l’environnement est un atout précieux. L’obligation légale de réassurance qui pèse sur les fiduciaires garantit la bonne fin de l’opération.

Des fiducies environnementales ont-elles déjà été mises en place?

Nous avons étudié la mise en œuvre de cet outil fiduciaire dès l’été 2016 en proposant cette solution sécurisée à l’administration et en la présentant aux porteurs de projets publics et privés. Dans la mesure où elle concerne des projets soumis à étude d’impact donc relativement importants, les instructions sont relativement longues. Mais les premiers projets devraient désormais sortir dès cet automne.

Pecueilli par Michel Deprost





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon-Turin : la Transalpine demande la mise en place de l’Eurovignette

Mercredi 27 septembre se tient à Lyon un Sommet franco-italien co-présidé par Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, Président du Conseil italien. Le Comité pour la Transalpine attend que l’Etat français confirme ses engagements, pour le financement du tunnel de base mais aussi pour celui des accès.


Supraways : des investissements moins lourds

Les réseaux de navettes suspendues imaginées par SUPRAWAYS permettent un investissement d’un montant limité au kilomètre linéaire et misent sur une capacité horaire par ligne supérieure à celle de systèmes lourds.


Supraways vise des transports publics équilibrés sur le plan financier

Avec des systèmes de transports urbains suspendus et automatisés, Supraways entend développer des services équilibrés sur le plan financier.


Supraways, des systèmes de transport suspendus et automatiques pour la ville de demain

A ECULLY,  la jeune pousse SUPRAWAYS, installée au sein de la pépinière EM Lyon, imagine une solution de transports suspendus, qui libère le sol des villes et offre un réseau de transports avec des modules guidés automatiquement.


Salon Glassman Europe : le secteur du verre d’emballage innove pour l’économie circulaire

Le salon Glassman Europe 2017 réunit à Lyon pendant deux jours un millier de spécialistes du verre creux destiné à l’emballage. Le secteur a fait d’énorme progrès pour réduire sa consommation énergétique et développer le recyclage.


Antarctique : le vent sublime les flocons et réduit les chutes de neige

Dans une zone de Terre Adélie, près du sol, les vents catabatiques font passer les flocons de neige de l’état solide à l’état gazeux ce qui réduit en partie les précipitations neigeuses qui contribuent à la formation de la calotte glaciaire. L’étude paraît dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Enviscope.com à partir du […]


Le SuperGrid Institute à Villeurbanne : pour les stations de transfert d’énergie de demain

Le SuperGrid Institute à Villeurbanne  travaille sur plusieurs volets des réseaux  d’électricité du futur, notamment les Stations de Transfert d’Energie par Pompage.


Lighting Days : trois rendez-vous autour de l’éclairage les 13 et 14 décembre à Lyon

Le regroupement des salons leaders en France sur le marché de l’éclairage, ForumLED Europe, Full LED Expo et Forum LumiVille, donne naissance aux LIGHTING DAYS, qui se tiendront les 13 et 14 décembre, au Palais des Congrès de Lyon. Trois salons aux approches différentes du secteur de l’éclairage et de la lumière, ForumLED Europe, Full […]


Des technologies pour de nouveaux réseaux d’énergies

La production d’électricité renouvelable sera bien plus décentralisée et bien plus irrégulière que la production actuelle, d’origine thermique, centralisée et prévisible.


Electricité renouvelable : 22,1% de la consommation au deuxième trimestre

Le Syndicat des Energies Renouvelables met en avant la progression de la puissance installée en un an. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin juin 2017, à 46 853 MW. Elle atteint 91 % de l’objectif 2018 prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie).


Nucléaire médical : l’Autorité de sûreté prône la vigilance

La Division Auvergne Rhône-Alpes de Autorité de Sûreté Nucléaire contrôle  les installations nucléaires utilisées dans le secteur de la santé.


Chauffage au bois : la qualité de l’air est un objectif pour le SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables  met en avant  une étude « Impact de la qualité du combustible bois bûche et de l’évolution du parc d’appareils à bois sur la qualité de l’air » qui confirme les progrès réalisés et les progrès possibles pour la qualité de l’air.


Sureté nucléaire : globalement satisfaisante en Auvergne-Rhône-Alpes

La Division Auvergne Rhône-Alpes de l’Autorité de Sûreté Nucléaire  estime que la radioprotection est d’un bon niveau dans la région, mais elle attire l’attention sur les améliorations à apporter dans le secteur de la radiothérapie.


Les groupes chimiques misent sur la mobilité durable

Les acteurs régionaux de la chimie mais aussi Michelin, misent sur la transition énergétique.


IFPEN acteur de la recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

L’IFP Energies Nouvelles entretient des liens étroits avec la recherche notamment en région lyonnaise.