Etoile ferroviaire de Veynes : le débat s’élargit aux territoires

Le collectif de l’Etoile ferroviaire de Veynes élargit le débat sur le train aux enjeux des territoires alpins aux confins d’Auvergne-Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Au coeur du débat, la ligne Grenoble-Gap mais aussi la desserte de vallées alpines et la liaison avec la vallée du Rhône.

Le débat sur le train a démarré pendant l’été 2016, quand de nombreux partenaires issus des territoires irrigués par les trains de l’étoile ferroviaire de Veynes lançaient un Manifeste pour le renouveau de l’Etoile. Celui-ci a abouti à la création du Collectif de l’Etoile de Veynes.

Depuis deux ans, le débat a été restreint à des luttes, des mobilisations, parfois spectaculaires, mais limitées au seul maintien des services. La cible des actions était simples : la SNCF, les régions organisatrices des transports. Les débats sur l’aménagement global du territoire n’étaient pas abordés.

Or, une approche globale est nécessaire. Il n’est pas possible de faire circuler des trains sans poser plus largement la question de tous les besoins, et sans projet cohérent. Or le collectif a élargi ses réflexions pour une approche vraiment pertinente.

Mobilisation des territoires

Ce mercredi à Lus-la-Croix-Haute, une lettre d’appel à coopérer pour le développement de l’étoile doit être signée par les premiers partenaires. Parmi les signataires, la Metro de Grenoble,  les Communautés de communes du Val de Drôme, le  Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC), le Parc naturel régional du Vercors. Cette lettre sera adressée à l’ensemble des structures concernées : collectivités territoriales, parcs naturels, offices du tourisme, associations, citoyens. Elle les invite à rejoindre la démarche pour assurer un développement pertinent du service ferroviaire. Les participants seront accompagnés par la CIPRA pour l’animation des premières étapes de la démarche. Les structures qui souhaitent rejoindre la dynamique seront invitées à une grande réunion de travail et de réflexion le 9 octobre 2018.

Des pistes de travail

« Les lignes ferroviaires de l’Etoile de Veynes, construites il y a près d’un siècle et demi, ont constitué des axes de développement et de désenclavement considérables pour nos montagnes. Ces lignes comptent de nombreux atouts qui, valorisés, permettront un développement socio-économique de nos territoires dans le respect de l’environnement. C’est à travers la coopération que nous proposons de dessiner un avenir pour les lignes de l’Étoile ferroviaire de Veynes, le bon fonctionnement des lignes restant de la compétence des autorités organisatrices des transports (AOT) ».

La rencontre de ce mercredi évoquera les pistes de travail.  Une piste consiste à renforcer de nouvelles organisations du travail le long des lignes de train et de l’habitabilité des campagnes traversées. Le développement socio-économique des territoires est recherché à travers un tourisme s’appuyant sur l’usage du train. Une réflexion devrait être engagée autour du fonctionnement technique et financier des lignes. Le collectif suggère une action pour faire de ces lignes une base de recherche et développement pour l’avenir du transport ferroviaire dans le cadre de la transition énergétique? Le collectif évoque ainsi un train à hydrogène. Le collectif souligne l’importance de l’optimisation du foncier et du patrimoine immobilier à l’abord des gares. Enfin, le but est la promotion de la ligne et des territoires traversés par de la communication, de l’événementiel, de la valorisation culturelle et patrimoniale.

michel.deprost@enviscope.com

Premiers signataires :  Communauté de communes du Diois, Metro de Grenoble, Communautés de communes du Val de Drôme, Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC), Pays gapençais, Parc naturel régional du Vercors, Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes, Conseil de développement du Pays gapençais, Collectif diois pour le Train.

 

VOIR AUSSI