Environnement

Fausse alerte au Glacier de Tête Rousse à Saint Gervais les Bains

Lundi 29 juillet à 2h00, les sirènes d’alerte du glacier de Tête Rousse se sont déclenchées alors que de très violents orages touchaient le secteur. Aussitôt les services de l’État et les maires des communes de Saint-Gervais, Passy, Sallanches et Domancy ont organisé l’évacuation de populations se trouvant en aval du glacier, conformément au plan de secours élaboré en 2010 après la découverte de la poche d’eau sous glaciaire.
Une inspection nocturne immédiate menée alors que les orages se poursuivaient par les gendarmes du Pelon de Gendarmerie de Haute Montagne ( PGHM) de Chamonix, a constaté que la physionomie aval du glacier n’avait pas changé. L’écoulement de l’eau était normal. L’alerte sur la population a été levée à 4h30. Près de 1000 personnes sont passées cette nuit par les points de rassemblement.
Dans la journée du 29 juillet, les services de l’État et la mairie de Saint-Gervais ont fait procéder à deux nouvelles inspections. Une inspection menée par les militaires du PGHM a confirmé le diagnostic de la nuit. Une inspection menée par la société ayant installé le dispositif d’alerte sur le glacier a constaté que deux des quatre fusibles constituant le dispositif étaient hors service, ainsi que le capteur sismique. Cette défaillance explique que les sirènes ont retenti à plusieurs reprises dans la vallée.
En l’absence de modification perceptible du volume et de la pression de la poche d’eau, trois causes potentielles de déclenchement de l’alarme ont donc été identifiées: la foudre, des chutes de pierre naturelles ou liées au passage d’alpinistes traversant le secteur pour accéder au Mont-Blanc. Jusqu’à nouvel ordre, la surveillance étroite du site se poursuit.

VOIR AUSSI