Science

Geneviève Fioraso: l’élévation du niveau des connaissances est une question de civilisation

Au mois de septembre 2013, vont ouvrir dans les universités, des  Ecoles supérieures du professorat et de l’Education (ESPE) Quatre écoles seront lancées dans le cadre de  l’Université de Lyon Saint-Etienne.

Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale, et Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche étaient ce matin à l’Université Lyon 1 pour assister à la présentation des futures formations d’enseignants de la maternelle au lycée.

En filigrane se trouvent les problèmes d’efficience du système français d’enseignement. Régulièrement des études internationales mettent en avant les lacunes du système : échecs, recul du niveau etc… Geneviève Fioraso est revenue sur ce bilan très négatif. « Les niveaux des élèves se sont dégradés. Le taux de réussite en licence a reculé en France, au bout de trois années d’études supérieures, passant de  38 à 33% contre  60 % en Allemagne.”

 Ce recul pénalise surtout les étudiants les plus modestes. A  l’université plus on avance dans le niveau, moins les jeunes d’origine modeste sont présents.  ” C’est un handicap dans notre développement au moment  où la Corée du sud, en ruine il y a cinquante, compte 3 millions  d’étudiants, pour 58 millions d’habitants, soit un million de plus qu’en France.

 Pour Geneviève Fioraso « l’intégration cognitive et culturelle figure parmi les plus grandes priorités de l’Europe du 21e  siècle.» “ C’est une question de civilisation » estime la ministre qui cite Camus écrivant il  y a  soixante ans «  on apprend aux enfants de ce pays à penser dans un monde disparu 

L’enjeu est l’élévation du niveau de connaissances de toute une génération. La qualité de la formation des enseignants est nécessaire « dans un monde de connaissances, source de compétitivité et de progrès ».

Le nouveau système propose à des étudiants sélectionnés après la licence des masters M1 et M2. Le nouveau système, qui assurera aussi la formation continue, améliorera la coopération entre enseignants du secondaire et  du supérieur, l’insertion dans les territoires, les  liens avec les collectivités, le  tissu associatif, culturel au profit d’un projet éducatif global. Le nouveau système doit permettre la revalorisation des métiers techniques victimes d’une méconnaissance préjudiciable à l’industrie et à l’économie.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI