Environnement

Ion Rallye à Lyon : le vélo électrique bon pour la ville et la campagne

Une trentaine de participants ont pédalé ce dimanche entre Lyon et Poleymieux au Mont d’Or, dans le Mont d’Or, sur des vélos à assistance électrique. Un évènement qui démontre le potentiel de ce moyen de transport.

En 2013, 37 voitures électriques avaient parcouru l’itinéraire entre la place Antonin Poncet à Lyon et la Maison d’Ampère, à Poleymieux au Mont d’Or, en passant par le Musée de l’Automobile de Rochetaillée sur Saône. Cette année, ce sont 32 participants qui se sont inscrits, jusqu’au dernier moment à l’Ion Rallye  organisée par la Société des Electriciens et des Electroniciens, avec le soutien de Lyon Parc Auto.

Les participants ont parcouru les 22 kilomètres, en suivant la rive gauche du Rhône, en franchissant le tunnel mode doux de la Croix Rousse puis la rive droite de la Saône. ” Tous sont arrivés non sans effort, mais sans peine, et un seul a eu besoin de recharger” explique André Gromier, vice-président de la SEE.  Le vélo à assistance électrique permet réellement de réduire la fatigue, d’évoluer confortablement.

C’est un moyen de déplacement idéal pour la ville. Philippe Denys, de la SEE a renoncé à son scooter, pour rallier depuis Caluire le quartier de la Part Dieu. Lé vélo à assistance électrique permet sans difficulté de monter les pentes pour accéder à Caluire, à une vitesse moyenne assez élevée, avec une consommation énergétique faible, sans pollution, avec très peu d’émissions de gaz à effet de serre.

Mais le vélo à assistance électrique est aussi un bon moyen de découverte de la campagne y compris de secteur de moyenne montagne, voire de montagne alpine. Laurent Cluzel, électricien à la Giettaz, en Savoie, spécialisé aussi dans le montage d’assistance électrique, explique qu’il est possible de gravir des cols élevés, surtout lorsque le vélo à assistance est équipé d’un système qui permet de récupérer de l’énergie et de recharger les batteries.

Le vélo à assistance électrique présente donc bien des avantages. Certes, l’investissement peut paraître lourd, de 1200 à 4000 euros, mais il peut permettre des économies, en se passant d’une seconde voiture. Laurent Cluzel propose même d’équiper sur un vélo sans assistance, un système d’assistance électrique, capable de récupérer l’énergie.

Le vélo à assistance électrique, permet aussi d’aborder d’une manière nouvelle la consommation d’énergie. La Maison Ampère propose une animation qui permet, sur un vélo relié à un logiciel, de mieux connaitre sa production énergétique, et d’apprécier l’apport des batteries.

Au total, le VAE, permet moyennant un apprentissage, de bien gérer ses efforts et ses réserves d’électricité! Et finalement, le VAE permet de pédaler, de dépenser l’énergie de sa machine corporelle. Le VAE est bon pour la santé…

michel.deprost@enviscope.com

 

VOIR AUSSI