Rhône

La Métropole de Lyon mobilise la finance verte

La Métropole de Lyon a donné ce lundi le coup d’envoi de sa stratégie en faveur de la finance durable avec le lancement d’une première conférence Finance Climat visant à fédérer des financeurs autout de projets d’investissements verts.

C’est une nouvelle phase de sa stratégie de développement durable qu’a lancée ce lundi le président de la Métropole de Lyon, David Kimelfeld, en ouvrant la première conférence Finance Climat réunissant des acteurs locaux et nationaux de la finance durable prêts à financer une première vague d’investissements verts. Dans le cadre de ce nouveau cycle de conférences régulières, des réunions seront désormais organisées plusieurs fois par an. La finance est en effet le levier indispensable d’investissements prévus dans la stratégie climatique, énergétique et écologique de la Métropole d’ici à 2050.

Les élus du Grand Lyon avaient d’abord adopté en 2018 un vœu contre les investissements carbonés, puis en septembre 2019, une délibération en faveur de la finance responsable. En décembre dernier, la Métropole a adopté à l’unanimité son Plan Climat Air Energie territorial (PCAET) qui met en place un plan d’actions très fort et très précis.

Des actions multiples

La Métropole a déjà déployé des actions dans plusieurs directions : Démarche participative « On s’y met tous », Plan oxygène, dispositif Eco-Rénov, Prime Air Bois, Zone de faibles émissions (ZFE), Schéma directeur de l’Energie Solidarité.

Le troisième volet vise à se donner les moyens financiers avec la recherche d’une cohérence globale. La Métropole va mettre à plat tous les budgets qui ont une implication environnementale afin d’évaluer la pertinence des investissements, de voir si les engagements sont suivis d’effets et de développer une vision globale à long terme.

La collectivité doit se dégager des financements incompatibles voire contradictoires, en « préférant des investisseurs qui sont prêts à privilégier les investissement vertueux ». Elle veut diversifier les sources de financement qui sont elles-mêmes engagées dans une démarche de RSE.

« Nous avons mis en place des actions concrètes, explique David Kimelfeld. La démarche responsable sociale et environnementale des banques, des assurances, des entreprises, des collectivités est extrêmement attendue par les citoyens et par les associations.  Celle que nous avons avec la finance verte est en cohérence avec les objectifs du Plan financement durable que la Commission européenne a présenté pour orienter les investissements vers une économie zéro carbone. Elle est également cohérente avec les objectifs du Gouvernement qui rappelle que l’économie bas carbone ne peut se réaliser qu’avec la participation des banques et des assurances. »

 

VOIR AUSSI