Énergie

Le biométhane, clé de la transition énergétique et écologique

Le biogaz pourrait être un pilier de la transition énergétique et écologique. Le potentiel est important, mais les blocages encore nombreux : c’est ce qui est ressorti de la rencontre organisée ce mardi 11 décembre à Villeurbanne par l’Association Française du Gaz ( AFG) Centre-Est.

Bruno Allenet, délégué du groupe GDF-Suez pour Lyon-Métropole, a rappelé que le biogaz, issu de la décomposition de la biomasse était une source d’énergie naturelle. Valérie Borroni (Rhône-Alpes Energie Environnement) a expliqué que le biogaz issu de la décomposition de déchets organiques, comporte 60% de biométhane. Le biogaz doit donc être épuré du CO 2, de différents résidus ou de l’eau qu’il contient, pour être injecté dans le réseau basse pression de distribution, où il devra être consommé dans des boucles locales.

Le gisement de déchets organiques susceptibles d’être transformé en biogaz et en digestat est potentiellement énorme. Plusieurs facteurs limitent sa valorisation.

Maitriser les apports de biomasse

Il est nécessaire de verrouiller l’approvisionnement en quantité et en qualité ” a souligné Valérie Borroni. des investissements ne peuvent être réalisés sans sécurité d’approvisionnement.

Il est obligatoire de prendre en compte les conditions de raccordement. Le biométhane doit être produit près du réseau de distribution. Les tarifs d’achat et de raccordement, établis par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) prennent en compte les coûts d’épuration, de comptage, d’injection. Les tarifs prévoient une prime pour le biométhane des exploitations agricoles.

Des projets dans le Rhône

Le biométhane peut offrir d’intéressantes perspectives pour l’agriculture, à condition de ne pas  perdre de vue la finalité alimentaire du secteur. Il est arrivé qu’en Allemagne des exploitations agricoles renoncent à leur vocation alimentaire pour se concentrer sur la production d’énergie !

La France est loin de ces excès. Mais le développement du biométhane devra donner une place à l’agriculture, productrice de biomasse, de gaz, utilisatrice de digestat répandu dans certaines conditions pour fertiliser les cultures.

Daniel Martin, de la Chambre d’Agriculture de l’Ain, et producteur de maïs, est conscient des atouts et des limites d’une agriculture productrice d’énergie. L’émergence de projets permettra de caler les futurs modèles. Le pays d’Evian a montré l’exemple en intégrant la production de biométhane dans une politique de protection des eaux. Des projets apparaissent dans le Rhône. Pour Brigitte Ducourtil, responsable du Service Energie à la Région Rhône-Alpes, le biométhane sera un atout pour des ” territoires à énergie positive ” qui bouleverseront la donne énergétique.

Les perspectives sont prometteuses. Les techniques sont au point. Il reste à lever des obstacles réglementaires qui ont peu bougé.

michel.deprost@enviscope.com

Pour tous contacts: Association Française du Gaz Sud Est

33 rue Pétrequin, 69006 – Lyon

contact: afg-centre-est@grtgaz.com ou www.afgaz.fr

VOIR AUSSI