Environnement

Le Valais définit sa stratégie ferroviaire jusqu’en 2030

Renforcement des TER cantonaux, voitures à deux étages, navettes porte-auto, amélioration du fret : le canton du Valais en Suisse, déploie une stratégie ferroviaire offensive.

Le conseiller d’Etat Jacques Melly et le directeur des Chemins de Fer fédéraux (CFF) Andreas Meyer ont baptisé Valais I Wallis ce lundi à Sion (Valais) une rame EuroCity ETR 610 qui sillonnera la Suisse.

Le conseiller d’Etat et le CEO des CFF ont tenu une réunion sur l’évolution attendue autour des infrastructures ferroviaires jusqu’en 2030. L’objectif était de mettre en lien les futurs besoins des Valaisans en matière de mobilité des biens et des personnes, avec l’évolution souhaitée du cadre de vie. De forts potentiels de développement ferroviaire et urbanistique ont été répertoriés dans le Chablais valaisan, le Valais central, le Haut-Valais, ainsi que le long de l’axe du Simplon. 

Certaines régions du canton, dont les potentiels de développement ferroviaire et urbanistique sont importants, feront l’objet d’une attention particulière. Des gares comme Monthey, Martigny, Sion, Sierre, Brigue ou Viège deviendront dans les prochaines années des centralités et de véritables pôles de mobilité.

Parmi les améliorations figure la mise en circulation progressive de trains à deux étages sur l’axe du Simplon en 2018 qui offriront plus de places assises donc plus de confort. D’autres améliorations doivent faire l’objet d’études complémentaires. C’est le cas de la prolongation jusqu’à Domodossola de l’offre régionale RER Valais I Wallis, exploitée par RegionAlps. L’accessibilité étant un atout touristique majeur, des réflexions vont intervenir pour assurer l’évolution positive de l’offre de navettes porte-autos, lesquelles contribuent de manière significative au dynamisme touristique du Haut-Valais.

Le trafic fret fera l’objet de réflexions conjointes, pour  mettre en place des conditions optimisées pour l’acheminement des marchandises et leur distribution. Ces échanges constituent  une nouvelle étape dans le développement de la mobilité ferroviaire jusqu’en 2030.

 

VOIR AUSSI