Biodiversité

Les espèces non indigènes ont aussi des rôles positifs

     La sensibilisation aux espèces non indigènes, végétales et animales  met l’accent presque uniquement  sur leurs effets négatifs. L’apport de ces espèces peut être positif, comme le montre la recherche d’une équipe de l’Université Brown, aux Etats-Unis, impliquant  des scientifiques  de l’Université de Genève. Les résultats sont publiés par la revue Trends in Ecology and Evolution, et le texte suivant est issu du texte remanié du service communication de l’UNIGE.


     L’
article de synthèse confirme que la majorité des études portant sur ces espèces se concentre sur leurs conséquences négatives. Dans leur étude, les scientifiques proposent  de considérer aussi les avantages et bienfaits de ces espèces afin d’instaurer un débat rigoureux.
    
Dov Sax, professeur au Département d’écologie, d’évolution et de biologie organique de
l’Université Brown. «Notre étude soutient que les impacts positifs
des espèces non indigènes ne sont ni inattendus, ni rares, mais au contraire communs, importants et souvent de grande ampleur.»
       L’étude emprunte un cadre  développé par IPBES, plateforme internationale pour l’évaluation de la biodiversité et de ses services écosystémiques, qui examine les avantages de la biodiversité pour les êtres humains et la nature. La cadre est appliqué  aux espèces non indigènes, démontrant les formes diverses, fréquentes et importantes de leur apport positif.
        Les scientifiques peuvent les comparer et les opposer de manière précise et complète afin de réaliser des analyses de type «coûts-bénéfices»  vraiment utiles pour prendre des décisions politiques. Certaines espèces non indigènes, comme les agents pathogènes et les parasites agricoles introduits, entraînent des coûts nets indiscutablement élevés. Mais la plupart des espèces domestiquées – y compris les aliments comme le blé et les tomates, les fibres comme le coton et la laine, et les animaux de compagnie comme les chiens et les poissons rouges – apportent de grands avantages nets aux sociétés humaines.
         Les scientifiques ont axé leur examen sur les espèces qui ne sont
pas directement gérées par l’homme – les espèces dites «sauvages» ou «naturalisées» –  nombre d’entre elles présentant simultanément des coûts et des avantages pour l’homme et la nature.


Le «plus» du ver de terre sur l’agriculture biologique


         L’étude cite les vers de terre comme exemple d’espèce non indigène
dont les avantages sont sous-estimés. S’ils peuvent modifier de manière négative les écosystèmes forestiers, les vers peuvent améliorer l’agriculture biologique. Une méta-analyse a montré que leur présence peut entraîner une augmentation de 25 % de la productivité agricole. La diminution du coût des aliments qui en résulte représente un avantage économique et social direct.

La truite brune de Nouvelle Zélande


         L’étude met en avant les avantages inattendus d’une
espèce non indigène, la truite brune. En Nouvelle- Zélande,  la plupart des espèces non indigènes qui ont envahi le pays ont des conséquences négatives, et les résidents se concentrent sur leur éradication. Pourtant, le pays a bien adopté la truite brune: Les Néo-Zélandais en apprécient tellement les avantages nutritionnels et les avantages récréatifs liés à sa pêche qu’ils ont établi des réglementations environnementales pour protéger l’espèce.
         «Le cadre que nous posons fournit une topologie utile pour considérer
les diverses façons dont les espèces non indigènes fournissent une valeur et nous l’utilisons ici pour illustrer des exemples représentatifs, mais non exhaustifs, de ces valeurs provenant de divers écosystèmes
et régions», indique Martin Schlaepfer, chargé de cours à l’Institut des
sciences de l’environnement de l’UNIGE.


Une nouvelle approche


       L’étude préconise d’utiliser le cadre IPBES, qui décrit les nombreuses
manières dont la nature peut être valorisée, et de l’appliquer aux espèces non indigènes. «La relation que les gens entretiennent avec la nature, sa valeur intrinsèque, les services écosystémiques,  l’approvisionnement en ressources sont autant d’éléments que nous apprécions chez les espèces indigènes. Il existe également des moyens de voir que les espèces non indigènes contribuent à ces avantages», explique Martin Schlaepfer.
         
         Les espèces non indigènes peuvent être une cause majeure d’extinction d’espèces mais aussi contribuer à la biodiversité régionale. Les espèces de moules introduites
dans les lacs suisses, par exemple, peuvent altérer les nutriments
disponibles tout en augmentent la clarté de l’eau. «Nous soutenons que les préjugés de longue date contre les espèces non indigènes dans la littérature ont obscurci le processus scientifique mais aussi entravé les avancées politiques et la bonne compréhension du public.Les recherches futures devraient tenir compte à la fois des coûts et des avantages des espèces non indigènes», conclut Martin Schlaepfer.

VOIR AUSSI