Construction et aménagement

Les Etats Généraux pour une société écologique Post-Urbaine : un appel à l’émergence de bio-régions

   Le Mouvement pour une société écologique post-urbaine (EGPU) a publié sur son  site l’Appel à la création de bio-régions post-urbaines. Cet appel est destiné à toute personne ou collectif souhaitant penser et dessiner son milieu écologique de vie de manière soutenable pour préfigurer ce que serait son espace bio-régional.

    Le Mouvement a établi un constat sans appel :  ” la démesure des grandes villes est la cause première de l’épuisement des ressources naturelles, du dérèglement climatique, de l’effondrement de la biodiversité. Les grandes villes participent d’une part à l’industrialisation de l’agriculture, à l’accélération des rythmes de vie mais également à l’artificialisation des manières de vivre, à l’appauvrissement des liens sociaux et à la fabrique de désirs artificiels.

​   Face à ce constat, un autre constat :  il  semble que nous nous posions collectivement peu de questions sur le devenir des métropoles et de la métropolisation. “La civilisation urbaine coule des jours heureux, grâce à la croissance économique et au système de production qui conditionnent pourtant nos rapports au vivant, nos projections dans l’avenir, nos représentations de notre réussite et de notre bonheur.” Enviscope constate effectivement que lors des récentes campagnes électorales, les excès, les dérives de la métropolisation, d’une urbanisation non contrôlée, d’un aménagement du territoire non maitrisé, sans vision partagée, n’ont jamais été clairement abordés.

 

Des effets négatifs déjà nombreux

    Les effets négatifs d’une métropolisation difficile à contrôler sont perceptibles depuis longtemps, dans une énumération recensée de son points de vue, par Enviscope par exemple, et non par le Mouvement  : érosion de la diversité, consommation d’énergie et de ressources importées de territoires de plus en plus lointains, cout croissant de la mobilité, allongement des temps de trajets,  accroissement des couts du logement, dégradation de la qualité de vie, ségrégation sociale, ghettos, économie parallèle,  délinquance.

    Pour les Etats généraux, la pandémie  ”  a mis en lumière les aspects pernicieux et assujettissants du mode de vie métropolitain et a révélé des aspirations à d’autres formes de vie, excentrées des grands pôles urbains. Ces désirs s’inscrivent et amplifient un mouvement engagé depuis maintenant une trentaine d’années.

 

Des idées émergentes

​    La pandémie, la crise qu’elle a révélée, les modifications de comportement qu’elle a fait surgir, ont exprimé ”  des idées  sur les besoins vitaux et sur la relocalisation d’activités, sur l’autonomie et donc les politiques d’aménagement du territoire qui, historiquement, furent orientées vers toujours plus de concentration humaine, de dynamisme économique polarisé dans les grandes villes et de centralisation urbaine des pouvoirs.

​      Pour les animateurs des Etats Généraux et pour les mouvements associés  ( 1)  ” il est devenu vital de réfléchir à une réorganisation spatiale du peuplement au profit de milieux et cadres de vie à taille humaine et écologique : espaces ruraux, petits bourgs et hameaux, petites villes et villes moyennes. Ces espaces souvent plus ouverts, longtemps présentés comme en déclin, offrent des possibilités pour le ralentissement, le soin de la terre et la réhabilitation de certains savoir-faire dans des systèmes économiques mieux adaptés à un mode de vie meilleur et plus égalitaire. S’y développent, non sans quelques risques, des manières autres de vivre ensemble par la ré-interrogation de ses propres besoins au contact du vivant.”

​       Le but poursuivi est, en faisant émerger des bio- régions de donner à voir ce que serait cette autre géographie, celle de la déconcentration des peuplements et de la relocalisation d’activités essentielles, de la décentralisation des pouvoirs et de la décroissance de toutes nos exploitations, de toutes les prédations.  Le document pour aider à façonner des alternatives, précisant communs et valeurs, besoins et critères. Les animateurs sont à la disposition des personnes intéressées pour plus d’informations et pour les  accompagner durant l’été. Un séminaire est programmé pour partager ces expériences, les 14, 15 et 16 septembre à Villarceaux. Dix bio-régions sont déjà en cours de définition, y compris depuis l’étranger.

 Un mouvement décentralisé

       Les Etats généraux pour une société écologiques pis-urbaine ne sont évidemment pas centralisés. Mais trois des animateurs sont des ” territorialises”.
      Guillaume Faburel habite la Vaunage, dans le Gard. Géographe,  est enseignant-chercheur et auteur de “Les Métropoles barbares. Démondialiser la ville, désurbaniser la terre“, et de “Pour en finir avec les grandes villes” (au Passager clandestin). Il est l’auteur  avec Mathilde Girault, de “Carnets de la décroissance” également sur ces thématiques des effets des grandes villes et de l’alternative socio-écologique.
      Mathilde Girault,  habite les contreforts des Monts du Lyonnais. Géographe, membre du réseau des territorialistes, elle est impliquée dans la lutte contre le projet d’autoroute A45 et ses alternatives routières aussi destructrices. Avec des militant.e.s contre des projets d’aménagement abandonnés, elle prépare un projet de publications des mémoires de ces luttes.
      Benoit Monange, originaire du Poitou, formé en sciences humaines et sociales à Grenoble, s’est installé en plein cœur de la métropole de Lyon. Depuis quelques années il œuvre avec la Fondation de l’Écologie Politique à renforcer les idées écologistes dans le débat public. 
1 ) Les associations engagées:

   – ADEROC (Objecteurs de croissance)  ; Archipel des Alizées   ; ATD Quart Monde  ; Cap Habitat Coopératif  ; Collectif des Associations Citoyennes (CAC)

 –  Désobéissance Ecolo Paris  ; Fédération française des Coopératives d’habitants  ; Fondation de l’Ecologie Politique (FEP)
Habicoop Auvergne Rhône-Alpes   ; Habitants de Logements Ephémères et Mobiles (HALEM)  ; Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale (InPACT)   ; Institut Momentum

​    – L’Archipel du Vivant  ; Maison commune de la  décroissance  ; Mouvement Colibris  ; Mouvement Interrégional des AMAP (Miramap) ; Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne (MRJC)

      –  Notre Affaire à Tous (NAAT)  ; Réseau d’Expérimentation et de Liaison des Initiatives en Espace Rural (RELIER); REseau National des Espaces-Test Agricoles (RENETA)  ; Réseau des territorialistes

      –  Syndicat de la Montagne Limousine ; Technologos ; Terre de liens

     –  Transiscope ; La Traverse  ; Union nationale des acteurs du développement local (UNADEL) Université Rurale des Cévennes ; Villages vivants.

VOIR AUSSI