Environnement

Les futures liaisons Asie- Europe justifient la Transalpine

Les futures liaisons Asie- Europe justifient la Transalpine

De futures liaisons ferroviaires entre la Chine et l’Europe, plus économes en énergie et plus rapides que le bateau justifient le développement du réseau ferré européen et la liaison Transalpine.

L’arrivée jeudi matin à Lyon d’un train venant de Wu Han, au coeur de la Chine, via l’Allemagne, pourrait indiquer un tournant dans le secteur du transport d’un bout à l’autre du Vieux Continent, entre l’Asie et l’Europe.

L’idée du raccourci offert par le train entre la Chine et l’Europe avait été évoquée par Mario Virano, directeur général de TELT en 2015. Le train présente des avantages sur le bateau. Le trajet est plus court. Il est plus sûr en termes environnementaux. Il est plus rapide. Le trajet entre la Chine et l’Europe, en moyenne, demande une quinzaine de jours. Le trajet en bateau demande entre 30 et 45 jours. Le bateau impose des ruptures de charge que le train permet d’éviter. Le train est moins consommateur d’énergie, il est donc davantage compatible avec les contraintes climatiques.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI