1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Énergie
  6. /
  7. Les gaz verts révolutionneront...

Les gaz verts révolutionneront le marché gazier

Bossan, Arol Energy, Hélior, et Pierre Picard, WH2 ( photo Enviscope.com)
David Bossan, Arol Energy, deuxième à partir de la gauche,  le représentant d’Hélior à Lyon , et Pierre Picard, WH2 ( photo Enviscope.com)

Gaz naturel, mais aussi méthane issu de la fermentation de la biomasse, hydrogène issu d’électricité verte, méthane issu du mélange hydrogène vert-CO2 : les gaz verts commencent à révolutionner le marché des gaz. Ils représentent une véritable filière émergente, c’est qu’a rappelé une récente rencontre organisée par l’Association française du Gaz, AFG, à Lyon.

 

Il ne faut plus parler de gaz d’origine fossile, de gaz naturel liquéfié, mais de forme de gaz de plus en plus nombreux, elles-mêmes combinées dans des systèmes énergétiques où les sources renouvelables prendront de plus en plus d’importance.

C’est l’idée-force de la rencontre organisée ce mercredi par l’Association Française du Gaz, Sud Est à la Cité de l’Entreprise de Lyon et du Rhône, à l’invitation du MEDEF Lyon Rhône.

 

Le gaz naturel, d’origine fossile n’a pas dit son dernier mot. Le Gaz naturel pour Véhicule (GNV) représente une énergie pour la mobilité, par ses propriétés intéressantes sur le plan environnemental. Bien sûr le GNV émet du CO2, mais moins que les carburants tirés du pétrole. Surtout il n’émet pas de particules, ce qui représente un atout par rapport au diesel. Les oxydes d’azote sont réduits de 80% et l’azote de 90%. des avantages à mettre en avant alors que le coût des émissions de particules et autres substances émises par les carburants fossiles représentent une bonne partie des 26 milliards d’euros du coût annuel de la pollution de l’air en France.

Mobilité

C’est le GNV qu’a choisi la société Hélior, spécialisée dans la restauration collective, pour distribuer les repas depuis sa cuisine centrale de Rillieux la Pape vers les cantines de la Ville de Lyon. « Il a fallu convaincre les responsables de la ville, à priori favorables à des véhicules électriques. Mais les véhicules au gaz naturel ont l’avantage d’avoir une autonomie plus .”   explique, un représentant de la société.

Pour la mobilité, les avantages du GNV sont incontestables. Des véhicules de transport de personnes sont déjà proposés par IVECO (Irisbus). Pour les véhicules légers, l’offre existe, mais-l’absence de marché de la revente est un frein.

Hydrogène

Le gaz, c’est aussi l’hydrogène auquel s’intéressent en Rhône-Alpes des laboratoires du CEA (Commissariat à l’Energie atomique et aux Energies Alternatives), le groupe Air Liquide, et des start up comme SymbioFCell et McPhy Energy. C’est à hydrogène que s’intéresse la société Arol Energy, installée à Savoie Technolac, au Bourget du Lac. L’entreprise, a expliqué son fondateur David Bossan, réalise des installations de production de gaz verts à partir de ressources diverses, déchets, sous produits agricoles.

Après les marchés d’Europe du Nord ouverts mais étroits, après l’Allemagne, le marché français est celui qui offre le potentiel le plus important pour biométhane. La France dispose d’un gisement de déchets mobilisable de 132 millions de tonnes.

Mais la France souffre au moins d’un handicap, les banques ne jouent pas le jeu, et elles sont frileuses, ignorant le gisement de rentabilité que représentent les opérations de méthanisation.

Hydrogène vert avec WH2

WH2, entreprise créée par Pierre Picard, cherche à produire de l’hydrogène vert, issu d’électricité elle-même renouvelable. Son fondateur, voir dans les gaz, un véritable eldorado. Il est  de développer les réseaux.

L’agriculture française doit prendre conscience, comme l’on fait les Allemands du potentiel de ressources que la production d’énergie représente pour l’agriculteur. L’énergie, photovoltaïques ou gaz, doit permettre, même sans excès d’accroitre la rentabilité des exploitations agricoles. Chez GrDF, entreprise publique gestionnaire du réseau de distribution, aussi est convaincu du potentiel des gaz verts, qui devraient, pour Didier Saussier, directeur régional de GRDF pour Rhône-Alpes. Une quarantaine de projets d’unités de méthanisation sont en portefeuille pour la région, dont une demi-douzaine sont déjà avancés et passeront au stade de la réalisation. La révolution du gaz commence.

michel.deprost@enviscope.com

 

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Connection

Connexion à votre compte

Récupération de votre mot de passe

Merci de saisir votre identifant ou votre adresse email