Air

Les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus

L’Anses rappelle que les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus et qu’il est important d’en respecter les conditions d’utilisations.

L’Anses rappelle que les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus.

Dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19, l’Anses et le réseau des Centres antipoison suivent avec attention les appels pour un motif associé au Covid-19. Ce recensement vise à identifier les situations à risque afin d’émettre des recommandations. Plusieurs origines de situations à risque ont été identifiées par les Centres antipoison dont l’utilisation des huiles essentielles.

Utilisations à risque

Diverses circonstances particulières à risque ont été identifiées : auto-médication par utilisation d’huiles essentielles par voie orale pour « renforcer les défenses naturelles » et « lutter contre le coronavirus », pulvérisation d’huiles essentielles pour « assainir un espace clos » par une personne à risque (personne asthmatique), ou encore utilisation inappropriée pour désinfecter un masque chirurgical, par exemple.

Respecter les conditions d’utilisation

L’Anses rappelle que les huiles essentielles ne constituent pas un moyen de lutte contre le coronavirus. Il est important de respecter les conditions d’utilisations de ces huiles (voie d’administration, dose, zone d’application…). L’Anses et les Centres antipoison recommandent aux personnes souffrant d’affections respiratoires (notamment les personnes asthmatiques), et aux femmes enceintes ou allaitantes, de ne pas utiliser des huiles essentielles. Avant tout usage, et en cas de question sur l’usage des huiles essentielles, demander conseil à un pharmacien.

 

VOIR AUSSI