Environnement

Les trois quarts de la France sérieusement pollués

Une pollution aux particules touche depuis plusieurs jours  “certaines régions françaises” selon le communiqué  du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. En fait au-delà de l’euphémisme utilisé par le ministère, ce sont 16 régions sur 22 régions de métropole qui sont touchées par cette pollution. Cela représente bien plus des trois quarts du territoire.

L’épisode tend à se généraliser sur le territoire, évoluant vers un accroissement important des concentrations observées et prévues dans certaines régions.  Mercredi le ministère prévoyait que cet épisode dure encore plusieurs jours sous l’effet des conditions anticycloniques et des températures basses. Une légère dégradation météorologique  attendue à partir de vendredi après-midi devrait faire baisser les concentrations pour le week-end.

Pour mercredi l’intensité s’est maintenue avec des concentrations élevées à très élevées en Alsace, Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Bretagne, Champagne-Ardenne, Centre, Franche-Comté, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Pays de Loire, Picardie, Rhône-Alpes. Des niveaux de concentration en particules fines assez élevés sont également attendus sur les autres régions françaises.

Dix sept régions

Ce jeudi la pollution devait affecter avec des niveaux de particules élevés à très élevés les régions Alsace, Auvergne, Bourgogne, Centre, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Haute-Normandie, Ile de France, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, PACA, Picardie.  Des concentrations assez élevées étaient attendues en Aquitaine, Basse-Normandie, Bretagne et en Pays de Loire.

L’information et les prévisions sur la qualité de l’air sont disponibles en temps quasi-réel pour la situation régionale sur les sites Internet des 26 organismes agréés par le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie pour la surveillance de la qualité de l’air. Les adresses des sites sont disponibles sur www.atmo-france.org
Pour la vision nationale : sur le site www.prevair.org qui propose des cartes de prévisions à l’échelle nationale et européenne et informe de la nature des épisodes de pollution de l’air.

Dans les zones concernées par les dépassements, il est demandé de ne pas utiliser les cheminées à bois (sauf en cas de chauffage principal), particulièrement les foyers ouverts ;
– de limiter l’usage des véhicules automobiles, notamment les véhicules diesel non équipés de filtres à particules ;
– de réduire les vitesses sur les voies rapides et autoroutes ;
– de respecter l’interdiction de brûlage de déchets verts.

Des recommandations plus détaillées, notamment sanitaires, adaptées au niveau de pollution local, sont diffusées dans chaque zone par l’association agréée de surveillance de la qualité de l’air, au nom du Préfet.

La mauvaise qualité de l’air due aux particules peut favoriser l’émergence de symptômes non spécifiques à court terme – tels que des manifestations allergiques ou de l’asthme, et contribuer à des effets à long terme notamment sur les personnes sensibles (déficients respiratoires et cardio-vasculaires, enfants en bas âge, personnes âgées).

Les mesures d’urgence mises en œuvre en cas de pic de pollution viennent renforcer des actions de fond portées par le Plan particules national et les plans de protection de l’atmosphère (PPA) qui sont élaborés par les préfets, dans toutes les agglomérations de plus de 250 000 habitants et dans les zones où les valeurs limites sont dépassées ou risquent de l’être.

VOIR AUSSI