Région Sud

Ligne ferroviaire Grenoble-Gap : nouvelle douche froide 

Lors du Comité de pilotage tenu en préfecture de Gap le 26 septembre , les dernières promesses du secrétaire d’État aux Transports concernant la ligne Grenoble-Gap n’ont pas été tenues : les travaux nécessaires pour éviter la fermeture de la voie en décembre 2020 ne sont toujours pas programmés.

Les sommes nécessaires aux travaux d’urgence de la ligne Grenoble-Gap n’ont toujours pas été débloquées.

En parallèle, l’État a pourtant annoncé un programme de travaux pour la sécurisation et la modernisation de la RD1075 parallèle à la voie ferrée pour un montant de 170 millions d’euros, selon le communiqué du Collectif de l’Etoile ferroviaire de Veynes.

« Par trois fois déjà, le Gouvernement a annoncé l’imminence de rapports techniques et d’études qui permettraient de lancer les travaux urgents. On les attend toujours. L’horloge tourne, et cette quatrième tergiversation est celle de trop », estime le collectif.

Celui-ci tient demain 5 octobre son Assemblée générale à Veynes, en présence de nombreux élus, dont Jean-Marie Bernard, président de la Communauté de communes Buëch-Devoluy et du Département des Hautes-Alpes, Joël Giraud, député des Hautes-Alpes, Guillaume Gontard, sénateur de l’Isère, Alain Matheron, président de la Communauté de communes du Diois, Patricia Mohret-Richaud, sénatrice des Hautes-Alpes, Yann Mongaburu, élu de Grenoble Alpes Metropole, René Moreau, maire de Veynes.

Le Collectif y a invité le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari pour qu’il annonce son arbitrage. « En l’absence d’une décision claire et tranchée favorable à la poursuite des circulations ferroviaires, l’assemblée générale organisera une action d’ampleur dans les semaines qui viennent », prévient le Collectif.

VOIR AUSSI