Construction et aménagement

Le Grand Lyon veut des économies d’énergie dans le logement existant

Plus de 300 000 tonnes d’équivalent pétrole ( TEP) économisées, plus de 700 000 tonnes de rejet de CO2 évitées : en appliquant le facteur 4 aux quelque 500 000 logements existants de l’agglomération, l’Agence Locale de l’Energie du Grand Lyon montre l’impact environnemental d’une stratégie de long terme mise en place avec la collectivité . Avec 200 millions de charges en moins pour les occupants et 3 à 4 milliards de travaux pour les entreprises du bâtiment et de l’énergie, l’objectif d’une réduction par quatre de la consommation d’énergie dans le logement indique aussi des enjeux économiques.


Il ne suffit pas de regarder demain en ne pensant qu’au logement neuf. Les nouvelles réglementations ( RT 2000, RT 2005 depuis 2006), ne touchent que le parc neuf, environ 1% du parc. « Même avec une performance de 100 kWh/m2/an ou moins , ce parc performant n’apporte qu’une faible contribution à la réduction de la consommation.” explique Franck Mabillon, de l’Agence locale du Grand Lyon lors d’une récente réunion d’agglomération sur le sujet. Dans le Grand Lyon ( 57 communes, 1,3 million d’habitants), 52% des 96 000 logements individuels ont été construits avant 1975. C’est aussi le cas de 68% des 418 000 logements collectifs. Ce parc affiche de piètres performances, avec des consommations de 300 à 350 kWh/m2/an .


Modifier la gestion par les habitants eux-mêmes


Ce sont des gouffres énergétiques mais aussi budgétaires pour les occupants, qu’ils soient propriétaires ou locataires . Il faut modifier la gestion de l’habitant par les occupants eux-mêmes : on constate une tendance à l’élévation des températures dans les logements, avec aération fenêtres grandes ouvertes.Il faut surtout agir sur le parc. L’Agence Locale de l’Energie dessine deux axes à son action.Tout une ingénierie doit être créée pour améliorer des immeubles de grand volume dont la forme ne peut être modifiée, en agissant sur l’isolation des parois et en agissant sur les systèmes énergétiques.Il faut aussi innover pour faciliter les démarches et les décisions dans un secteur où la variété des maîtres d’ouvrages est énorme. C’est vrai par exemple avec les copropriétés, dont la complexité est connue. Aussi l’ALE a-t-elle engagé des actions avec REG, réseau de copropriétés bien décidé lui aussi à faire bouger le secteur.
Agence Locale de l’Energie du Grand Lyon : www.ale-lyon.org
Réseau des Copropriétés éco-responsables : http://REGGrandLyon.free.fr

VOIR AUSSI