Construction et aménagement

Lorette : le projet de la Côte Granger reste à améliorer selon l’Ae

Le projet Zone d’activités concertée  de la Côte Granger , sur environ 6 hectares près du centre de Lorette, dans la Loire, est au coeur d’un noeud de voies de transport, proche d’une autre zone d’activités au nord et d’un secteur résidentiel plus dense au sud. Le territoire de Lorette est marqué  par son passé industriel : extraction de la houille et  métiers associés, et cet environnement déjà largement aménagé doit être mieux pris en compte pour le futur projet. 

     Le site est aujourd’hui occupé par des vergers, des prairies, quelques maisons d’habitation et des jardins jadis très utilisés par des personnels des Houillères, jardin dont la plupart sont à l’état de friches. Le secteur est l’un des derniers tènements du territoire communal susceptible d’accueillir un développement urbain et de permettre la requalification du site.

      La réalisation du projet de ZAC est prévue en deux phases à partir de 2023 puis de 2026 à 2027. Le projet comprend la construction d’environ 190 logements, un petit programme de locaux commerciaux et de services en rez-de-chaussée d’immeubles et la création d’espaces et d’équipements publics.
     L’Autorité environnementale avait  émis un premier avis sur le projet le 30 novembre 2021 dans la cadre du dossier d’enquête publique (DUP). L’avis pointait plusieurs lacunes notamment sur la thématique de la santé humaine en particulier la qualité de l’air, le bruit et la
pollution de l’air et des sols.
   Pour l’Autorité environnementale, les principaux enjeux du territoire et du projet sont :
la santé des résidents en raison de ;
la réutilisation d’un site minier potentiellement pollué ;
des nuisances sonores liées à la proximité de l’A 47 (classée en catégorie 1), de la RD 88 (classée en catégorie 4), de la ligne de chemin de fer de Moret-Véneux les Sablons à Lyon Perrache (classée en catégorie 4), d’une entreprise de recyclage de matériaux ferreux ;
la qualité de l’air ;
les milieux naturels notamment la biodiversité et ses fonctionnalités écologiques ;
la ressource en eau ;
le paysage et le patrimoine minier présent sur le site ;


      Depuis l’avis de l’Ae, l’étude d’impact a été complétée notamment par des éléments de contexte supplémentaires, une actualisation des données de référence selon les critères de l’Organisation Mondiale de la Santé, la mise en cohérence de l’étude d’impact avec la notice explicative concernant la présence de deux cours d’eau sur le site et l’ajout d’informations relatives aux résultats d’études menées et complétées tout au long de sa démarche du projet de ZAC, à une évaluation des gaz à effet de serre du projet.

      Cependant, selon l’avis rendu récemment par l’Autorité ”  le projet d’aménagement a peu évolué par rapport au précédent dossier présenté. Seul, un merlon d’une hauteur variant de 2 à 4 mètres est envisagé au nord du périmètre, le long de la voie ferrée afin de répondre aux préconisations de l’étude acoustique. Une clarification des mesures ERC reste nécessaire concernant la pollution des sols. L’Autorité environnementale réitère donc une partie de ses recommandations en particulier celles en matière de nuisances sonores et de pollution des sols.
L’ensemble des recommandations de l’Autorité environnementale est présenté dans l’avis détaillé.
1 https://www.mrae.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2021apara137_projet_amgt_zac_cote_granger_lorette_42.pdf

 

VOIR AUSSI