Rhône

L’Ouest lyonnais et la Métropole de Lyon engagés dans une solidarité territoriale

Les Présidents des Communautés de communes des Vallons du Lyonnais, CC du Pays de l’Arbresle, CC du Pays Mornantais et CC de la Vallée du Garon réunies dans le syndicat de l’Ouest lyonnais (SOL) ont rencontré David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon pour renforcer leur coopération en matière de mobilité, d’alimentation et de transition énergétique.

Le syndicat de l’Ouest lyonnais (41 communes, 130 000 habitants) et la Métropole de Lyon collaboreront sur plusieurs axes : Mobilité, qualité de l’air et alimentation. ©Sebleouf (CC BY-SA 4.0)

Ce partenariat entre la Métropole et des territoires proches de l’ancien département du Rhône, met fin à une coupure accentuée par la création de la Métropole, voulue par les sénateurs Gérard Collomb et Michel Mercier. Tous les territoires du Département du Rhône étaient unis jusqu’au 31 décembre 2014, par leur appartenance à ce dernier, qui créait de fait des liens forts.

La création d’une Métropole très exclusivement centrée sur elle-même a mis fin à ces liens, la séparation étant seulement compensée par le versement annuel d’une subvention de la Métropole au nouveau département du Rhône.

Souhait d’ouverture

David Kimelfeld a depuis son accession à la présidence de la Métropole exprimé le souhait d’une ouverture aux territoires non métropolitains, comme le Département de l’Ain. Aujourd’hui, il se tourne vers l’Ouest de la Métropole.

La volonté de coopération sera formalisée dans un contrat de réciprocité au deuxième trimestre de 2020.

Les élus, explique le communiqué, « conscients de l’impact de la croissance démographique de la Métropole et de ses politiques publiques sur les territoires voisins, souhaitent œuvrer ensemble pour un développement plus équilibré et plus solidaire de la Métropole. »

Mobilité, qualité de l’air et alimentation

Le syndicat de l’Ouest lyonnais (41 communes, 130 000 habitants) et la Métropole de Lyon, travailleront sur plusieurs axes. Pour la mobilité, le but est d’améliorer les déplacements pendulaires dans une logique de réduction de l’utilisation de la voiture individuelle et de protection de l’environnement (covoiturage, dimensionnement des parkings relais, fiabilisation de l’offre des transports en commun, liaison ferroviaire, plan de déplacements inter-entreprises et parcours du dernier kilomètre…).

Pour la qualité de l’air et pour l’énergie, les deux partenaires finaliseront dans les trois prochains mois leurs Plans climat air énergie (PCAET) pour lesquels un travail d’articulation sera bénéfique, notamment sur la filière bois. Pour rappel, le PCAET de la Métropole de Lyon sera voté lors du conseil métropolitain du lundi 16 décembre.

Pour l’alimentation, la Métropole élabore un Projet alimentaire territorial (PAT), en concertation avec les territoires voisins, et notamment le Syndicat de l’Ouest lyonnais, afin de préserver et de valoriser le terroir et les filières agricoles de l’Ouest lyonnais.

 

VOIR AUSSI