Eau : le niveau des nappes au plus bas dans la vallée du Rhône


Le niveau des nappes est particulièrement bas, dans la vallée du Rhône au sud de Lyon et dans la Loire les mesures de restriction ont été renforcées.

Au Ier août 71 % des nappes affichaient un niveau modérément bas à très bas, selon le bilan établi par le BRGM. Cette situation de basses eaux , rappelle le BRGM, n’est pas totalement inhabituelle pour cette période mais elle est tout de même assez marquée. Cette situation est la conséquence du déficit de recharge pendant le dernier hiver. Si plusieurs secteurs ont des niveaux autour de la moyenne (Beauce,  région de Nîmes-Montpellier, une partie du sud-ouest et de la Corse, certains secteurs alluviaux de PACA)  le reste du territoire présente des niveaux modérément bas voire bas. La vallée du Rhône au sud de Lyon et le secteur de la craie champenoise présentent des niveaux très bas.

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit la situation estivale des basses eaux avec plus des trois quarts des points (83 %) orientés à la baisse. La baisse des niveaux s’est fortement accéléré ces derniers mois. Seuls 5 % des points sont en hausse alors qu’ils étaient encore 24 % au 1er juin. Le nombre de points stables (12 %) est assez faible pour la période.

Le département de la Loire a été placé en situation de vigilance le 22 juin. Le suivi continu de la situation hydrologique a amené à placer en situation d’alerte le secteur Gier le 18 juillet et les secteurs Monts du Forez et du Rhins-Sornin le 10 août. Les débits des rivières de plusieurs zones de suivi du département sont actuellement très faibles et les récentes précipitations orageuses n’ont pas permis de réalimenter durablement les cours d’eau. Pour  préserver les usages prioritaires et la survie des écosystèmes aquatiques, l’arrêté du préfet de la Loire  du 18 août 2017 n°DDT-17-0636 renforce les mesures de prescriptions.

L'arrêté place les secteurs des Monts-du-Lyonnais et du Roannais en alerte et maintient ceux des Monts du Forez et du Rhins-Sornin à ce même stade. Le secteur du Gier est placé au stade d’alerte renforcée. Le reste du département demeure en vigilance. Cet arrêté est consultable sur le site Internet de la Préfecture : http://www.loire.gouv.fr/ ou dans les mairies des communes concernées.

À ce jour, les débits des rivières sont à nouveau en baisse. Si la tendance d’évolution de la situation climatique et hydrologique se confirmait, l’extension géographique et l’accentuation des mesures de restriction appliquées pourraient être mises en œuvre. Conformément à l’arrêté cadre « sécheresse » départemental, la limitation des usages est graduée en fonction de la gravité de la situation hydrologique de chacune des 9 zones d’alerte qui composent le département de la Loire, et différentiée selon la provenance de l’eau. Les limitations ou suspensions d’usages ne s’appliquent pas pour les prélèvements effectués à partir de retenues de stockage (barrages, retenues collinaires), de la nappe alluviale du Rhône, et du canal du Forez (stock dans Grangent).

Les principales mesures de restrictions concernant les particuliers sont progressives et vont de la limitation des horaires d’utilisation de l’eau (pour l’arrosage des jardins potagers, massifs fleuris, …) à l’interdiction pour les usages suivants : le lavage des voitures hors des stations professionnelles, le remplissage des piscines privées directement à partir des milieux naturels et l’arrosage des pelouses. Pour les usages économiques de l’eau, seuls les prélèvements qui sont indispensables dans les process de fabrication industrielle sont autorisés, et l’irrigation agricole est soumise à des restrictions en fonction des cultures concernées et des matériels utilisés.

Les services de contrôle seront vigilants durant cette période pour s’assurer du respect des règlements et des arrêtés préfectoraux individuels d’autorisation ou déclaration de prélèvement.





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon-Turin : la Transalpine demande la mise en place de l’Eurovignette

Mercredi 27 septembre se tient à Lyon un Sommet franco-italien co-présidé par Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, Président du Conseil italien. Le Comité pour la Transalpine attend que l’Etat français confirme ses engagements, pour le financement du tunnel de base mais aussi pour celui des accès.


Supraways : des investissements moins lourds

Les réseaux de navettes suspendues imaginées par SUPRAWAYS permettent un investissement d’un montant limité au kilomètre linéaire et misent sur une capacité horaire par ligne supérieure à celle de systèmes lourds.


Supraways vise des transports publics équilibrés sur le plan financier

Avec des systèmes de transports urbains suspendus et automatisés, Supraways entend développer des services équilibrés sur le plan financier.


Supraways, des systèmes de transport suspendus et automatiques pour la ville de demain

A ECULLY,  la jeune pousse SUPRAWAYS, installée au sein de la pépinière EM Lyon, imagine une solution de transports suspendus, qui libère le sol des villes et offre un réseau de transports avec des modules guidés automatiquement.


Salon Glassman Europe : le secteur du verre d’emballage innove pour l’économie circulaire

Le salon Glassman Europe 2017 réunit à Lyon pendant deux jours un millier de spécialistes du verre creux destiné à l’emballage. Le secteur a fait d’énorme progrès pour réduire sa consommation énergétique et développer le recyclage.


Antarctique : le vent sublime les flocons et réduit les chutes de neige

Dans une zone de Terre Adélie, près du sol, les vents catabatiques font passer les flocons de neige de l’état solide à l’état gazeux ce qui réduit en partie les précipitations neigeuses qui contribuent à la formation de la calotte glaciaire. L’étude paraît dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Enviscope.com à partir du […]


Le SuperGrid Institute à Villeurbanne : pour les stations de transfert d’énergie de demain

Le SuperGrid Institute à Villeurbanne  travaille sur plusieurs volets des réseaux  d’électricité du futur, notamment les Stations de Transfert d’Energie par Pompage.


Lighting Days : trois rendez-vous autour de l’éclairage les 13 et 14 décembre à Lyon

Le regroupement des salons leaders en France sur le marché de l’éclairage, ForumLED Europe, Full LED Expo et Forum LumiVille, donne naissance aux LIGHTING DAYS, qui se tiendront les 13 et 14 décembre, au Palais des Congrès de Lyon. Trois salons aux approches différentes du secteur de l’éclairage et de la lumière, ForumLED Europe, Full […]


Des technologies pour de nouveaux réseaux d’énergies

La production d’électricité renouvelable sera bien plus décentralisée et bien plus irrégulière que la production actuelle, d’origine thermique, centralisée et prévisible.


Electricité renouvelable : 22,1% de la consommation au deuxième trimestre

Le Syndicat des Energies Renouvelables met en avant la progression de la puissance installée en un an. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin juin 2017, à 46 853 MW. Elle atteint 91 % de l’objectif 2018 prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie).


Nucléaire médical : l’Autorité de sûreté prône la vigilance

La Division Auvergne Rhône-Alpes de Autorité de Sûreté Nucléaire contrôle  les installations nucléaires utilisées dans le secteur de la santé.


Chauffage au bois : la qualité de l’air est un objectif pour le SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables  met en avant  une étude « Impact de la qualité du combustible bois bûche et de l’évolution du parc d’appareils à bois sur la qualité de l’air » qui confirme les progrès réalisés et les progrès possibles pour la qualité de l’air.


Sureté nucléaire : globalement satisfaisante en Auvergne-Rhône-Alpes

La Division Auvergne Rhône-Alpes de l’Autorité de Sûreté Nucléaire  estime que la radioprotection est d’un bon niveau dans la région, mais elle attire l’attention sur les améliorations à apporter dans le secteur de la radiothérapie.


Les groupes chimiques misent sur la mobilité durable

Les acteurs régionaux de la chimie mais aussi Michelin, misent sur la transition énergétique.


IFPEN acteur de la recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

L’IFP Energies Nouvelles entretient des liens étroits avec la recherche notamment en région lyonnaise.