Énergie

Le Syndicat des Energies Renouvelables demande des mesures urgentes

Après les affres du moratoire et la descente aux enfers du secteur des énergies renouvelables, un vent d’optimisme souffle parmi les responsables du Syndicat des Energies Renouvelables. Le SER exprime sa confiance « dans le dialogue qui pourra se nouer entre les services de l’Etat et les professionnels du secteur ». Depuis plus d’une année, le dialogue était difficile entre les industriels et le gouvernement. Jean-Louis BAL, président du syndicat a déjà présenté le Livre blanc des énergies renouvelables à Nicole Bricq, lorsque cette dernière était Rapporteur général de la Commission des finances au Sénat.

Débloquer les tarifs

Le SER demande  plusieurs mesures pour enclencher une  “nouvelle dynamique de croissance”. Les industiels réclament l’intégration des énergies renouvelables dans le plan de rénovation des bâtiments, annoncé par le gouvernement, par la mise en place d’outils réglementaires et financiers. Le doublement de la dotation du Fonds chaleur permettrait de financer notamment les chaufferies bois, le solaire thermique, la géothermie et les réseaux de chaleur EnR

Le Syndicat veut stabiliser les coûts à la charge des producteurs d’électricité renouvelable (raccordement, fiscalité) et les dimensionner en fonction des niveaux  de tarifs d’achat. Il demande de simplifier et sécuriser le cadre réglementaire et tarifaire, en particulier pour l’éolien terrestre, pour lequel de très nombreux rpojets sont fragilisés par un grand nombre de recours juridiques.

Le secteur des renouvelable veut une relance des filières solaire et éolienne outre-mer en instaurant des tarifs d’achats adaptés à ces régions. Pour l’éolien off shore, le Syndicat demande le lancement au second semestre 2012, du deuxième appel d’offres qui permettrait de consolider une industrie naissante en France. Le groupe AREVA  par exemple a annoncé après le premier appel d’offre, la construction d’une usine de construction d’éolienne au Havre.

Double le volume cible pour le photovoltaïque

Le Syndicat demande le doublement du volume cible, aujourd’hui de 450 MW, de l’appel d’offres photovoltaïque. Il faut aussi revoir le mécanisme de baisse trimestrielle des tarifs et relever la puissance éligible au tarif d’achat à 250 kW contre 100 kW aujourd’hui. Les volumes fixés par le précédent gouvernement auraient abouti rapidement à l’atteinte des objectifs prévus pour 2020, mais à des niveaux très inférieurs au potentiel du photovoltaïque.
Enfin, le syndicat  veut un plan de développement de l’hydroélectricité en déterminant rapidement les zones propices pour les nouveaux projets et en optimisant les centrales existantes.

Dans l’attente du débat énergétique annoncé pour l’automne, auquel le Syndicat des énergies renouvelables  
Le SER rappelle que les énergies renouvelables devraient représenter  25 % de la consommation énergétique en 2020, 125 000 emplois nouveaux, 3,4 milliards d’euros de solde positif sur la balance commerciale nationale.

VOIR AUSSI