Infrastructures

Olivier Longeon (EELV), pour Lyon-Saint-Etienne, il faut maitriser la mobilité et mieux utiliser l’existant

Olivier Longeon (EELV), pour Lyon-Saint-Etienne, il faut maitriser la mobilité et mieux utiliser l’existant

Olivier Longeon, adhérent d’Europe Ecologie les Verts, ancien conseiller régional de Rhône-Alpes a répond aux questions de Lyon Pôle Immo et d’Enviscope.com sur le projet d’autoroute A 45. Il refuse toute liaison nouvelle et privilégie l’innovation pour la gestion des réseaux actuels.

Dans quelle vision vos proposition s’inscrivent-elles?

Olivier Longon : En préambule, Lyonnais et Stéphanois doivent envisager la réalisation d’une infrastructure comme l’A45 en répondant à la question globale de l’aménagement de toute la grande agglomération que consttituent le Nord Isère, le Lyonnais, le pays Viennois et le bassin stéphanois au sens large avec le sud du Forez.

Il nous faut voir au delà des schémas d’aménagement existants : inter-SCOT, ancienne Directive Territoriale d’Aménagement, Schéma National des Infrastructures Terrestres, Schéma Régional des Infrastructures Terrestres, …

Toute nouvelle infrastructure des transports doit conforter les zones d’habitation et/ou à l’économie forte, et non pas accentuer les phénomènes d’étalement des villes.

Bref, la réflexion sur les liaisons entre St-Etienne et Lyon doit répondre à d’autres questions d’aménagements du territoire. Tout particulièrement ici, il s’agit aussi de rendre « vivable » et « viable » des erreurs qui ont été faites dans le passé : autoroutes dans la ville, autoroutes sans mesures environnementales, voies de chemin de fer pas forcément bien positionnées, zone industrielles excentrées, …

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI