Haute-Savoie

Partenariat entre la CCPEVA et Enedis pour la préservation des marais de Gavot

Le 16 septembre dernier, Josiane Lei, présidente de la CCPEVA et Pascale Ricordeau, adjointe au directeur territorial Enedis Savoie et Haute-Savoie, ont signé une convention de partenariat pour la préservation des zones humides sur le territoire intercommunal, qui comptent en particulier les marais du plateau de Gavot.

Josiane Lei, présidente de la CCPEVA et Pascale Ricordeau, adjointe au directeur territorial Enedis Savoie et Haute-Savoie signent la convention de partenariat pour la préservation des zones humides de la CCPEVA. ©CCPEVA

Les marais du plateau de Gavot sont des zones de biodiversité protégées, que traversent des lignes électriques gérées par Enedis.

Pour une meilleure conservation de ces espaces naturels la communauté de communes pays d’Évian – vallée d’Abondance (CCPEVA) et Enedis ont pris l’engagement de travailler ensemble lors des phases de travaux nécessitant l’intervention d’Enedis. L’objectif est de protéger les espaces aux abords des lignes électriques et de maintenir ainsi l’équilibre fragile des marais.

Une centaine de zones humides concernées

Le plateau de Gavot, qui s’étend de 630 à 950 mètres d’altitude, constitue la principale zone d’infiltration de l’eau minérale d’Evian. Plus d’une centaine de zones humides y sont recensées, présentant une grande variété de surfaces et de types écologiques.

La politique historique de conservation des zones humides menée par les acteurs locaux en font un lieu remarquablement conservé, d’ailleurs classé pour cette raison au titre de la convention internationale Ramsar depuis septembre 2008. 38 des zones humides du plateau sont également classées au réseau européen Natura 2000.

Un rôle majeur pour la biodiversité et l’écoulement des eaux

En effet, de nombreuses espèces végétales et animales protégées trouvent leur habitat dans les marais de Gavot : des orchidées, des plantes carnivores comme le Drosera ou encore des papillons rares tels que le Nacré de la canneberge ou le Fadet des tourbières.

Ces zones humides ne représentent que 10 % des surfaces du plateau, mais concentrent plus de 30 % des eaux de pluie, de neige ou de ruissellement. Outre leur rôle de collecte, d’épuration et d’infiltration des ressources en eaux, elles jouent également un rôle majeur dans la régulation des inondations.

Pour plus d’information : https://www.cc-peva.fr/381-zones-humides.htm

VOIR AUSSI