Environnement

POLLUTEC: la performance environnementale facteur de compétitivité

L’amélioration des performances énergie et matière est devenue un facteur de compétitivité pour les organisations. POLLUTEC 2014 du 2 au 5 décembre à Lyon, s’inscrit de plus en plus dans ce cadre.

Quand POLLUTEC a été créé, l’environnement était une question de normes à respecter pour ne pas polluer. Aujourd’hui, l’utilisation optimale des ressources est un facteur de compétitivité globale. Il s’agit de ne seulement de ne pas polluer l’air, l’eau, les sols, pour mieux vivre, de faire moins de bruit et d’émettre moins de poussières.

L’économie circulaire un cadre

L’économie de ressources est un cadre dans un monde où une croissance planétaire continue depuis trente ans crée des tensions sur les prix et la disponibilité. Consommer moins d’énergie, réduire les déchets, récupérer les matières, les utiliser comme matières premières secondaires, aspirer les poussières, exploiter des gisements épars de matériaux: c’est  le schéma de l’économie. L’économie circulaire s’impose comme une vision globale.

POLLUTEC épouse ces nouveaux contours, conserve ses racines dans la technologie concrète, dans l’innovation pointue, les solutions de détail, et ses ailes ont poussé pour refléter des approches globales, systématiques, transversales, intégrées, et même répondre aux demandes planétaires.

L’édition 2014 de POLLUTEC, à Lyon du 2 au 5 décembre, sera connectée aux contraintes environnementales mondiales. ” Nous avons enregistré 2200 exposants, dont 30% d’exposants internationaux,  dont 33% de nouveaux exposants, parmi lesquels 64% d’exposants internationaux. ” explique Stéphanie Gay-Torrente, commissaire générale.

Alors que les secteurs de l’eau, de l’air, sont un peu moins dynamiques, le secteur de l’énergie connait une croissance de 16% du nombre des exposants. Le nombre des exposants du secteur du recyclage, s’accroit de 9%.

Durabilité et efficience

” Nous ressentons deux approches de fond. Le souci de la durabilité, les acheteurs sont  à la recherche d’équipement robustes, qui durent, qui sont faciles à entretenir, qui consomment peu d’énergie, mais ils sont aussi à la recherche d’efficience. Les équipements doivent répondre à plusieurs besoins simultanément, consommer peu d’énergie, revaloriser les rejets fatals, élargir le potentiel d’exploitation des ressources, gagner en compacité, être démontables, recyclables.” explique Stéphanie Gay -Torrente.

L’accroissement de l’efficience est permise par l’explosion des données sur l’environnement, les ressources, les consommations, qui permet de mieux connaitre les systèmes, pour en améliorer le fonctionnement. L’accroissement de la masse des données, des modèles, de plus en plus intégrés, renforce l’approche globale des enjeux, qui deviennent interdépendants.

Collecte des déchets ménagers, traitement de l’eau, énergie, les solutions appellent des solutions sectorielles, mais des scénarios larges et des gestions globales. Des réponses apportées par POLLUTEC, dans des carrefours sur la Ville durable, sur l’Hôpital durable, mais aussi sur le forum des marchés mondiaux de l’environnement.

michel.deprost@enviscope.com

 

VOIR AUSSI