Énergie

Electricité: 100 km de lignes aériennes en moins dans les Alpes

Réseau de Transport d’Électricité (RTE) a présenté un programme de travaux pour rénover et renforcer le réseau haute et moyenne tension du secteur des Alpes par des lignes essentiellement aériennes de l’est de Gap à la haute vallée de la Maurienne. L’objectif est d’assurer aux territoires de Gap à Briançon  une sécurité d’alimentation pour les prochaines décennies.

100 km de lignes aériennes en moins dans les Hautes-Alpes

Ce programme complet prévoit la construction de deux lignes aériennes à 225 000 volts qui représenteront l’ossature du futur réseau de la Haute-Durance. Il comprend une réorganisation du réseau électrique à 63 000 volts permettant d’importantes suppressions du réseau aérien actuel.

Avec plus de 200 km de lignes supprimées pour moins de 100 km de lignes aériennes construites, la Haute-Durance bénéficiera d’une alimentation électrique de qualité et d’un environnement amélioré. RTE respecte ainsi ses engagements pris dès le lancement de la concertation en 2008.

Quatre projets sont déjà présentés pour un montant de travaux de 128M€. Les opérations conduiront à la construction de 90 km de nouvelles lignes aériennes, l’enfouissement de 100 km de lignes et la suppression de 200 km de lignes aériennes, traversant des milieux forestiers, des cours d’eau, des sites Natura 2000, des zones exposées à des risques naturels, des zones d’habitat.

Les projets ont été soumis à l’Autorité environnementale, qui a émis un avis. Cette région des Alpes présente, souligne l’Autorité environnementale,  “une qualité paysagère et des milieux naturels remarquables et accueille une forte population résidentielle et touristique.
L’Autorité recommande de présenter dans le dossier les éléments justifiant la nouvelle organisation du réseau, les aires d’étude, les fuseaux et les techniques retenus. Elle recommande d’analyser les impacts des déposes de lignes, de hiérarchiser en les qualifiant les enjeux environnementaux de chacun des projets. Elle demande de préciser les impacts sur les milieux forestiers et aquatiques et les mesures de compensation.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI