Biotope

Ski: comment réduire son empreinte en allant en station

Ski: comment réduire son empreinte en allant en station

Les week-ends de ski en Rhône-Alpes représenteraient chacun 120 000 déplacements. Multipliés par les 14 week-ends de la saison de ski, cela représenterait 1 680 000 déplacements. Or, ces sont effectués en très grand majorité en voiture individuelle. Ilsreprésentent une part significative des émissions de gaz à effet de serre. De plus, l’impact des émissions de GES est aggravé en altitude et en basses températures, ainsi que dans les vallées encaissées. Lestrois quarts des émissions en station sont liées aux modes de transport.

 

 

A 90% en voiture ou en avion

 

 

 

La délégation régionale de l’ADEME met à profit les vacances d’hiver pour sensibiliser à l’impact des déplacements liés au tourisme. Les déplacements liés au tourisme et aux loisirs représentent, selon des chiffres de l’ADEME, pas moins de 68 % de l’ensemble des distances parcourues chaque année par les Français. A hauteur de 90% en effet, les déplacements de loisirs ( voyages longues distances d’agrément ou d’affaires, départs en vacances ou en week-end, allers/retours à des d’activités de loisirs) sont effectués en avion ou en voiture.

 

L’ADEME rappelle que pour leurs déplacements en France, 80,6% des Français utilisent la voiture contre 13,3 % le train. Pour leurs déplacements en Europe, 40 % choisissent la voiture, 35 % l’avion, 10, 9 % l’autocar et 9,7 % le train. Pour les destinations hors Europe, 88,1 % choisissent l’avion. Le phénomène croit rapidement et contribue à la croissance du trafic aérien qui devrait être multiplié par trois d’ici à 25 ans. Le phénomène est lié à la montée en puissance des vols « low cost » ( bas prix ) qui mettent des destinations moyen courrier ( Europe, régions proches) à quelques dizaines d’euros. Il faut rappeler aussi que le transport aérien n’est pas assujetti à des taxes sur les carburants.

 

 

Des solutions multiples

 

 

 

 

Plusieurs solutions existent pour améliorer les transports loisirs vers la montagne. Les initiatives sont très nombreuses. Elles sont associatives, comme celle de Mountain Wilderness, qui a lancé en 2007 le concours « Changer d’approche » pour faire partager des témoignages et des expériences sur l’utilisation des transports en commun. L’opération SuperAlp, à laquelle a participé Rhône-Alpes Energie Environnement, vise à développer la mobilité douce dans les Alpes en particulier par le réseau des Perles des Alpes, des stations qui misent sur les déplacements doux. Les initiatives locales sont multiples. On en est au stade de l’expérimentation. On peut même penser ( ce point n’est pas dans la communication de l’ADEME) que manque une réflexion régionale globale, permettant de faire le point sur les expériences, de multiplier les opérations.

 

 

Améliorer la liaison avec le train

 

 

L’ADEME explique qu’une solution existe par l’optimisation de l’offre de transports reliant les gares aux stations notamment par l’organisation de desserte régulière par des navettes routières, ou par des prestations de transport à la demande en minibus pourrait convaincre les voyageurs de choisir plus systématiquement le train. Le développement à plus grande échelle d’une offre de service bagages par les transporteurs et l’amélioration des ruptures de charge serait un argument de poids pour des publics comme les familles ou les personnes âgées. La SNCF propose un service d’enlèvement et de livraison de bagages à domicile, modulable

 

selon le type et le volume de bagages. De même, lors de la réservation de son billet de TGV vers la montagne, le service TGV + ski permet de réserver également à l’avance son billet d’autocar pour accéder à la station (http://www.tgv.com/FR/)

 

 

Développer le bus et le car

 

 

De même, la mise en place d’une offre combinée entre TER et bus offrirait la possibilité d’effectuer un aller/retour pour la journée ou le week end. Les Comités d’entreprises et clubs de loisirs peuvent facilement proposer des sorties en autocar. Mobilalp Aravis propose “Au ski sans ma voiture”, les Aravis version nature”, une offre englobant des forfaits remontées mécaniques et le transport en bus au départ de Annecy et de Genève et à destination des stations du Massif des Aravis www.legrandbornand.com. La station Les 7 Laux propose des forfaits avantageux bus+ski au départ de Grenoble.

 

 

 

Covoiturage et tarifs intéressants

 

 

Ainsi, les associations sont de plus en plus nombreuses à faciliter la mise en relation des candidats au covoiturage et TER Rhône Alpes a développé sur son site un service train + covoiturage. Quelques stations de montagne pratiquent d’ores et déjà une politique tarifaire de stationnement en faveur du covoiturage. Elles sont de plus en plus nombreuses à proposer des forums ou des points de covoiturage sur leur territoire. Les Gets proposent une réduction de 25 % sur le forfait si les skieurs arrivent à 4 personnes ou plus dans une voiture. La Plagne propose une formule Auto Ski offrant une réduction de 17 euros sur un forfait journée pour les personnes qui montent à 3 minimum dans leur voiture Valmorel offre des réductions sur les forfaits pour les voitures remplies de 4 personnes minimum.

 

 

 

 

 

Initiatives

 

 

 

Les Sept Laux misent sur la liaison par car avec Grenoble

 

 

Le domaine skiable des Sept Laux, dans le massif de Belledonne, à une quarantaine de klomètres de Grenoble, a pris plusieurs initiatives pour inciter les skieurs à utiliser les transports groupés ou les transports en commun.

 

La station est très fréquentée par les Grenoblois en raison de sa proximité. Il suffit d’une chute de neige et d’un week-end ensoleillé pour que les pistes soient prises d’assaut.Or, le domaine s’étend sur trois secteurs. Il comprend les secteurs de Prapoutel et de Pipet, sur le versant oriental du Grésivaudan, le plus facilement accessible depuis Grenoble. Il comprend un troisième secteur, celui de Pleynet, dans la haute vallée du Bréda, un affluent de l’Isère, ce qui qui impose de parcourir une trentaine de kilomètres de plus.

 

Pour répartir la fréquentation jusque sur ce domaine éloigné,la station propose depuis l’hiver 2006-2007 des forfaits à 24 ou 22 euros, au lieu de 28 euros, pour les personnes qui viennent par quatre, et règlent ensemble. Le système est mis en place certains week-end très chargés.

 

 

En car depuis Grenoble

 

 

Les Sept Lauxproposent un autre système encore plus intéressant, un forfait bus plus forfait ski, depuis la gare routière de Grenoble, à 23 euros, avec le service départementale Transisère. Les skieurs achètent leur contre marque à la gare de Grenoble, l’échange dans une machine en station contre le forfait. Le système fonctionne tous les jours pendant l’ouverture de la station, explique Marie Cugnod, de l’office du Tourisme des Sept Laux.

 

Un premier départ a lieu le matin, à 7 heures 50 de la gare routière de Grenoble ( à la gare SNCF) avec une arrivée à 9 heures 15. Un seconddépart a lieu à 13 heures, pour les skieurs de l’après midi. Un départ unique est proposé à 17 heures 35, avec arrivée à Grenoble à 18h55. Le nombre de bus à la descente est adapté au nombre de skieurs qui sont montés…Personne ne passe la nuit en montagne. La formule est très prisée des étudiants

 

http://www.les7laux.com/

VOIR AUSSI