Actualités

SNCF Réseau annonce un prix de l’électricité multiplié par 4

SNCF Réseau a confirmé aux opérateurs ferroviaires de l’Association Française du Rail , une hausse du prix de l’électricité qui  quadruplera, passant de 111,95 euros du mégawatt-heure à 473,51 euros en 2023., ce qui place les opérateurs ferroviaires dans une situation très dangereuse.

     La Redevance pour la Fourniture du courant de traction (RFE) avec télé-relevage , facturée par le gestionnaire du réseau ferré va connaitre une hausse sans précédent du prix du MWh en euros HT en 2023 contre 2022. « C’est un pilier de la transition énergétique de notre pays qui est directement et gravement menacé, s’alarme Alexandre Gallo, président de l’Association Française du Rail (AFRA) et Président Directeur Général de DB Cargo France. Malgré nos alertes répétées, le scénario le plus pessimiste se met en place et le gouvernement regarde ailleurs : tout l’équilibre économique du ferroviaire est fragilisé alors que le secteur routier est massivement aidé depuis des mois. Quelle absurdité pour la transition écologique et la qualité de l’air de voir des trains remplacés par 40 à 50 camions ! »

     Pour le fret, un  “report modal inversé”  va s’enclencher et des défaillances sont à craindre. « Cette hausse du prix de l’énergie est insoutenable pour tous les acteurs du ferroviaire, dénonce Raphaël Doutrebente, Président de la commission Fret de l’AFRA et Président d’Europorte. Avec une énergie qui représentait déjà 20% des coûts, les opérateurs se retrouvent asphyxiés. L’abandon du secteur aujourd’hui, c’est le renoncement définitif à l’objectif du doublement de la part modale du fret ferroviaire d’ici à 2030. Les opérateurs avaient pourtant lancer la dynamique, avec une progression de la part modale de 9,6 % à 10,7 % entre 2020 et 2021. »

       Côté voyageurs, l’équilibre économique du train est aussi fragilisé. « C’est inacceptable à l’heure de la transition énergétique et une menace pour un développement historique du marché ferroviaire, s’insurge Roberto Rinaudo, Président de la commission Voyageurs de l’AFRA et Président de Trenitalia France. Alors que les péages français sont déjà élevés par rapport à d’autres pays européens, ce prix de l’énergie est un nouveau boulet que va devoir traîner le rail français. »

La Commission européenne, rappelle l’AFRA,  a pourtant recommandé aux États membres de caper le prix à 180 euros du mégawatt-heure, un dispositif déjà mis en place par la plupart des pays voisins de la France.

VOIR AUSSI